HABANA

 

Jugée irréaliste par le ministre en charge de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur, Pr Patrick Mouguiama Daouda, la mesure qui fixait à 19 ans l’âge limite pour l’attribution de la bourse d’études aux nouveaux bacheliers du parcours général a été annulée. La nouvelle limite est de 22 ans pour 10/20 de moyenne en classe, annonce le gouvernement qui évoque «une décision sociale».

Au Gabon, le gouvernement a décidé d’alléger les conditions d’obtention des bourses d’études. © D.R.

 

Deux ans après son adoption en Conseil des ministres, le 29 mars 2019, le projet de décret fixant les conditions d’attribution, de transfert, de suspension, de suppression, d’orientation et de réorientation de bourses a été annulé, remplacé le 29 avril 2021 par un autre projet de décret fixant cette fois les nouveaux régimes de bourses en République gabonaise. Selon Pr Patrick Mouguiama Daouda, deux raisons expliquent le choix des autorités. La première : l’absence de texte censé régir la gestion des bourses spécifiques aux formations professionnelles.

La seconde raison est que ces textes «étaient difficilement applicables», a expliqué, mardi 4 mai 2021, le ministre en charge de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur. Avant d’opter finalement pour l’uniformisation du régime des bourses applicables aux élèves et étudiants scolarisés au Gabon et à l’étranger, le gouvernement avait en effet fixé à 19 ans l’âge limite et au moins 12/20 obtenus à l’examen pour l’attribution de la bourse d’études aux nouveaux bacheliers du parcours général, par exemple.

Désormais, informe le gouvernement, pour le parcours général, l’âge limite est fixé à 22 ans, 27 ans pour la formation professionnelle et 24 ans pour l’enseignement technique supérieur. Les demandeurs sont simplement tenus d’obtenir la moyenne (10/20 au moins).

«Donner la bourse à tous ceux qui ont 10 de moyenne, c’est une décision sociale. C’est déjà le 1er choix qu’on a fait, qui n’était pas pris en compte dans les textes qui ont posé problème», a défendu Pr Mouguiama Douada.

 
GR
 

7 Commentaires

  1. joeblemz dit :

    sous-côté! soyez digne!!!!

  2. Gayo dit :

    Il faut revenir à 9/10 pour les scientifiques et les filières industrielles. C’est un impératif. Un impératif pas vraiment à suivre si votre seule stratégie d’industrialisation c’ est de vendre le pays aux chinois et aux malaisiens et abandonner vos compatriotes à l’exclavage de ces derniers au lieu de donner jusqu’au dernier centine pour assurer le transfert des compétences et des technologies. Les autres prennent 50 ans pour assurer de façon effective ce tranfer. Mais les nègres de services comme Ali Bongo troivent que ces suffisants les dessous de tables pour le peuple dans l’exploitation des ressources comme le bois depuis des siècles. Si on se donne les moyens, avec de l’audace dans 20 ou 30 ans les africains peuvdnt exploiter leurs terres et leurs ressources.

  3. Ivala fanta dit :

    Devons nous comprendre que nos enfants qui ont fait un cursus normal, qui ont eu le bepc à 13ans et certainement auront le BAC à 16ans, n’auront pas de bourses en 2023? Si c’est le cas alors qu’on nous explique pourquoi

  4. Rolexxx dit :

    Pourquoi mélanger le bon grain de l’ivraie? je ne suis pas contre le fais de donner la bourse à nos jeunes, néanmoins la formation de l’élite gabonaise doit en être la priorité pour cela les résultats de l’excellence doivent encouragés. Une moyenne de 10/20 n’encourage personne à se surpassé. L’idéal serait de revenir à l’ancien systyle avec une université (UOB) gratuite.

  5. AVATOLY dit :

    Moi je suis élève en classe de terminale et je pense qu’on devrait attribuer la bourse aux élèves méritant ( ceux qui ont les moyennes 10/20 ou 9/20 )

  6. DIMANI DI TSAKIDI dit :

    Vous savez on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre en même temps.
    Il faudrait louer et remercier la bataille que le professeur MOUGUIAMA a livré contre ses collègues jaloux, ministres qui n’ont certainement pas eu les bonnes moyennes dans leurs cursus. Bravo M. Le Ministre d’avoir reculé de 19 à 22 ans d’Age. Tous les parents n’ont pas les mêmes moyens pour scolariser leurs enfants. L’égalité des chances , c’est le social .Pour rempiler d’autres succès, merci de rétablir les bourses des élèves qui ont été supprimées sans aviser ou donner les raisons valables à nos enfants.

Poster un commentaire