mdas

 

À la faveur d’une rencontre, mardi 19 octobre, au palais Léon Mba, à Libreville, les députés ont défendu devant les représentants du secrétariat général du Commonwealth la candidature du Gabon qu’ils ont présenté, entre autres, comme «un pays attaché au respect des droits de l’Homme».  

Blaise Louembé, président de la Commission, et Noël Nelson M’Essonne (à droite),  en octobre 2021. © Facebook

 

Introduite par le ministre des Affaires étrangères Pacôme Moubelet Boubeya, une délégation du secrétariat général du Commonwealth a échangé mardi avec les députés membres de la Commission des affaires étrangères, de la coopération internationale, de la défense nationale et de l’intégration régionale présidée par Blaise Louembé. Au centre de leurs discussions : la candidature annoncée du Gabon à cette organisation intergouvernementale. Les parlementaires n’ont pas manqué de brosser le portrait le plus reluisant de leur pays.

«Nous avons échangé sur la question des droits de l’Homme, sur le rôle de l’Assemblée nationale pour garantir et préserver ces lois en République gabonaise […]. On a fait comprendre à la délégation que le Gabon est un pays attaché aux droits de l’Homme, un pays qui est État parti aux grands traités et conventions sur les droits de l’Homme, et qu’il y a un travail qui se fait pour traduire toutes ces conventions en lois internes», rapporte Noël Nelson M’Essonne, député du 2e siège du département de la Mvoung, dans l’Ogooué-Ivindo.

Pour sa part, Lindford Andrews, chef de la délégation du Commonwealth, a estimé qu’il était de bon aloi de venir s’entretenir directement avec les députés gabonais au sujet de la candidature du Gabon. «L’Assemblée nationale est un organe clé dans la séparation des pouvoirs, et le Commonwealth a à cœur ce principe. Il était donc important pour nous de venir discuter avec les membres du Parlement sur ce sujet et sur d’autres», précise-t-il, annonçant d’autres rencontres avec les autorités gabonaises avant la tenue du sommet.

 
GR
 

21 Commentaires

  1. UDFR dit :

    Allez tous apprendre l’anglais comme langue principale….

  2. Jean .jacques dit :

    On gagne quoi avec tout ca.c’est pad en parlant anglais que le Gabon aura les route logements sociaux.emploi.meilleur système d’ éducation. Le retard du pays v’c’est nous même pas la langue française. A cause de l’anglais que la corruption.va finir? On aura plus les grèves des profs?

    • NGOMAH dit :

      Les logements sociaux au Gabon, c’est un luxe. Quand on ne peux pas vivre à Libreville ou port gentil on va en province ou au village ou chacun a un terreau au moins. Ne copiez ou ne rêver pas ce que vous ne connaissez pas et ne pouvez culturellement pas faire.
      On est incapable de gérer avec objectivité les premiers logements sociaux(SNI)

      • Paul Bismuth dit :

        @NGOMAH

        La question du logement se pose aussi en province.Sachez par ailleurs que c’est à cause du manque de services publics et d’activités économiques que les gens veulent s’installer dans les deux principales villes du pays. Donc au lieu de mettre en cause le comportement de ceux qui aspirent légitimement à mieux vivre, incriminez plutôt la clique d’incompétents prévaricateurs qui dirigent votre pays.

  3. Ngomah dit :

    KO !!!! les 4/120  »parlementaires » maitrisant l’anglais auront du pain sur la planche pour désanalphabétiser la majorité franglaise;

  4. Ngomah dit :

    KO !!!! ahh Messöne m’éssone les 3/120  »parlementaires » maitrisant l’anglais auront du pain sur la planche pour désanalphabétiser la majorité franglaise…..

  5. Julien dit :

    Je retiens ceci : »…COMME UN PAYS ATTACHÉ AU RESPECT DES DROITS DE L’HOMME… »

    De qui se moque t’on ? Du peuple gabonais encore une fois de plus. Les Bongo et Valentin et leurs parrains de la francafrique iront jusqu’où pour continuer à ridiculiser tout un peuple ?

    • Julien dit :

      « …L’assemblée nationale est un organe clé dans la séparation des pouvoirs… ». LE CHEF DE LA DÉLÉGATION DU COMMONWEALTH NE SAIT VRAIMENT PAS CE QU’IL DIT. IL CROIT QUE LE GABON EST COMME L’ANGLETERRE EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE. OU ALORS, IL JOUE LE JEU D’HYPOCRISIE DE LA MAFIA FRANCAFRICAINE. NOUS NE SOMMES PAS SORTI DE L’AUBERGE.

