mdas

Si le gouvernement se félicite de la désignation du pays pour l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) en 2017, une grande partie de l’opinion a encore en mémoire les graves manquements observés il y a trois ans.

Chantier de la Can 2012 © cocangabon.over-blog.com

Chantier de la Can 2012 © cocangabon.over-blog.com

 

Le 8 avril 2015 restera à jamais une date historique au Gabon avec l’attribution de l’organisation de la 31e édition de la Coupe d’Afrique des nations (Can). Si le gouvernement s’est satisfait de cette décision de la Confédération africaine de football (Caf), la réaction a été beaucoup plus mitigée au sein de l’opinion nationale. Les plus sceptiques ont encore en mémoire les nombreux dérapages de la co-organisation de la Can 2012 avec la Guinée équatoriale, notamment financiers ainsi que l’analyse l’économiste Mays Mouissi sur son blog (www.mays-mouissi.com). Certes, cet événement permettra, selon le président de la République, d’intensifier la diversification de l’économie et de booster les secteurs du BTP et des services, mais l’expérience d’il y a trois ans nous rappelle que cela n’est pas aussi simple qu’on veut le laisser croire. Si l’organisation de la Can 2017 n’a pas encore été budgétisée, tout porte à croire qu’elle sera bien plus coûteuse qu’en 2012, où elle était initialement estimée à 140 milliards de francs, avant d’être finalement établie à 400 milliards de francs, soit près de trois fois plus que l’enveloppe de départ.

En effet, l’analyse détaillée des lignes budgétaires consacrées à la Can 2012 laisse apparaitre des dépenses dont les montants sont surprenants ou mieux encore de nombreuses dépenses budgétisées, exécutées mais jamais réalisées sans que ni le gouvernement, ni les organisateurs de la Can 2012 ne donnent la moindre explication. Aussi, après analyse des lois de finances de 2005 à 2013, seuls 346,9 milliards de francs ont été régulièrement inscrits au budget de l’Etat. Dans le même sens, alors que la Can 2012 s’est achevée au 1er trimestre 2012, deux inscriptions budgétaires d’un montant global de 26,7 milliards de francs ont été inscrites au budget 2013 au titre des travaux de la compétition. Bien évidemment ces nombreuses bizarreries sont assimilables à des détournements en bonne et due forme : une frange de l’opinion publique nationale estimant que l’organisation au Gabon de la Can 2012 n’aura été qu’un gouffre financier, assorti de très peu de retombées positives pour le pays.

Des faits inquiétants qui pourraient bien se reproduire dans deux ans si l’on n’y prend garde, avec notamment la construction de deux nouveaux stades. Si le pays dispose déjà de deux sites avec Libreville et Franceville, deux nouvelles enceintes doivent être érigées à Port-Gentil et Oyem. Qu’à cela ne tienne, le spectre de 2012 plane toujours avec certains chantiers non achevés à ce jour. Par ailleurs, quels secteurs feront les frais des travaux de la Can 2017 ? Comment le gouvernement s’organisera-t-il pour financer cette compétition alors que les recettes sont de plus en plus faibles ? Cette question est d’autant plus importante que la situation financière du pays s’est fortement dégradée en raison, notamment, de la chute des prix du pétrole et de l’indiscipline budgétaire observée au cours des trois dernières années.

 

 
GR
 

13 Commentaires

  1. MINKO dit :

    Il n’y a aucune « bizarrerie Financiére  » , les GABONAIS sont jaloux, ALI est un grand visionnaire , un Homme d » Affaire avisé , un PR unique , ALI vient d’obtenir le plus gros marché du Royaume, j »ai cité la CAN . Personne en Afrique ne fait mieux !!!!!

    • ombouwoutou dit :

      et avec ce gros marché il va encore se remplir les poche pour lutter contre la pauvreté et le chômage dans un pays de près de 1 500 000 habitants et doté d’un sous-sol et d’un sol d’une richesse insolente, c’est bien dieu vous regarde mais quand il vat vous sanctionner ……….

  2. Ismael dit :

    Nouveau stades à Port gentil et Oyem svp, et non port gentil et Francheville. Toutefois pour les deux premières citées pourquoi ne pas rénover les stades existants comme cela a été pour Francheville?

  3. Zamvou dit :

    j’espère que avant d’intervenir, il faut connaitre les cites dont il est question. Par exemple à Oyem, le stade d’akoakam se trouve carrément dans un quartier populaire avec plein de batisses.Il n’ y a aucune possibilité d’extension sinon casser toutes les maisons qui sont aux alentours. Ca risque d’être plus coûteux à l’Etat avec les indemnisations. A Oyem, les places ,les cites ne manquent pas, il faut aller ailleurs comme par exemple vers amvame, vers Elone, vers angone aussi,derrière la sobraga.cela participera à l’ agrandissement de la ville.

