TATIE

À peine croyable, c’est l’annonce qu’a pourtant faite le Premier ministre ce vendredi 10 avril, comme pour mettre en garde les habitants du Grand Libreville qui ne respecteront pas la mesure de confinement censée rentrer en vigueur le dimanche 12 avril prochain. Julien Nkoghe Bekale prévient que «les forces de sécurité, en cette période d’état d’urgence, sont autorisées à rentrer dans les domiciles».

Le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, le 10 avril 2020. © KJK Com

 

Faut-il craindre des abus et des atteintes aux libertés individuelles pendant la période de confinement du Grand Libreville annoncé par le gouvernement à partir du dimanche 12 avril ? Prévu pour 15 jours renouvelables, ce confinement semble en effet conférer tous les pouvoirs aux autorités. C’est, en tout cas, le sentiment qu’a exprimé Julien Nkoghe Bekale au terme de sa présentation, vendredi, des modalités de mise en œuvre des mesures sanitaires, économiques et sociales annoncées sept jours plus tôt par le chef de l’État.

Au motif que le pays se trouve «dans une situation particulière» en raison de la pandémie du Covid-19, le Premier ministre a prévenu que les habitations des populations pourraient être visitées par des agents des forces de l’ordre pendant cette période de confinement. Le but : imposer le respect de la mesure, liée notamment à la nécessité de la distanciation sociale pour limiter la propagation du virus.

Invitant les Gabonais «à rester chez eux pendant cette période de confinement», le chef du gouvernement décrète que «les visites aux parents et aux amis sont suspendues», tout comme les anniversaires et les célébrations religieuses, parce que n’étant pas des «déplacements essentiels». Mieux, Julien Nkoghe Bekale prévient : «les forces de sécurité, en cette période d’état d’urgence, sont autorisées à rentrer dans les domiciles pour s’assurer que les compatriotes respectent les mesures barrières».

Le gouvernement conseille donc aux populations de ne se déplacer que pour des besoins jugés essentiels. Aussi le Premier ministre précise-t-il que les «déplacements essentiels» concernent : «la maladie, se rendre à l’hôpital ou à la pharmacie, se rendre au marché ou à la supérette pour acheter de la nourriture, pour subsister pendant cette période difficile».

 
GR
 

16 Commentaires

  1. Ikobey dit :

    les forces de police nous rackettaient dès que l’on mettait le nez dehors maintenant ils auront le droit de rentrer chez nous se servir directement dans notre frigo !

  2. Le Chat dit :

    C’est le 1er ministre  » nommé  » NUITAMMENT ( à 1h du matin en fin 2018 ou janvier 2019) le plus moribond que n’ai eu le Gabon à ce jour ! Il ne connait RIEN DU TOUT de la gestion des humains, de la chose publique, des richesses du pays et du patrimoine nationale.

    VRAIMENT, qu’il démissionne !!!!!!!!

    Un bon 1er ministre en Occident sort de grands lycées et des écoles supérieurs dont la renommée ou la notoriété résonne.

    Où, a-t-il vu les forces de l’ordre rentrer à tout va dans les domiciles des citoyens ? Il se croit ENCORE au « lycée technique national Omar Bongo  » ??

    Il est vraiment PATHÉTIQUE ce monsieur !

    Pendant que nous y sommes, QU’IL RENDE MAINTENANT LES 20 MILLIARDS DE FCFA DÉROBÉ quand il était ministre des mines et du pétrole. C’est lui-même Ali Bongo qui l’avait dénoncé dans le journal la Griffe.

    Démission Démission Démissionne !!!

  3. Serge Makaya dit :

    Et qui vous dit que ces forces de sécurité n’ont pas le Covid-19 ? A Ntare Nzame!!! Cette crise est comme toute les autres crises très mal gérée au Gabon. Edt-ce que vous controlez vraiment toutes les frontières ? Comment vous gérez les sommes d’argent données récemment ? Pourquoi l’opposition gabonaise n’est pas impliquée dans la gestion de cette crise ?

    Nous allons continuer jusqu’à quand avec le mensonge sur la prétendue « VIE » de l’assassin et usurpateur BOA ? A Ntare Nzame!!!

    Pourquoi ce n’est jamais clair sur ce qu’on fait des milliards octroyés par les banques, FMI et autres organismes ? Il y a des gabonais qui souffrent beaucoup actuellement. Ils n’ont rien à manger. Comment vont-ils gérer ce confinement ?

    Dans les autres pays, ont voit le chef de l’État à l’action. Votre ZOMBIE BOA EST OÙ ? C’EST LORS DE TELLE CRISE QU’IL FAUT QUE LE PRÉSIDENT SE MONTRE, PARLE, RASSURE LA POPULATION. OÙ EST-IL VOTRE ASSASSIN ET USURPATEUR BOA ? A NTARE NZAME !!!

    JUSQU’À QUAND CE PAUVRE PEUPLE VA CONTINUER A VIVRE AINSI ? JUSQU’À QUAND ? AVEC LA PEUR AU VENTRE… KIÉ!!!
    FOUTEZ-NOUS LA PAIX AVEC CE SOSIE ET SA BANDE DE VOYOUS (NOURREDINE BONGO ET SYLVIA BONGO. SANS OUBLIER LE ROITELET DU MAROC)…

    LE GABON SE PORTERA BIEN QUAND CES GENS S’EN IRONT DÉFINITIVEMENT. A NTARE NZAME!!!

  4. Ipandy dit :

    Je dirai que c’est l’état d’urgence qui permet ce genre de contrôle. En effet, la question est de savoir si ces forces de l’ordre qui accéderont dans nos ménages auront déjà fait leurs testes sur le COVID-19 ? Et si l’un d’eux apportait la maladie aux familles saine ?

  5. Elop dit :

    Ce que le PM a dit est qd mm Très grave. Que fait-on du principe d’inviolabilité du domicile et du respect des libertés fondamentales ?

    L’État d’urgence est certes déclaré, mais est-ce une raison de publiquement donner le droit aux forces de l’ordre (policiers, gendarmes, militaires) d’intervenir dans nos espaces privés sans préciser les contours de cette intervention ? Est-on seulement sûr que ces forces de l’ordre elles-mêmes ne seront pas les principaux agents de propagation du virus ?

    Nous connaissons la mentalité de nos policiers, gendarmes et militaires, dont la mission théorique est pourtant de « protéger » la population, mais qui ont une autre lecture de cette mission.

    Attendons nous à des abus de toutes sortes dans les jours à venir (bastonades, humiliations, interpellations musclées, règlements de comptes masqués et même vols et viols en bande organisée).

    • Paul Bismuth dit :

      La liberté est la règle et l’interdiction l’exception. Mais quand l’État d’urgence est déclaré, les libertés s’en trouvent réduites (exceptionnellement donc et pour une durée limitée). C’est le principe. Ce que je crains c’est la manière dont cela pourrait être mis en œuvre. Nos forces de l’ordre n’ont jamais montré du respect à l’égard de ceux qu’ils doivent protéger. Et cet État d’urgence pourrait être utilisé effectivement comme prétexte pour justifier encore plus d’atteinte à la dignité humaine. Par ailleurs il y a le risque,comme vous dites, que la police emmène le virus dans nos maisons. Les agents auront-ils des protections ? Sauront-ils garder une distance de sécurité suffisante ? Nous connaissons nos forces de l’ordre particulièrement stupides, agressives et prêtes à abuser de leur pouvoir. J’ai donc un mauvais pressentiment pour la suite. Bref. Le Gabon de toute manière vit en permanence sous le régime de l’État d’exception. C’est chose étrange, mais cela ne devrait pas surprendre. Nil admirari.

