TATIE

Le nouvel ambassadeur du Japon au Gabon a visité le Centre d’appui à la pêche artisanale de Libreville (Capal), le 11 septembre. Shuji Noguchi s’est réjoui de la bonne tenue de cette infrastructure qu’il a présenté comme un des sites les mieux gérés de la coopération japonaise à travers le monde.

Selon Shuji Noguchi, l’ambassadeur du Japon au Gabon, le Capal est un des sites les mieux gérés de la coopération japonaise à travers le monde. © Gabonreview

 

Fruit de la coopération nippo-gabonaise, le Centre d’appui à la pêche artisanale de Libreville (Capal) a été visité par le nouvel ambassadeur du Japon au Gabon, le 11 septembre. A cette occasion, Shuji Noguchi s’est réjoui de la bonne tenue de cette infrastructure dédiée à l’amélioration de la sécurité alimentaire.

«Je suis très heureux et presqu’ému d’avoir constaté les installations bien maintenues et utilisées efficacement. Durant mon parcours, j’ai visité beaucoup de sites de la coopération japonaise. Et je puis affirmer que le Capal est l’un des sites les mieux gérés de notre coopération», a affirmé le diplomate japonais sur Gabon 1re.

Le Capal a été financé en 2009 par le Japon à hauteur de sept milliards de francs CFA. L’infrastructure met à la disposition des opérateurs de la pêche des infrastructures modernes avec un quai de débarquement, une rampe pour les petites pirogues, une zone de parcage des pirogues, un lieu de transformation et de fumage. Le site propose également des services adaptés (location de box et d’espaces de vente, vente de glace).

Les pêcheurs confient leurs marchandises aux mareyeuses chargées de la vente. Les prix strictement homologués sont affichés et ne subissent pas les aléas de la spéculation. Une situation idyllique que Shuji Noguchi souhaite maintenir en l’état. «Nous voulons maintenir en l’état la situation du Capal et réfléchir sur des moyens de développement supplémentaire de notre coopération», a conclu l’ambassadeur du Japon au Gabon.

 
GR
 

1 Commentaire

Poster un commentaire