mdas

 

Dans la capitale économique du Gabon, de nombreux opérateurs se sont depuis longtemps affranchis du respect des tarifications en vigueur en matière de vente de gravier et de sable. Instruit par la Primature, le ministère des Mines entend ramener de l’ordre.

Elvise Ossindji (extrême droite) en mission de contrôle auprès des exploitants de Port-Gentil, le 22 septembre 2022. © Facebook

 

La lutte contre la vie chère se poursuit au gouvernement. En plus du plafonnement du prix de près d’une cinquantaine de produits alimentaires importés, les autorités ont la ferme intention de faire respecter les prix homologués dans d’autres secteurs tels que le BTP. Or, à Port-Gentil, un groupe d’opérateurs exerçant dans l’exploitation de gravier et de sable semble s’être totalement affranchi des tarifications en vigueur. Elvis Ossindji a pu lui-même s’en rendre compte sur le terrain cette semaine.

«J’ai constaté sur place le non-respect de la tarification prévue par la loi par certains opérateurs. Alors que le prix homologué par la DGCC (direction générale de la Concurrence et de la Consommation, ndlr) est établi à 27 000 FCFA la tonne de gravier, ces opérateurs gonflent leurs tarifs, participant ainsi à l’augmentation du prix du gravier pourtant essentiel à la construction des infrastructures», rapporte le ministre des Mines sur sa page Facebook.

Par ailleurs, lors de sa mission dans la capitale économique du Gabon, le membre du gouvernement, qui dit avoir été instruit par la Première ministre Rose Christiane Ossouka Raponda, a pu identifier les problématiques d’approvisionnement qui s’imposent aux exploitants dans cette partie du pays. C’est, en tout cas, ce qu’il assure, tout en affirmant avoir trouvé des solutions censées permettre de «réduire continuellement le coût des agrégats».

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire