HABANA

Frais de représentation onéreux, mobiler de bureau grand luxe, grosses cylindrées tout-terrain, embauches superfétatoires… dans les couloirs de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) on glose à n’en plus finir sur les frasques du nouveau directeur général, Renaud Allogho Akoue.

Renaud Allogho Akoue, directeur général de la CNAMGS. © La République Magazine

 

On craignait la «République des imberbes» avec le casting livré par les conseils des ministres des 28 septembre et 27 octobre 2017, propulsant des postadolescents dans la haute hiérarchie de l’administration et des structures publiques. A la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), le promu du 27 octobre étonne en tout cas nombreux de ses administrés. Dans les couloirs de l’organisation tout le monde murmure sur les frasques de Renaud Allogho Akoue, le directeur général ayant remplacé le Pr Mboussou.

Bling bling !

De source digne de foi, le nouveau directeur se révèle en épicurien de grande stature, déjeûnant quotidiennement sur les meilleurs tables du front de mer, entre Louis et Batterie IV. Coût moyen du repas certainement arrosé de crus selects : 400 000 francs CFA par jour, payés par la CNAMGS. Privilégiant le goût et le lifestyle plutôt que la performance de la structure lui ayant échu, Renaud Allogho Akoue a décidé, sitôt arrivé, de changer le mobilier de son bureau et sa salle d’attente, comme si son prédécesseur travaillait dans un souk. Payée chez Idées 2000, le fameux magasin de design intérieur de la rue du capitaine de Vaisseau de Mortelone (Prix-Import – Camp de police), la note s’est chiffrée, selon des indiscrétions concordantes, à 50 millions de francs CFA.

Le jeune homme ne s’arrête pas là pour ce qui est de la confirmation de son nouveau statut et de son personal branding. Alors que l’ancien directeur général a laissé deux véhicules de fonction : un Toyota Toundra et un Toyota Prado, le nouveau venu demande l’achat du tout dernier Toyota Landcruiser VX ; le même que de nombreux ministres.

Management copains coquins

Coté management, Allogho Akoue a commencé par geler tous les postes du service comptabilité pour y placer des proches. On note qu’à la Direction du contrôle médical et de la lutte contre la fraude (DCMLF), il a fait engager 7 stagiaires de son carnet d’adresses, certains étant «même père, même mère», comme on dit au quartier ; c’est-à-dire d’une seule et même fratrie. Il faut dire que le stage n’est pas mal payé à la CNAMGS : 120 000 francs CFA par mois. On se gardera, pour le moment, d’évoquer le traitement de toutes les nouvelles compétences embauchées depuis son arrivée (chauffeurs, assistantes, etc.). Si cela lui permet de travailler avec ses gens de confiance, il n’en reste pas moins que la masse salariale s’en trouve alourdie.

Le nouveau DG de la CNAMGS se révèle également comme un grand stratège. Usant du «divide and rule» (diviser pour régner), il a fait créer un nouveau syndicat qu’il pourra contrôler : le Syna-Cnamgs, alors qu’une structure syndicale existait déjà, le Syn-Cnamgs dirigé par Placide Mbeka. La technique est connue. Si elle permet de court-circuiter des grèves, elle n’amène pas à la résolution des problèmes soulevés, bien souvent réels.

Parcours exemplaire et «République des imberbes»

Renaud Allogho Akoue n’a pourtant pas mauvais profil. Après un Deug d’Économie et Gestion puis un Master en Management général à Nantes, il a obtenu à Toulouse un Dess en Finance. On le retrouve ensuite dans une banque à Paris, la Neuflize Schlumberger Mallet (NSM). Un beau CV qui lui permet d’entrer chez Pricewaterhousecoopers à Libreville, en 2002. On sait qu’il sera par la suite secrétaire général du Groupe Ogar puis directeur général d’Ogar International.