      • Julien dit :

        Je vous donner mon avis sur cette pseudo entrée au Commonwealth: ce sera tout simplement l’arbre qui cache la forêt. Comprenne qui voudra.

        N’oubliez jamais qu’on n’a pas une armée européenne ou anglaise au Gabon, mais bien une armée française: armée d’occupation depuis la pseudo indépendance de 1960. La duplicité des français n’est plus à démontrer. Dommage que beaucoup de Gabonais sont encore aveugles pour ne pas toujours comprendre la stratégie malveillante des français.

  6. brownsugar dit :

    cela apprendra aux francais qui on soutenu ce messieur en 2016.et l ironie de l histoire la societe civile mettait en doute son affiliation biologique.je pense que son penchant a sa souche genealogique a ete plus fort.car tous les pays ont des problemes de temps en temps mais ne rejoignent le commonwaelth apres un desaccord.la plupart de ces interets se trouvent en angleterre.des 2012 j avais senti sa volonte murement reflechit de couper avec la france en declarant qu il voulait de l anglais..mais les francais comme d habitude indecis,hesitant,.je ne crois plus trop à un espace francophone qui va s’agrandir .mais plutot à un recul graduel de la francophonie.car d’autres pays francophones vont lui emboiter le pas .

  7. brownsugar dit :

    la nature nous rattrape tjs.le president aura realiser son reve personnelle celui d adherer a son espace linguistique favorie et preferé l anglais.et cela meme si il n’est plus aux affaires.cela apprendra aux francais bourgui et sarkozy qui l ont soutenus sachant tres bien ses origines .son attachement a tout ce qui concerne le monde anglosaxon.voila quelqu un trois apres sa prise de pouvoir voulait de ja l anglais comme langue de travail et officiel.mais malgre cela 2016 les francais encore le soutiennent.cette fois si il fait fort direct le commonwealth.et la c’est fini ,c’est acté.seul dieu connait l avenir.ce qui est sur et ceratins la francophonie est un espace linguistique et culturelle en voie de dementelement contrairement aux autres

  8. Roger dit :

    Avec toujours la présence militaire d’un pays francophone au Gabon ? N’est ce pas plutôt du simulacre cette adhésion au Commonwealth ?

  9. Ernest dit :

    Entrer au Commonwealth ne gênera en aucune manière l’hégémonie des français au Gabon. Bien au contraire, cela lui permettra encore mieux de vivre discrètement sa duplicité en terre gabonaise.

  10. KIEM dit :

    Bonjour, à mon humble avis adhérer au Commonwealth n’est pas une mauvaise chose. J’ai fait des études scientifiques et j’ai appris « qu’un circuit fermé conduit au désordre » (second principe de la thermodynamique), les littéraires ont dû apprendre d’un philosophe grec de x siècle avant JC « si on ferme toutes les portes, la vérité restera dehors ». En résumé, l’ouverture est meilleure que de rester éternellement dans le giron français, ce sont nos amis historiques (façon façon), mais il faut des fois aller voir ailleurs. Le véritable handicap ce sont les nôtres qui vont être confrontés aux Anglophones africains qui se croient toujours supérieurs aux Francophones, je connais ce sentiment depuis les bancs d’une grande école européenne, à l’époque on disait que l’Afrique anglophone était de 6% supérieure à l’Afrique francophone, on attend donc des nôtres de leur tenir la dragée haute s’ils en sont capables.

    • Irène dit :

      N’est ce donc pas plutôt les français derrière ce pseudo projet d’intégrer le Commonwealth ? Ceci pour bien vivre cet adage: diviser pour mieux régner. Justement, les français ne sont pas intelligents comme les anglais, mais plus rusés que les anglais par contre. CQFD.

      En intégrant le Commonwealth, leur armée restera tout de même au Gabon, signe toujours de leur main mise sur l’ensemble de notre territoire. Et n’oubliez jamais que ce sont eux qui ont adoubé les deux Bongo: Omar et Ali. Ali, même s’il est toujours en vie, peut-il s’émanciper de son maître sans l’accord de ce dernier ? Cessez de rêver. Perso,je crois que derrière cette stratégie d’intégrer le Commonwealth se cache l’hypocrite francafrique.

  11. NGOMAH dit :

    Les parlementaires ou DES parlementaires ?

Poster un commentaire