HABANA

Pour Anaclé Bissiélo, le sociologue, «c’est le déclic psychologique qui manquait», tandis que Guy Rossatanga-Rignault, juriste et secrétaire général adjoint de la présidence de la République reconnaît que «c’est un tournant qui aura des conséquences dans les urnes», même si, à son avis, « les électeurs des deux candidats qui se désistent au profit de Jean Ping ne voteront pas tous pour celui-ci».

Jean Ping, entouré de Guy Nzouba Ndama (gauche) et Casimir Oye Mba (droite), lors d'un meeting à Libreville, le 16 août 2016, pour officialiser leur alliance pour la présidentielle. © Samir Tounsi/AFP

Jean Ping, entouré de Guy Nzouba Ndama (gauche) et Casimir Oye Mba (droite), lors d’un meeting à Libreville, le 16 août 2016, pour officialiser leur alliance pour la présidentielle. © Samir Tounsi/AFP

 

Interrogés par Radio France International (RFI) hier matin au sujet de la désignation de Jean Ping comme candidat unique de l’opposition par les deux ténors de l’opposition, Casimir Oyé Mba et Guy Nzouba Ndama, deux universitaires Gabonais, Anaclet Bissiélo et Guy Rossatanga Rignault, ont donné leurs sentiments.

Anaclé Bissiélo. © D.R.

Anaclé Bissiélo. © D.R.

Anaclé Bissiélo, sociologue, ancien député du Parti gabonais du progrès (PGP) et enseignant à la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université Omar-Bongo (UOB), souligne que ces candidats de l’opposition ont su taire leurs égos, ajoutant : «cela montre enfin la capacité des opposants à dépasser leurs clivages et leurs intérêts particuliers». Pour lui, «cette initiative est le ressort psychologique, le déclic psychologique, qui manquait, et elle (l’initiative) va bénéficier d’une lame de fond préparée de longue date par la société civile, par des syndicats, par des intellectuels, pour barrer la route à Ali Bongo». 

Guy Rossatanga-Rignault. © D.R.

Guy Rossatanga-Rignault. © D.R.

Le juriste Guy Rossatanga-Rignault, professeur de droit à la Faculté de Droit et de sciences économiques de l’UOB, et secrétaire général adjoint de la présidence de la République, a mis en exergue, pour sa part, les séculaires divergences de vues au sein de l’opposition. «Les électeurs de Casimir Oyé Mba et de Guy Nzouba Ndama ne voteront pas tous pour Jean Ping». «Une partie de l’opposition reproche à Jean Ping, a-t-il ajouté, d’avoir tenté un coup de force en début d’année pour se faire choisir comme candidat unique ; ce qui avait créé un ressentiment». Le professeur de droit et de sciences politiques reconnaît toutefois que cette initiative «est un tournant qui aura des conséquences dans les urnes».

Jean Ping a en effet reçu, le mardi 16 août, le soutien de Casimir Oyé Mba et celui de Guy Nzouba Ndama, deux des principaux adversaires d’Ali Bongo. Cette «coalition à trois pour un» a, de l’avis de plusieurs observateurs, de très grandes chances face au chef de l’État sortant qui a eu à faire face, entre 2014 et 2016, à de nombreuses démissions au sein de son parti. La saignée des cadres et militants s’est poursuivie jusqu’à la veille du scrutin avec les départs d’Alfred Nguia Banda et de François Banga Eboumi.

 

 
GR
 

13 Commentaires

  1. Bikoro dit :

    Il est loin le temps où Guy Rossatanga-Rignault fondait en larmes en classe (1ère année de Droit, à côté de L’Interro – à l’époque – UOB) devant ses étudiants parce que ceux-ci l’avaient un peu, juste un peu, rudoyé.Les larmes dégoulinant des yeux, tels des torrents d’eau, face à des étudiants hilares, Guy Rossatanga-Rignault, prenait ses affaires et s’en allait tout bonnement chez lui.
    Repos bien mérité!
    Cordialement.

    • top dit :

      Bikoro
      Où est le rapport avec l’article? Vraiment!

    • TARAMEK dit :

      @Bikoro,

      Mon frère, peux-tu me dire où est notre consœur imagine2016? Pas hors sujet, seulement, j’avais bien cette vision que certains tenors de l’opposition finiront un jour par s’attendre afin de booster cette chimère d’ali baba en touche.

      Bonne comprehension

      • Bikoro dit :

        @Cher TARAMEK,
        Honnêtement je ne puis te dire où elle se trouve. J’ai cru lire qu’elle avait été très déçue de la manière dont le clan Zacharie avait géré la candidature d’Oye Mba. Une cuisine interne à l’Union Nationale, en somme. Mais elle va rebondir (peut-être nous lit-elle sans pour autant réagir) car c’est une femme de conviction, une battante, qui lutte pour son pays qu’elle aime. J’ai cru lire que ce n’est pas le ralliement à Ping qui la révoltait (bien qu’elle ne fasse pas mystère de son antipathie politique pour l’homme) en tant que tel, mais la manière donc elle s’était sentie « flouée ».
        Cher frère, elle va revenir, les enjeux l’exigent. Et elle sait aussi que le caractère incisif de ses posts manque.
        Peut-être les affiches publicitaires la rebutent. Comme Meminetame. Moi je ne les vois même plus. Soit dit en passant, le site des Echos du Nord en fait autant.
        Cordialement.

  2. Le master dit :

    Bonne manière de te consoler mon frère Rossatanga. Saches plutôt que tout militant suit toujours son champion où que ce soit et quel que soient les circonstances. Les électeurs dans le cas actuel de notre pays, même sans campagne explicative suivront puisque tous ceux qui se sont unis aspirent tous à une vraie alternance du pouvoir. Mon frère Rossatanga, pour ta gouverne cette nouvelle a été accueillie avec brio par la majorité des gabonais épris de liberté. Vas sur le net et constate dans les prochains jours, l’engouement des retraits des cartes d’électeurs.

  3. Harvy dit :

    Ce que le juriste Guy Rossatanga-Rignault, ignore ou fait semblant d’ignorer c’est qu’il faut craindre la masse des électeurs silencieux, qui est autour de vous.De quel coté se trouvent les leviers qui ont joué un role capital en 2009? Nombreux se sont exprimés publiquement comme dans l’ombre.. wait and see

    • l'ombre qui marche dit :

      Oui Harvy tu as raison! sauf que là manifestement Rossatanga se croit plus malin que bison futé car la phrase »cette initiative est un tournant qui aura des conséquences dans les urnes » le place des deux côtés soit ali nous massacre pour gouverner et il dira à son dieu tu vois ali j’avais prédit cela car tous les électeurs de GNN et CAM n’ont pas suivi leurs leaders et si c’est la coalition qui l’emporte il dira pour marchander le poste de recteur de l’UOB qu’il avait bien dit que cela aura des conséquences dans les urnes! DE LA PURE SORCELLERIE POLITIQUE! le peuple veillera car seuls les libérateurs seront récompensés pour tous les autres qu’ils ne craignent point! pas de chasse aux sorcières par exemple lui Rossatanga sera toujours enseignant! le peuple veillera ce ne sera pas comme eux les émergents qui ont par fournées entières jeté des gabonais aux chômage parce que pas militants pédégistes et pourtant BRILLANTS!

  4. Jean dit :

    Trois sorciers pour partager le Gabon cmôme un gâteau.

    • Jean-Gaillard MISSE-ME-ZEME dit :

      Mon cher Jean,
      Pourquoi les traites-tu de sorciers ? Parce qu’ils déjouent les plans de ton champion qui les croyait à jamais divisés et incapables de s’unir ? Il va te falloir supporter cette situation. La presse étrangère estime que « la donne a changé au Gabon ».

  5. pat dit :

    Le transfert des voies n’est pas toujours systématique. L’ami de mon ami est-il mon ami? Ne criez pas victoire maintenant car les gabonais ont un souvenir amer de ces vieux.

    • GABON D'abord dit :

      @PAT,
      Looooooool, je vois a quoi l’argent du Gabon sert. A vous payer !!! Trois candidats se rallient pour faire un seul bloc et ainsi communier leur electorat et toi tu sors la theorie de « l’ami de mon ami » ? Vous etes aux abois…Mais c’est une revolte qui gronde et qui ira au dela de la proclamation des resultats

  6. Sebdepog dit :

    La peur a changé de camp, quoi qu’en dise les pédégistes. Les 100 000 personnes qui se sont reunies à Nkembo ce 16 août ne voteront sûrement pour Ali. C’est une évidence.

  7. Axelle MBALLA dit :

    je ne savais pas que les bonnes armes universitaires hourdies à la sorbonne allaient abaisser ROSSATANGA à ce point. La politique du vente jadis décriée par lui-même est devenue son leitmotiv.tu ne vois pas quelle est la trempe de John NAMBOT Joseph?
    Honte à toi!! Honte à toi contributeur de la destruction du Gabon.

Poster un commentaire