Comment donc expliquer, après un tel parcours, l’absence de sobriété de ce jeune homme et les prémices de son mode de management de la CNAMGS ? Une seule explication : à 39 ans, ce manager qui affecte le bras de chemise-cravate comme Barack Obama, n’a pas encore assouvi les pulsions du paraitre (bureau design, projet de Toyota VX). Les diplômes, leur présomption de compétence et les parcours professionnels qu’ils induisent, ne suffisent toujours pas. On en vient à penser à «La République des imberbes» (l’Harmattan, 1985) de Mohamed Toihir, ce pays où les jeunes qui n’avaient pas encore assouvi les pulsions du paraitre, des voyages, du Donjuanisme, etc., ont pris le pouvoir, ont passé le temps à assouvir leurs besoins pubères pour finir par naufrager leur pays.

L’ascension météorique dans la haute administration de nombreux promus du dernier trimestre de 2017, avait été fort critiquée. Nombreux de ces «jeunes premiers» auraient gagné à apprendre encore, à se bonifier, à gagner en principes, en idéaux, en valeurs morales intrinsèques et en détachement avant d’arriver à des responsabilités donnant littéralement carte blanche sur des budget colossaux.

«La République des imberbes» fonctionne. Elle conduira le Gabon à l’émergence en 2025… dans 7 ans seulement.

 
GR
 

24 Commentaires

  1. GABONAIS à Part dit :

    Pour son goût du luxe, pas de commentaire…En ce qui concerne les recrutements, je connais le mode de fonctionnement des fangs…le seul critère de compétences qui vaille est l’ethnie.

    • BEYEME dit :

      GABONAIS à Part,

      Entièrement d’accord avec toi quand tu écris, je cite: <>.
      Ta cupidité ne te fera pas ignorer le mode de fonctionnement des autres ethnies du Gabon (douanes, oprag, finance, TP, trésor, pétrole…)
      Donc, c’est pas une affaire des fangs seulement en résumé.
      Il faut parfois se taire quand on n’a rien à dire ou écrire.

    • Francis dit :

      Tu n’as pas trouvé mieux que de te foutre des fangs?

      je t’invite à faire un tour au Trésor, impots et Oprag pour ne citer que ces trois, tu comprendras mieux le creux de tes propos!

    • alert dit :

      au lieu de critiquer l’article sur le fond , on ramène la chose à l’ethnie. tout le pouvoir militaire , judiciaire etc. est concentré chez les Batéké. mais dès qu’un fang remue un doigt ca devient un fléau. les fang sont et resteront la principale population capable de relever ce pays. c’est ainsi et que quelqu’un vienne me montrer le contraire.

    • Le Fils de Dieu dit :

      Les Fang sont un peuple fier. Quand un Fang est promu, c’est qu’il en est le mérite. En plus, le DG de la CNAMGS est issue d’une famille nantie et mange dans des grands restaurants depuis son jeune âge. Depuis sa nomination, iln roulait dans son véhicule personnel, parce que le Prado que le précédent avait laissé, était celui de son chauffeur. Donc il n’est pas normal qu’il ait un véhicule de service? Ou bien auriez-vous voulu qu’il vienne au travail avec la Tundra ou bien avec le Prado du chauffeur de l’ancien DG? C’est de la méchanceté.
      Cet article ne révèle qu’un chose: l’arrivée de Renaud Allogho est mal perçue par certains qui pensent que les Fang n’ont pas le droit d’avoir certains postes de responsabilités. Le commentaire de « Gabonais à Part » en dit long. Et le responsable du site, qui a pris lui-même le soin de rédiger cet article, est certainement rangé dans cette logique du « Tout sauf … ». Mais sachez que le Gabon est pour nous tous.

    • LURON DE MAYE dit :

      GABONAIS à Part es tu si aveugle pour constater que le repli identitaire est une constante chez tous les Xénophobes du Gabon? Si tu étais différent cette remarque saugrenue ne hanterais pas ton esprit étriqué.Tu es un danger pour l’avenir du Gabon. Le Gabon est un pays de métissage ethnique.
      Si tu es contre cette évolution pourtant naturelle,il faut épouser ta sœur.

    • Marinhos DJITRINOU dit :

      Une direction qui a besoin de personnel se fait le droit de recruter le personnel qualifié. Faites les enquêtes avant de parler.

  2. LE VOYAGEUR dit :

    Dame Laborieux, il serait très Laborieux pour toi de faire une comparaison de gestion entre Mr MBOUSSOU et ce jeune Imberbe comme tu l’appelle. je te demande de faire cet exercice fastidieux pour le professeur.
    et je sens qu’en le faisant le vieux Psy va transpirer et aura même le Rhume.
    quand les gens ont du mal à accepter le changement ou le départ de leur mentor ça donne de tes telles informations à la ramasse fondées sur aucune base et qui ne nous informent pas dans le fond si depuis l’arrivée de M. ALLOGHO la CNAMGS régresse dans ses chiffres par rapport à l’ancienne équipe et que son management est chaotique.
    qu’est ce qu’on y apprend dans cette article le kongossa pour alimenter les cafés de lbv rien d’autres.
    je retiens ici la jalousie tout simplement et je ne sais pas ce que gagne ceux qui diffuse de telles info si ce n’est pour assouvir leur rancœur à l’endroit du jeunot.
    Macron est président à 39 ans, cependant il y a encore des gens qui doute de la capacité des jeunes à gouverner ou à présider.
    une fois de plus la valeur d’un homme n’attend point le nombre d’année.

    • Nelson Mandji dit :

      À 400.000 F tous les midis, cet imberbe a englouti un peu plus de 31 millions en 3 mois pour se nourrir . On doute fort, même s’il n’est pas irréprochable, que le Pr Mboussou ait fait autant dans les agapes personnelles.
      On change de bureau pour rien, on embauche les parents et amis, on demande une cotation pour le dernier VX, dans une boîte en difficulté, et vous trouvez que c’est rien, qu’il ne faut pas le déplorer. Piètre argument, également basé sur rien et tenant de la mauvaise foi, vous classez ça dans le kongossa dû à la jalousie. On comprend mieux pourquoi ce pays ne pourra pas se developper : si c’est l’un des nôtres, circulez y a rien à dire ; si c’est autrui on peut dénoncer. Quand va-t-on arrêter ça ? Votre Macron de 39 ans a-t-il ainsi géré les postes qui lui étaient confiés avant de devenir président ? Devenu président s’est-il servi de l’argent de la France pour satisfaire ses lubies ? Comparez, comparez toujours l’incomparable.

      • LE VOYAGEUR dit :

        Pourquoi tant de méchanceté vis à vis des autres! pourquoi tant d’exagération quand il s’agit des autres juste pour nuire !!!
        dites moi pourquoi un DG ou un ministre doit se priver de ce que lui confère ou lui donne ses fonctions.
        il faut connaitre le fonctionnement d’une institution au risque de dire des contres vérités. les informations de cet article et votre réponse nous apprend rien du tout. Car je ne pense pas que ce Monsieur dépense tous les jours 400000 FCFA tous les midis dans les restaurants, et a procédé pareillement comme son prédécesseur dans le recrutement si recrutement de masse il ya eu car on parle de stage.
        bref il s’agit plus d’un article a charge qu’autre chose.
        il serait bon pour nous gabonais de faire des critiques constructives que d’être toujours entrain d’invectiver car on n’est pas content de ceci ou de cela.
        Un DG a des droits et des devoirs. n’a t-il pas droit? A t-il manqué à ses devoirs?
        A partir de ce moment on pourra bien discuter. car nous connaissons tous comment ça fonctionne dans les administrations publiques ou privées, quand un agent qui pense qu’il a un titre foncier de sa fonction se sent menacé ou que lorsqu’il sent qu’on connait ses limites.

        fais aux autres tout le bien que tu voudrais qu’ils te fissent à toi -même.

        A bon entendeur…..

  3. Matho dit :

    tout ça quand les différents partenaires se plaignent de pouvoir être payés en temps et en heure. Révoltant!

  4. AMARULA dit :

    pour les recrutements c’est vrai, car je connais de grands adultes qu’il a débauchés d’Ogar pour les embaucher à la CNAMGS. Pour quoi faire? rien! puisqu’ils errent dans les couloirs, sans bureaux, à longueur de journée.AKA! il fait comme les autres!

  5. diogene dit :

    Tout d’abord il convient de rappeler qu’à 16 ans Alexandre commandait brillamment ses armées, que Mozart écrivit lettre à Élise à 5 ans, que Pascal inventa la calculette à 14 ans, etc…D’où la maxime de Corneille : Aux âmes bien nées la valeur n’attend pas le nombre des années.
    Ainsi chantons avec Brassens : le temps ne fait rien à l’affaire quand on est con, on est con, qu’on ait vingt ans qu’on soit grand père…

    De plus à presque 40 ans ce triste sir est loin de l’enfance, de l’adolescence…C’est la crise de la quarantaine : cet artifice récent du délire égotiste…

    Il faut dire que sur le fond, le déplorable comportement de ce jeune homme provient du bon lait du PDG, de sa propre conviction que la chose publique est une case familiale, que le sociale et le service publique sont des chimères, c’est ce qu’on lui a appris dans les écoles de négriers appelé managers (ça fait mieux sur une carte de visite).

    • Nelson Mandji dit :

      Il y a, en nombre marginal, des génies précoces et parfois on peut atteindre la maturité dès son adolescence. Mais, à 40 ans (ce monsieur est né en décembre 1978), on peut faire autrement. Les émergents ont ruiné le pays plus que tous les gouvernements Omar Bongo. Dire qu’ils annoncent un pays émergent dans 7 ans au moins. Dire que tous ces jeunes ont été nommés pour redresser la barre, pour corriger les précédentes erreurs de casting. Pitié.

    • Marinhos DJITRINOU dit :

      Pour tout ceux qui connaissent cet monsieur,il n’est pas ce que les mauvais coeurs aigris pensent de lui. Diogène,aller dans ces écoles, c’est pour apprendre la gestion du service publique et privé. Il sait bien le faire. Informe toi bien de tous ces parcours professionnels. Pas de reproches dans ses institutions où il a servi dans l’Afrique. Cherche plutôt à copier son modèle au lieu de dire des anneries sur lui. La jalousie va toujours faire féculer le pays

  6. Jean-Marie MOMBO dit :

    Au lieu d’arranger, Allogho Akoué est plutôt venu casser la baraque ! Il ne reste plus pour Brice Laccruche que de le virer. Il ne peut pas continuer, après de telles frasques dès le début.

  7. Jean-Marie MOMBO dit :

    Honnêtement, c’est un scandale ! Un DG qui ne veut se priver de rien est un DG qui va couler la boîte.

  8. MBIRE dit :

    On va me dire, je parie qu’il sera entendu un jour à la DGR…le kongossa est une plaie au Gabon. Quand on parle déjà de lui comme ça, c’est qu’il est déjà visé…juste parole de l’œil de l’aigle qui voit de loin.

  9. GEN dit :

    La jalousie et la haine n’ont pas de limite….A mediter

  10. GEN dit :

    Mais ça ne sert à rien de faire de faire ce travail machiavelique à l’encontre de Renaud Allogho…Beaucoup de compatriotes font les mêmes choses qui poirtant relèvent de leurs prérogatives de DG…Le Gabon est un pays de verre. Alors Attendez votre tour au lieu pour pouvoir vous démarquer de ce.comportement humain. Toujours des debats inutiles, de la pure distraction. Nous avons de vrais problèmes dans notre pays. La jalousie pousse parfois au suicide.

  11. grondin dit :

    C’est l’argent du contribuable, faite attention lorsque vous gérer. Il fallait un comité de gestion, pour que tous ceux qui cotisent soient rassurés. Éviter le bling-bling.

  12. AMARULA dit :

    Ah, les émergents! on arrive dans une structure aussi technique comme la CNAMGS, et ce qu’on trouve à faire c’est des affectations/réaffectations, sans vraiment prendre le temps de comprendre ce qui s’y passe et comment ça marche!C’est ça l’administration gabonaise. Celui qui arrive chamboule tout et on reconstruit dans tous les sens en promettant des postes aux syndicalistes pour qu’ils ne boudent pas. Oh! le nouveau syndicat de la nouvelle Direction Générale est en place déjà.Placide Mbeka a démissionné de l’ancien syndicat pour rejoindre le nouveau avec ses revendications sur le poste qu’il souhaiterait occuper. Chacun des nouveaux syndicalistes a déjà fait ses doléances au nouveau DG qui a intérêt à respecter ses engagements, sous peine de subir sa première grève. Du rez- de- chaussée, nous les observons. Et pendant ce temps, nous avançons ensemble vers la déroute de la CNAMGS! Vive l’émergence!

Poster un commentaire