TATIE

 

Vingt-quatre heures après sa prestation de serment devant le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, président en exercice de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), la nouvelle Commission de l’institution sous-régionale est entrée en service, le 1er septembre 2020, à l’occasion d’une cérémonie de passation de charges, à son siège à Libreville. 

Passation de charges entre le Secrétaire général, Ahmad Allam-Mi, et le président de la Commission de la CEEAC, Gilberto Da Piedade Verissimo, le 1er septembre 2020, à Libreville. © Gabonreview

 

Comme prévu dans l’agenda des réformes institutionnelles de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), la nouvelle équipe dirigeante de l’institution sous-régionale, dirigée par l’Angolais, Gilberto Da Piedade Verissimo, est entrée en service. Ce, vingt-quatre heures après la prestation de serment de ses membres devant le président en exercice de la CEEAC, Ali Bongo Ondimba. La cérémonie de passation de charges, présidée par le représentant du ministre des Affaires étrangères, par ailleurs président du Conseil des ministres, le Commissaire général à l’intégration régionale aux Affaires étrangères, Faustin Rogombé, s’est déroulée, le 1er septembre, au siège de l’institution, à Libreville.

Instantanées de la passation de charges à la CEEAC. © Gabonreview

Un nouvel air souffle désormais sur la CEEAC : «Exit le Secrétariat général et bienvenue à la Commission». Le président, le Vice-président et les cinq Commissaires ont tous pris leur fonction devant un parterre d’invités venant principalement des différents pays membres. L’opportunité pour le Secrétaire général sortant, Ahmad Allam-Mi, de remettre à son successeur, président de la Commission, Gilberto Da Piedade Verissimo, tous les documents devant l’orienter dans la poursuite de la tâche entamée par l’ancien directoire. Un travail devant s’appesantir sur la recherche d’une intégration effective des pays membres.

«Au moment où nous prenons nos fonctions, plus rien ne peut être fait pour le passé, sauf à nous rappeler qu’il est une source de connaissance de toutes les erreurs à ne pas répéter. Par conséquent, ce qui nous reste c’est le présent et se préoccuper du futur, pour lesquels quelques actions doivent être envisagées», a déclaré le président de la Commission de la CEEAC.

Gilberto Da Piedade Verissimo estime qu’il est temps d’«élever l’Afrique centrale au niveau de la richesse des populations et des ressources naturelles qu’elle possède et donner à cette sous-région un sentiment de compétitivité qui la présente comme une destination attrayante à la fois pour ses habitants, en particulier les jeunes, ainsi que ceux qui veulent s’engager dans les affaires ou s’y établir».

Le nouveau patron de l’nstitution, qui reste très optimiste, assure que la CEEAC dispose d’instruments pour la remettre sur les rails de l’intégration régionale. «Une intégration économique soutenue par le développement des infrastructures, un marché commun, la libre circulation des capitaux, des personnes et des biens et une intégration plus accentuée des peuples», a-t-il noté.

Le traité révisé de la nouvelle CEEAC validant l’entrée en fonction de la Commission a déjà été ratifié par neuf (9) des onze (11) États.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire