TATIE

Entre déploiement des forces de l’ordre, limitation des jours de marché, réduction des jours de conservation des corps à la morgue et circulation pour les activités essentielles, le Grand Libreville sera confiné pour 15 jours à compter du 12 avril à minuit. Les habitants de Libreville, Owendo, Akanda, Ntoum et la station balnéaire de la Pointe-Denis ne devront circuler qu’à l’intérieur de leurs espaces parcellisés, sauf dérogation spéciale.

Les modalités du confinement du Grand Libreville ont été expliquées par le ministre de l’Intérieur. © D.R.

 

Les populations gabonaises sont désormais  fixées sur les modalités du confinement du Grand Libreville pour faire face à la propagation du Covid-19 qui ne cesse de gagner du terrain dans le pays. Lors de sa déclaration sur le plan de riposte et de soutien économique et social face à la pandémie du coronavirus ce vendredi 10 avril, le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale a indiqué que «le confinement du Grand Libreville prend effet à partir du dimanche 12 avril 2020 à minuit pour une durée de 15 jours, renouvelable si les circonstances nous y obligent».

Cette décision a amené le gouvernement à repenser la vie au sein du Grand Libreville : la commune de Libreville et ses  6 arrondissements, la commune d’Owendo et ses 2 arrondissements, la commune d’Akanda et ses 2 arrondissements, celle de Ntoum et ses 3 arrondissements ainsi que la station balnéaire de la Pointe-Denis.

Dérogations spéciales et barrages aux limites de chaque commune

Selon le ministre de l’Intérieur, la vie devra se dérouler à l’intérieur de chaque espace parcellisé. «Autrement dit, pas de circulation entre ces différentes entités», a déclaré Lambert-Noel Matha qui assure que des dérogations spéciales seront données pour les activités essentielles. Pour faire respecter les mesures édictées, les Forces de sécurité et de défense seront déployées sur le terrain.

Compte tenu de l’urgence sanitaire décrétée dans le pays, a-t-il expliqué, les forces de 2e et 3e catégorie (la gendarmerie nationale et les forces armées gabonaises) sont requises. Concrètement, des barrages seront érigés aux limites de chaque ressort territorial et une répartition des forces sera faite. Signalant que des troupes mobiles et fixes ainsi que des patrouilles de nuit veilleront à ce qu’il n’y ait pas de circulation en dehors de ces espaces territoriaux, Lambert- Noel Matha soutient que «chacun devra rester chez soi». Toutefois, a-t-il laissé entendre, la circulation à l’intérieur de chaque espace circonscrit sera possible.

3 jours de marché et payement obligatoire de tout produit touché

La circulation à l’intérieur des espaces parcellisés ne sera autorisée que pour les activités essentielles liées l’alimentation et à la santé. Dans ce contexte d’état d’urgence, les habitants des différentes communes ne devront pour leurs courses, que se limiter aux marchés de leurs arrondissements qui ne seront d’ailleurs ouverts que 3 fois par semaine et uniquement pour le volet alimentation. Soit, mardi, jeudi et samedi. «S’agissant du 5e arrondissement qui ne dispose pas d’un marché propre, les populations seront autorisées à s’alimenter au marché d’Oloumi», a fait savoir le ministre de l’Intérieur.

Selon lui, les épiceries dans les quartiers et autres grandes surfaces distribuant des produits alimentaires seront pour leur part ouvertes selon les modalités prises avant l’annonce du confinement du Grand Libreville. «Tout produit dans les rayons, touché par un client doit être obligatoirement acheté», a prévenu le ministre de l’Intérieur soulignant par ailleurs que le port des gants et des masques est obligatoire pour les personnels des espaces commerciaux. À en croire son propos, les officiers des forces de police et gendarmerie assisteront les services techniques de la mairie et des services phytosanitaires des ministères de l’Agriculture et de la Santé pour veiller au respect des prescriptions.

Les corps n’excèderont plus 5 jours à la morgue

Pendant ces 2 semaines de confinement, les services jugés essentielles sont les commerces, Santé, pompes funèbres, Mairie, SEEG (point de vente Edan), Société de patrimoine, Stations-services (carburant), points de vente de crédit télécom, Airtel money, Moby cash, Western-union, ramassage des ordures, sociétés de gardiennages et pharmacies. S’y ajoutent des administrations publiques et parapubliques selon des quotas bien déterminés. «Pour les pompes funèbres, la conservation de corps ne peut excéder 5 jours. Le Grand Libreville étant fermé à la circulation, les inhumations se feront à l’intérieur du Grand Libreville sauf si les parents en décident autrement en attendant la fin de la pandémie», a avisé le ministre de l’Intérieur.

Revenant sur le cas de Pointe-Denis, Lambert-Noel Matha s’est voulu tranchant : «ceux qui y sont actuellement sont appelés à y demeurer». Ces derniers devront y demeurer sans activités de loisirs et ceux qui partiront de Libreville pour la Pointe-Denis, ne rentreront qu’après les délais de confinement. Selon Lambert-Noel Matha, seuls les équipes Covid-19, les forces de défense et de sécurité, et les services essentiels qui auront des laissez-passer signés des ministres de la Défense et de l’Intérieur et visés par les directeurs généraux desdits services, seront autorisés à circuler dans le Grand Libreville.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire