TATIE

Le directeur général de la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab) a récemment visité des plantations de café-cacao à Bitam, dans le Woleu-Ntem. Thierry Prosper Mboutsou a notamment invité les jeunes à se lancer dans la culture du café-cacao, notamment par la création de coopératives pour le développement de la filière.

La Caistab veut davantage intéresser les jeunes à la filière café-cacao. © D.R.

 

Les plantations de café-cacao situées à quelques kilomètres de Bitam, dans le Woleu-Ntem, ont récemment reçu la visite du directeur général de la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab). Thierry Prosper Mboutsou a réitéré son ambition de booster la production de la filière, notamment par la création de coopératives agricoles par les jeunes.

«Il est question pour nous d’aller partout où les planteurs se trouvent. Mais surtout, ramener les jeunes vers la culture du café-cacao. Car c’est avec eux que nous développerons la filière. Nous continuons de dire qu’il faut que les planteurs se regroupent pour bénéficier de notre aide. Lorsque nous demandons aux planteurs de se regrouper, derrière il y a une formation qui va être apportée pour le bon fonctionnement des coopératives», a affirmé Thierry Prosper Mboutsou sur Gabon 1re.

En termes de formation, la Caistab est déjà bien avancée avec le programme Jeunes entrepreneurs café-cacao (Jecca), qui a pour objectif de relancer durablement la filière café-cacao en zone rurale à travers la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes. Plus de 100 jeunes ont déjà été touchés par le programme. Le rôle de la Caistab est de racheter les productions des planteurs dans les meilleurs délais, afin de développer la filière café-cacao. En méforme depuis quelques années, l’activité a davantage été impactée par la pandémie de Covid-19.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. diogene dit :

    Après avoir ruiné les grands parents, vous comptez convaincre les petits enfants ?

Poster un commentaire