TATIE

Le parlement de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (Cemac) a débuté, le 12 octobre, à Malabo (Guinée Equatoriale), sa deuxième session ordinaire. Celle-ci est axée sur l’examen et l’adoption du budget de l’organisation et devra s’étendre sur un mois. Le Gabon y est représenté par une délégation conduite par l’honorable Vincent Mavoungou Bouyou, par ailleurs vice-président de ce parlement.

La 2e session ordinaire de la Cemac s’est ouverte, le 12 octobre 2020, à Malabo en présence de la délégation gabonaise conduite par l’honorable Vincent Mavoungou Bouyou. © D.R.

 

La deuxième session ordinaire du parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Cemac) s’est ouverte, le 12 octobre, dans la capitale équato-guinéenne. Les travaux dirigés par le président de l’institution, le Camerounais Hilarion Etong, concernent l’examen et l’adoption du budget pour l’exercice 2020-2021.

Le président du parlement de la Cemac a félicité les chefs d’État des pays membres pour la diligence avec laquelle ils ont mis en place, avec une certaine efficacité, des plans de riposte contre le Covid-19, cet «ennemi invisible». Il estime, au regard de ces efforts consentis, qu’à l’échelle planétaire et même continentale, sur le plan sanitaire, la sous-région s’en sort plutôt bien.

Si l’impact négatif de la pandémie sur les économies des six États membres est réel et complexe, il a invité les dirigeants de la communauté à poursuivre le processus de réformes engagées, de manière à accélérer le développement au sein de la sous-région et son intégration. Ceci, non sans relever les effets néfastes du Covid-19 sur  la circulation des personnes et des biens dans la sous-région à cause de la fermeture des frontières.

Cette deuxième session s’étendra sur un mois et le Gabon y est représenté par une délégation conduite par l’honorable Vincent Mavoungou Bouyou, par ailleurs vice-président de ce parlement.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire