TATIE

Le Conseil des ministres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), en prélude à la 18e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement tenu, le 23 novembre, par visioconférence, a été élargie aux ministres de l’Economie et des Finances des pays membres. Le ministre gabonais de l’Economie et de la Relance, Jean-Marie Ogandaga, a pris part à cette session ordinaire ayant permis d’inviter les États membres à s’acquitter de la totalité de leurs arriérés de contributions afin de permettre à la communauté d’atteindre ses objectifs.

Le ministre gabonais de l’Economie et de la Relance, Jean-Marie Ogandaga, assistant par visioconférence, au Conseil des ministres de la CEEAC, le 23 novembre 2020. © D.R.

 

Dans le cadre de la 18e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), le Conseil des ministres des Affaires étrangères, de l’Intégration et des Relations extérieures, élargi aux ministres de l’Economie et des Finances, s’est tenu, le 23 novembre, par visioconférence. Ce rendez-vous ayant planché sur une dizaine de points du projet d’ordre du jour et auquel participait le ministre gabonais de l’Economie et de la Relance, Jean-Marie Ogandaga, a validé plusieurs dossiers parmi lesquels l’invitation faite aux Etats de s’acquitter de la totalité de leur arriérés de contributions.

Au terme des échanges présidés par le ministre gabonais des Affaires étrangères, le Conseil des ministres a adopté le rapport d’activités présenté par la Commission de la CEEAC, tout en soutenant la proposition de réaliser un audit des comptes de l’organisation.

Il a également été recommandé à la Commission de régulariser la situation budgétaire de l’exercice 2020 en soumettant un projet de budget dont le financement des États membres sera exclusivement fondé sur le paiement de arriérés de 40%, et de mener une réflexion sur la clé de répartition des contributions des États membres au budget de la communauté, au regard du contexte économique et social actuel des États.

Le Conseil a exhorté les États membres à s’acquitter de la totalité de leurs arriérés de contributions afin de permettre à la communauté d’atteindre ses objectifs. De même, il a adopté le rapport d’activités présenté par la Commission et soutenu la proposition, par les éléments de la passation de service, notamment sur l’effectivité du personnel du Secrétariat général, l’état du patrimoine, la situation financière, les créances et les dettes.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire