HABANA

 

Le gouvernement a adopté le 13 septembre plusieurs projets d’ordonnance parmi lesquels celui relatif aux changements climatiques. Ce texte fixe le cadre juridique applicable en la matière et annonce la création d’un fonds destiné au financement des politiques de lutte et d’adaptation aux changements climatiques.

Selon le Giec, «le climat est en train de changer partout dans le monde et plus rapidement que prévu…et les catastrophes naturelles devraient se multiplier». Sur la photo, une inondation dans un quartier de Libreville. © Gabonreview

 

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) a récemment indiqué dans son rapport publié le 9 août 2021, que le climat est en train de changer partout dans le monde et plus rapidement que prévu. Même en limitant le réchauffement climatique, les catastrophes naturelles devraient se multiplier, faisait-il savoir. Pour mieux encadrer les initiatives, démarches et engagements du Gabon en la matière, le Conseil des ministres du 13 septembre a adopté un projet d’ordonnance relatif aux changements climatiques.

© Gabonreview

En effet, d’ici la fin du 21e siècle, on s’attend à une augmentation d’environ 1 à 3,5 degrés Celsius de la température moyenne de la surface du globe par rapport à 1990. Le Gabon veut contribuer à inverser cette courbe. D’où ce projet de loi qui «matérialise les engagements du Gabon au niveau international et particulièrement les dispositions de l’Accord de Paris dans la lutte contre les effets du changement climatique».

Le ministère des Eaux et Forêts fait savoir que «ces engagements sont notamment inscrits dans le Plan national climat et la contribution déterminée au niveau national dans laquelle notre pays s’engage à maintenir la neutralité carbone à l’horizon 2050».

Le cadre juridique adopté a  pour objectif «d’encadrer les actions des acteurs institutionnels à travers un ordonnancement juridique et uniforme pour tous ;  de mettre en place un système fondé sur le marché pour inciter les émetteurs à réduire leurs émissions conformément à un seuil d’émission dans le cadre du système d’échange de quotas et compenser les émissions résiduelles en utilisant principalement les crédits carbone de projets gabonais».  Il vise également à «créer un registre, clé de voûte du système d’information d’émission de gaz à effet de serre et du système national de quotas d’émission et de compensation carbone».

Dans le même temps, l’ordonnance prévoit également la création d’un fonds destiné au financement des politiques de lutte et d’adaptation aux changements climatiques.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire