TATIE

Le Conseil d’administration du Centre hospitalier universitaire de Libreville (Chul) s’est réuni le 27 novembre. Les administrateurs ont planché sur l’examen et l’adoption du bilan d’activité et du compte administratif 2019.

Les membres du Conseil d’administration du Chul réunis, le 27 novembre 2020, à Libreville. © Gabonreview

 

Programmé pour avril dernier, c’est finalement le 27 novembre que le Conseil d’administration du Centre hospitalier universitaire de Libreville (Chul) a eu lieu. Cette rencontre a permis aux membres du Conseil d’examiner le bilan d’activité, le compte administratif 2019, et d’évaluer l’impact du Covid-19 sur cet hôpital.

Présidé par Alphonsine Mbié N’na, le Conseil a fait le constat des difficultés ayant plombé l’activité du Chul en 2019. On y dénombre le sous-effectif du personnel infirmier, médical, biomédical, de même que l’absentéisme et les retards du personnel en poste. Sur le plan matériel, infrastructurel et organisationnel, les administrateurs ont noté le non-renouvellement des consommables, du matériel et des réactifs, les dysfonctionnements du bloc opératoire, l’absence de maintenance des appareils, la perte de salles d’hospitalisation de 4 lits à cause de l’effondrement du plafond, l’absence d’eau courante, la faible capacité d’accueil des services, le processus de transfusion de sang jugé trop protocolaire et problématique, l’absence d’un système d’archivage des dossiers des patients et le problème de traçabilité entre les services de soins et la pharmacie.

© Gabonreview

Toutefois, assure le Conseil d’admiration,  2019 n’a pas été une année sombre. Quelques faits marquants ont redoré le blason de cette institution hospitalière, la plus grande du pays. Il s’agit notamment de la réparation du scanner, de la radiologie et de l’IRM, la réhabilitation de l’éclairage de l’hôpital, la réhabilitation partielle de la station de production d’oxygène, l’ouverture d’un bloc opératoire, la réhabilitation des urgences hospitalières, des locaux du service de néonatologie et de l’ancien service de traumatologie ; ainsi que la reprise de l’alimentation des patients et l’ouverture d’une cantine pour le personnel.

Des projets dits prioritaires ont également été menés à terme. On notera principalement ici, la réhabilitation de la salle d’angiocoronarographie, la modernisation de la maternité, l’informatisation et la numérisation des services.

Par ailleurs, un point complet sur la gestion de la pandémie de coronavirus, pour laquelle le Chul a été réquisitionné six mois durant, d’avril à septembre 2020, a également été fait aux administrateurs par le directeur général. Le Dr Marie-Thérèse Vané Ndong-Obiang n’a pas manqué de souligner le manque à gagner et les difficultés de trésorerie induits par cette réquisition et a souhaité, avec les administrateurs, que des compensations financières soient faites au bénéfice du Chul.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. MOUNDOUNGA dit :

    Bjr. Morceau choisit : « que des compensations financières soient faites au bénéfice du Chul » les autorités apprécieront. Amen.

Poster un commentaire