HABANA

 

A travers un communiqué le 25 juin, JA Gabon a rendu public le bilan de la première année de l’action «Cap sur l’autonomisation des jeunes», financé par l’État gabonais et l’Union européenne (UE). Cette première étape du projet globalement destiné à 16 000 jeunes âgés de 16 à 35 ans a profité à 2176 jeunes.

Une séance de formation dans le cadre de Cap sur l’autonomisation des jeunes. © D.R.

 

Après avoir présenté le bilan de l’action « Cap sur l’autonomisation des jeunes », le 12 mai dernier, lors du second comité de pilotage réunissant tous les acteurs du projet ; JA Gabon chargé de mettre en œuvre le projet a rendu public le bilan de la première étape, le 25 juin. «À ce jour 2176 jeunes bénéficiaires, dont 857 filles, ont suivi un programme de formation JA Gabon dans le cadre de ce projet».

Parmi les 2 176 jeunes bénéficiaires, souligne JA Gabon, 212 jeunes ont été formés à un métier dans les domaines de l’agriculture et de la pisciculture ainsi qu’à l’entreprenariat ; 1878 à l’employabilité à travers l’Office national de l’emploi (ONE) tandis que 86 étudiants, issus des universités, ont suivi une formation à l’entreprenariat.

«Malgré une situation sanitaire sans précèdent entraînant la fermeture temporaire des établissements, ainsi que des restrictions de déplacement et de regroupement impactant directement le lancement de certaines activités, cette première année est globalement positive», estime l’incubateur gabonais selon qui, les incubateurs de Likouala, l’UOB/AUF, Lambaréné, Mouila, Tchibanga et Franceville (USTM) ont pu être réhabilités.

Par ailleurs, un bureau de JA Gabon a été installé dans chacun des chefs-lieux de provinces, notamment Libreville, Lambaréné, Mouila, Tchibanga et Franceville, en partenariat avec les établissements publics. De façon global, se réjoui JA Gabon, les supports pédagogiques attendus ont pu être produits, la sensibilisation à l’égard des futurs bénéficiaires organisée, le recrutement et la formation des bénéficiaires réalisés, les jardins partagés dans les incubateurs agricoles créés, la levée des fonds auprès des ministères sectoriels pour les bourses des bénéficiaires des formations dans différentes filières, et l’implication des parties-prenantes (entreprises et établissements) a été de mise dans l’action.

«Les équipes de JA Gabon sont désormais dans la préparation des activités de l’année 2 du projet». Cette deuxième étape portera essentiellement sur les lancements à Port-Gentil des formations en agriculture et pêche ; à Makokou en agriculture et apiculture ; et à Oyem et Koulamoutou en agriculture, spécifiquement la culture du cacao. Le 27 novembre 2019, rappelle JA Gabon, une convention de financement de 5,512 millions d’euros était signée entre le Gouvernement gabonais et l’UE, suivie le 1er avril 2020, d’un contrat de subvention entre l’UE et JA Gabon pour la mise en œuvre de l’action d’une durée de trois années. Son objectif global est de contribuer à augmenter l’insertion économique d’environ 16.000 jeunes âgés de 16 à 35 ans au Gabon.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. diogene dit :

    16000 en trois ans cela fait plus de 5330 apprenants par an !
    Or 2176 jeunes en ont profité.

    Conclusion ce projet est une magouille pour goinfrer les 5 millions d’euros de subvention.
    Un classique de coopération avec les états maffieux qui bien sur rétrocommissionnent à des amis !

Poster un commentaire