GR

Composé et mis en ligne quelques heures seulement après la dernière allocution d’Ali Bongo au cours de laquelle il a annoncé la création d’une enveloppe de 250 milliards de francs CFA censée soutenir les personnes et les entreprises impactées par la crise due au Covid-19, le single «C’est Ali qui paye» du rappeur gabonais Tris est une réponse «ironique» à l’élan de générosité affiché par le président de la République.

Le rappeur Tris répond ironiquement à l’annonce des mesures sociales d’Ali Bongo contre le Covid-19. © Wazemusic.com

 

250 milliards de francs CFA. Forcément, ça fait rêver. Si bien que les internautes rivalisent d’idées depuis que le président de la République a annoncé que cette somme sera décaissée pour atténuer l’impact de la crise due au Covid-19, aussi bien pour les ménages les plus fragiles que pour les entreprises ayant vu leurs activités baisser, voire arrêter. À l’élan de générosité d’Ali Bongo, la réponse de Tris est sans nul doute la plus originale. Le jeune rappeur gabonais qui compte parmi les plus incisifs de sa génération en a fait un single intitulé «C’est Ali qui paye».

Tout y passe. De l’achat du crédit téléphonique au paiement des loyers, en passant par la consommation d’une célèbre bière locale et le transport en taxis (privés), la nouvelle vie des Gabonais que Tris peint dans son single est idyllique… d’autant que tout devient gratuit. Toutes les dépenses sont désormais à la charge d’«Ali [Bongo ?]» et le mot de passe pour en bénéficier : «C’est Ali qui paye !»

«Tout est parti d’un délire, raconte le rappeur. C’est ma perception des choses». Il ne nie d’ailleurs pas que son single est «ironique». Aussi, explique-t-il que son but est de faire comprendre aux Gabonais qu’ils «n’ont pas à attendre ce qu’on ne leur a pas promis», davantage pendant ce temps de crise due au Covid-19.

Et pour Tris, membre du groupe Bwiti Gang, la lutte contre cette pandémie «ne concerne pas que Ya Ali, mais tout le monde, de la présidence de la République au fin fond des Madouaka (quartiers sous-intégrés)». «Je pense qu’on ne devrait pas forcément attendre que le gouvernement fasse pour soi-même essayer de sauver sa vie.»

 
GR
 

6 Commentaires

  1. Sophie dit :

    Il a raison. Et que tous ces voleurs de la République sache qu’on meurt tous e laissant tout ici bas. Donc, même l’argent volé ne vous aidera en rien.

  2. SYLVIE dit :

    Félicitation à l’article et l’artiste Tris soss mutema. Le message est passé !

  3. Davivilla dit :

    Bassé, nbreux n’avaient pas compris qu c’etais de l’ironie et qu ces promesse ne sont k des belle paroles! 250milliards pr un pays d’1milion d’habitants,autant faire la divisions! Bfr pr ma part le nbre de cas declaré semble erroné a croire qu c’est avantageux pr eux! Dp, si falait appliqué une carantaine c’est le pays qui l’aurait étédpuis et non les habitants com l’a fait la Guiné, la preuve jpense pas qu’il ait des cas laba!dpuis j’enttend parlar des methodes etc pr lurter contre ce covid mais personne ne parle de la decouverte du ddr africain ki est l’Apivirine!

  4. Ikobey dit :

    La critique est facile , l’art est difficile !
    Heureusement qu’ABO est là pour le pays, il en faudrait une dizaine comme lui pour faire sortir le pays du sous développement.
    Facile de critiquer celui qui agit, qui fait, qui construit, qui se sacrifie pour le bien de tous les Gabonais.

  5. Paul Bismuth dit :

    Ali Bongo ne se sacrifie en rien. Les Gabonais eux,en revanche, sont sacrifiés. Le Covid 19 ne fait que mettre à nu les failles de notre système de santé et de notre économie déjà très visibles pourtant. Dans cet article j’ai lu que Ali Bongo réalisait un « élan de générosité » en prévoyant cette enveloppe de 250 milliards. Il faut bien comprendre que Ali Bongo est le président de la République. Il se doit donc de tout mettre en oeuvre pour garantir le bien-être des populations, plus encore par ce temps de vents tumultueux. En somme il ne fait que faire son travail. Et ce n’est rien par rapport à l’immensité de ce qu’il doit faire pour nous et qui n’est pas fait. Arrêtez donc de prendre Ali Bongo pour un particulier qui se montre prodigue avec ses concitoyens sur ses fonds propres. Car les 250 milliards dont il est question sont de l’argent public. Autrement dit, de l’argent qui appartient à tout le monde.

  6. Ikobey dit :

    Bismuth dit « …il ne fait que faire son travail » si tout le monde le faisait aussi bien , le pays irait beaucoup mieux.
    « l’argent public appartient à tout le monde » NON ! il appartient à l’Etat.

Poster un commentaire