TATIE

La Fédération gambienne de football (GFF) a récemment affirmé que le calvaire des Panthères à Banjul découle en partie du fait que la délégation gabonaise n’a pas clairement communiqué son arrivée sur le sol gambien. «Le fait de ne pas avoir reçu d’informations sur leur arrivée a conduit à ne pas leur accorder le protocole nécessaire», a justifié le président de la GFF.

Pour les autorités gambiennes, la délégation gabonaise est responsable de sa mésaventure à l’aéroport de Banjul. © Facebook

 

Les autorités gambienne et gabonaise se rejettent mutuellement la faute sur le calvaire des Panthères du Gabon à l’aéroport de Banjul. La Fédération gambienne de football (GFF) vient de livrer sa part de vérité sur ce fâcheux incident, en réponse aux allégations de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot).

Selon le président de la GFF, les autorités locales n’avaient aucune information sur l’arrivée des Panthères à Banjul. «Nous n’étions pas au courant de leur arrivée dans le pays. Tout ce que nous savions, c’est qu’ils étaient sur une liste de diffusion, mais nous ne savions pas exactement quand ils arrivaient», a confié Lamin Kaba Bajo sur thepoint.gm, le 20 novembre.

Pour les autorités gambiennes, la date initiale communiquée pour l’arrivée des Gabonais était le 14 novembre. «Ils ont communiqué qu’ils viendraient le 14 novembre et ont ensuite changé à nouveau pour le 15 novembre à 20 heures (20h). Jusqu’à 9h35, nous n’avons jamais eu de communication de leur part», a affirmé Lamin Kaba Bajo. La délégation gabonaise est finalement arrivée à Banjul dans la nuit du 15 novembre.  Et la suite est connue de tous.

L’incertitude autour de la date de l’arrivée de la délégation gabonaise est donc à l’origine de l’incident de l’aéroport, selon la partie gambienne «Le fait de ne pas avoir reçu d’informations sur leur arrivée a conduit à ne pas leur accorder le protocole nécessaire», a justifié le président de la GFF. «Le pire dans cet incident est que le détachement précurseur de la délégation venu dans notre pays pour préparer le terrain, l’a fait sans aucun appel ou même en contactant le GFF. Ils ont tout fait eux-mêmes sans nous consulter», a regretté Lamin Kaba Bajo.

De ce point de vue, les Gabonais ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes puisqu’ils n’en ont fait qu’à leur tête. En tout cas, la Confédération africaine de football (Caf) s’est saisie du dossier en promettant des sanctions en cas de responsabilité établie dans chacun des deux camps.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. MOUNDOUNGA dit :

    Bjr. Entre temps le temps joue en faveur de la Gambie. Amen.

  2. medromekoure dit :

    Les gabonais avec leur incurie,ils pensent qu’ailleurs les gens vont s’en accommodés,pitié de vous…

  3. Sonia dit :

    La partie gambienne est d une extrême mauvaise foi. Et comme beaucoup de menteurs, leur version ne fait que changer. Encore une fois, ils ont publié un document précisant très bien les conditions d’entrée sur leur territoire et dans celles ci il était bien précisé qu’il suffisait d’un test négatif PCR de moins de 72h.
    De quel protocole sanitaire parlent-ils quand ils disent eux-mêmes avoir supprimé le dispositif sanitaire de prélèvement et de réalisation de tests covid19 à l’aéroport ?

    Tic tac la Gambie : vous vous enfoncez davantage dans vos turpitudes.

Poster un commentaire