  4. lepositif dit :

    Gabono-pessismisme quand tu nous tiens?
    Une des raisons qui font que le gabonais ne se lancent pas dans les affaires: quand on initie un projet on met en avant une montagne de problemes qui va au finish decourager l’inititiateur gabonais. Le meme projet dans les memes conditions va voir le jour avec le frere malien ou camerounais.
    D’une CAN 2012 que tout le monde a reconnu (specialistes et supporters) comme etant une des plus reussies, l’auteur de l’article et les commentaires qui suivent n’ont retenu que les ecueils. Le pessismise dit le Larousse: « Doctrine qui soutient soit que tout est mal, soit que la somme des maux l’emporte sur celle des biens.
    Tendance de quelqu’un qui, par caractère ou après réflexion, prévoit une issue fâcheuse aux événements, à la situation, qui en attend le pire. » C’est malheureusement un etat d’esprit qui habite ces personnes. Le positif que je suis ne retient que des choses qui portent vers l’optimisme. Ca aussi c’est un etat d’esprit. Seuls sont qui vont investir, proposer un projet ou une prestattion de service beneficieront des retombees de la CAN. Aucun pays ne distribue des dividendes a la fin de l’organisation d’une telle manifestation a sa population (CAN, Coupe d’Europe, Coupe du Monde, Tour de France, le Paris-Dakar, etc). Il faut se bouger, bon sang! Y a pas que le cote jeu. VIVE LA #CAN 2017 au GABON

  5. MINKO dit :

     » Gabono-Pessimisme » , kia kia kia , @ lepositif , tu es salarié de « DELTA SYNERGIE  » ? tu es Liban Souleyman ? es tu Seydou Kane ? Non tu dois etre le Vaudouiste , le grand VIZIR , Calife des Califes Le Popo en Chef ACROMBESS !!!!!!????? C’est un marché gagné de haute lutte par le BIAFFRAI et tu penses au  » Gabono-péssimiste « ? Apres  » le progréssiste Démocratique et Concerté  » de Jacky 1000 Plumes , nous voici avec le « GABON-PESSIMISTE » des émergents , BRAVO les P??????????D?????????

  6. Ndouna Germain dit :

    Gabono pessimiste oui! nous assumons. l’expérience de la Can 2012 nous a enseigné sur le biafrais qui déclare à gorge déployé que:  »la Can 2017 permettra,d’intensifier la diversification de l’économie et de booster les secteurs du BTP » ne partage rien avec les Gabonais. Il donneras l’argent public sorti des caisses à Kerangall qui se servira en premier, le reste aux entreprises de « Delta Synergie » qui appartiennent aux Bongo le Béninois trouvera une astuce pour voler sa part, Liban et Saidou se partageront le reste.la CAN n’est qu’un prétexte à cons pour Gabonais, une bonne raison légale pour voler le fruit de nos efforts communs pour enrichir encore ces étrangers. heureusement qu’en 2017 ils ne seront plus en position de rééditer leurs exploits Ils seront vidés fissa en taule! Ali pour ses crimes et les autres pour recel de détournement de deniers publics

  7. lepositif dit :

    Minko, si ta vie est regentee par les Bongo et ses affides, dis toi que ce n’est pas le cas de tout le monde. Si tu attends que c’est Bongo, Accrombessi, Liban et consort pour vivre ou viennent acheter un present a ta femme, ou offrir un cadeau a tes enfants, c’est ton probleme, attend les ou attend qu’ils partent du pouvoir. Continue a te morfondre dans ton aigreur et ta paresse. Tu vivras a la sueur de ton front, ne te concerne pas. Continue a attendre.
    Ndouna Germain, quand vous dites: » »la Can 2017 permettra,d’intensifier la diversification de l’économie et de booster les secteurs du BTP » ne partage rien avec les Gabonais. » De quels Gabonais parlez vous? Qui vous a donne le mandat de parler au nom d’autres Gabonais que vous meme? Je suis Gabonais, en 2012 j’ai vendu sans intermediaire (les projets proposes passaient en commission), vous etes libre de me croire ou pas, mon projet est passe et avec cet argent, j’ai rachete une affaire qui me fait employer 15 jeunes dont certains paient leurs etudes avec. Je connais d’autres compatriotes qui ont fait la location des voitures avec des voitures sous-louees avec des amis et qui ont apres la CAN 2012 un parking de douzaine de voitures dont ils sont maintenant proprietaires.
    Focalisez vous sur les Bongo et compagnie c’est votre probleme, attendez votre messie qui viendra transformer le Gabon en Dubai et viendra vous verser des dividendes de la richesse du pays en vous tournant les pouces sur votre canape ou pianotant vos proses sur les Bongo et ses emergents. La vie est un choix et chacun porte sa croix. Vive la CAN 2017 et d’autres opportunites d’affaires.

    • lenegatif dit :

      lepositif, ça explique tout hhhh, Bongo t’a fait manger bcp

      • Lepositif dit :

        lenegatif, attends donc ton tour, pour manger avec les Bongo, je prie vraiment qu’il te regarde cela fera un pauvre en moins au Gabon. Tu n’as vraiment rien compris a mon commentaire.J’y peux rien, j’ignore ta langue maternelle et suis pas sur de la maitriser. Inscris toi sur la liste des gens dont la vie est aiguillonee par les Bongo ou attendent le depart Bongo pour s’epanouir. VIVE LA CAN 2017 AU GABON!

Poster un commentaire