mdas

 

A la tête du ministère de l’Intérieur depuis près de cinq ans, l’ancien secrétaire général de la même structure gouvernementale n’a pas démontré de grands talents de travailleur dans les missions dévolues à son département ministériel, et qui touchent directement à la vie des Gabonais.

«Lambert Matha apparaît aujourd’hui comme le ministre le plus décidé à contraindre les populations au confinement». © Gabonreview

 

«En dehors de la limitation des libertés collectives et individuelles où il semble exceller, le ministre de l’Intérieur n’est pas toujours au rendez-vous là où on l’attend», maugrée un ancien ministre, aujourd’hui député à l’Assemblée nationale.

Carte nationale d’identité (CNI)

Lambert Noël Matha répond en effet, selon cet élu, aux abonnés absents, sur des dossiers tels que l’établissement de la carte nationale d’identité (CNI) ou la sécurité des biens et des personnes. Depuis près de huit ans pour ce qui est de la CNI, les citoyens gabonais ne se font plus établir le précieux sésame. Le Gabon ne délivre plus de CNI à ses citoyens. Si, en avril dernier, un Conseil des ministres annonçait que ce dossier d’établissement de la CNI serait dorénavant à la charge de la direction générale de la documentation et de l’immigration (DGDI), près de huit mois plus tard, «il n’y a pas un début de commencement». Le ministre de l’Intérieur s’étant contenté d’annoncer, le 30 juillet dernier à la télévision, la «certification de la nouvelle carte d’identité» et des pourparlers avec un partenaire intervenant déjà au Gabon dans le cadre de la production du passeport et des cartes de séjour. Huit mois de transactions pour la production d’un macaron biométrique.

La technologie d’identité numérique liant microprocesseur et biométrie est pourtant arrivée à maturité. 150 pays utilisent en 2021 des passeports électroniques intégrant des éléments hautement sécurisés et plus de 70 pays ont mis en place la carte d’identité électronique. Un travail d’Hercule pour le ministre Gabonais de l’Intérieur. Pendant ce temps, certaines institutions refusent aujourd’hui les récépissés délivrés par les commissariats de police. Terrible échec pour ce ministre dont les proches et défenseurs mettent uniquement en exergue la maîtrise du fichier électoral.

Échec sur toute la ligne, sauf en ce qui concerne la limitation des libertés

Sur les questions liées à la sécurité, là aussi, terrible échec. L’insécurité est grandissante dans les grands centres urbains, ainsi qu’en témoigne l’actualité récente à Mouila et à Libreville ou même la rubrique Faits divers du quotidien L’Union.

Sur le volet de la lutte contre l’insalubrité dans le Grand Libreville, autre grand dossier du ministère de l’Intérieur, la lueur d’espoir entrevue lors de la visite de terrain du maire de Libreville est retombée. Les ordures s’amoncellent de nouveau dans les principaux carrefours de la capitale et sur les lieux dédiés à Owendo et à Akanda. On cherche alors ce qui peut bien être positif dans le «bilan» de Lambert Matha à la Rue Jean Ndendé.

Près de 27 ans au ministère de l’Intérieur

Lambert Noël Matha est pourtant en poste dans ce ministère depuis 1995, en dehors des quatre mois passés au ministère de la Décentralisation, de la Cohésion et du Développement des Territoires, entre juin et octobre 2019.

En revanche, la limitation ou la confiscation des libertés est son domaine de prédilection, ainsi qu’il l’a démontré à travers son plaidoyer devant les membres de la Cour constitutionnelle la semaine dernière lorsqu’il est allé défendre son arrêté gouvernemental, après le passage de l’un des membres de la société civile devant la même institution. «Lambert Matha apparaît aujourd’hui comme le ministre le plus décidé à contraindre les populations au confinement», ajoute un responsable de l’opposition. Dans les arrêtés 559 et 685 querellés, il a installé un jeu de ping-pong entre le gouvernement et la Cour constitutionnelle. Un jeu qui démontre la fragilité de notre environnement démocratique.

En fait, du point de vue de l’opposition ou même de celui d’élus de la majorité, le bilan de Matha n’est pas très reluisant. Il est même décevant.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Yvon MENGUIA dit :

    Tout ce qui est dit dans l’article est vrai. Et c’est même insuffisant. Matha est incapable de chasser les commerçants ambulants qui occupent les trottoirs. Libreville ressemble aujourd’hui à une grande poubelle à ciel ouvert à cause de ce Matha.

  2. Yvon MENGUIA dit :

    Comme il ne connaît que le fichier électoral, il faut le nommer ministre des élections, et laisser le ministère de l’intérieur à qqn d’autre. C’est tout.

Poster un commentaire