  6. Ma kaya dit :

    Tout tes compréhensible sauf le fait de donne autorisation aux force de l’ordre de pénétré dans les ménage

    Dite moi les force de l’ordre son t’ils blindé contre le covi-19 pour mettre le nez dans nos maison

    Le ministre devrait réfléchir aux conséquences avant de dire une telle chose avec l indiscipline qui est au seins des force de l’ordre en générale en Afrique

    Cette approbation est une erreur de sa part que ses même ne sois facteur de propagation de la maladies dans les foyers accompagner de vols viols agression intimidation devant ta famille ridiculisation

    Accepte que ici au Gozoina l’ennemi numéro 1 de la population = policier gendarme
    la je suis sûr que beaucoups d’entre eux non pas dormis la nuit de joie cette paroles du ministre seulement leurs suffit autorisations de rentré dans les maison

  7. Osvaldo Freire dit :

    Si avant il le faisaient sans vergogne, maintenant on a légalisé ce qu’ils font.Cachez très bien votre argent.

  8. asphalt dit :

    D’abord nos forces de l’odre que nous connaissons tous avec leurs manque de professionnalisme,d’education de base… etc attendent avec impatience que l’autorisation leur soit donner de tabasser tout individu qui ne respecterais pas les mesures de confinement concernant la lutte contre le corona virus, maintenant vous leur donnez le droit de rentrer dans nos domiciles?Kim Jong-Un au moins fais ses choses ouvertement.

  9. Wilsatr dit :

    Pour ceux qui me liront svp ce message s’adresse à l’opposition et tous ces membres pour leur dire de faire très attention à ce qui est entrain d’être fait actuellement par rapport au confinement!. Si le confinement lui-même est une bonne chose toute la question reste à savoir comment il se déroulera et s’il ne permettra pas de faire les basses besognes car on peut leur envoyer les forces de l’ordre qui sont atteints et porteurs du Covid-19 pour les contaminer facilement. Il faut rappeler que le covid-19 est comme un espprit invisible personne ne voit comment il rentre juste les symptômes qui apparaissent .

  10. Ulys dit :

    Tout a commencé en Chine ? Donc il est vrai de dire: quand la Chine MENTIRA (sur le Covid-19), le monde tremblera ( par ce virus)…

  11. SERGE MAKAYA dit :

    A NTARE NZAME… ON IRA JUSQU’AU BOUT… A NTARE NZAME… https://youtu.be/mCHWjXP-ueg… 2016 = 2 + 0 + 1 + 6 = 9… NEUF… du neuf pour notre pays… ça prendra le temps qu’il faudra… Nous y ARRIVERONS… IL FAUT DU NEUF POUR LE GABON… LA DIASPORA GABONAISE LE SAIT… NE VOUS INQUIÉTEZ PAS…

    LA DIASPORA SAURA BIENTÔT S’UNIR POUR LIBERER LE GABON… J’Y CROIS… A NTARE NZAME!!! https://youtu.be/k43dOpBuGWE

  12. Muetsa dit :

    Juste une aberration de plus pour cette decision non appropriée á la situation.Monsieur,je vous invite á retirer cette decision de violation en tous genres.Le corps militaire ou policier n.est pas soignant.Je vous recommande que chaque ministre,directeur et acteurs économiques s.impliquent de façon constructive en retirant de son compte bancaire une somme minimale de 800.000 fcfa pour distribuer des kits alimentaires et d.hygiène(masques)aux populations,de poser des touques d.eau et du savon dans les points où il y a des flux.Encourager et expliquer les gestes barrières dans toutes les langues pour que le message passe.Même dans les pays développés personne ne rentre chez autrui.S.il vous plait retirer cette mesure qui est non seulement un danger pour ces corps mais aussi pour la population. J.en appelle à votre sens de responsabilité.Si vous avez des problèmes individuels n.en faites pas un problème .public.

  13. Jean MBONGBERE dit :

    quelle est cette façon de vouloir régler les problèmes de la manière la plus simple qui soit? De tels propos sont graves. Plus graves encore quand ils viennent de la part de ceux la même qui sont censés protéger les populations. Mais enfin, il n’y a plus qu’à mettre en poste deux ou trois (voir plus) agents devant le domicile de chaque gabonais. Comme çà au moins les hommes en treillis n’auront plus à intervenir de jour comme de nuit.

Poster un commentaire