mdas

Les autorités de l’Hôtel de ville sont récemment parties en croisade contre les vendeurs de vin de palme. Les attroupements de consommateurs pourraient donc désormais relever du passé.

Vendeurs de vin de palme autour de l’échangeur du PK5. © gabonactu.com
Vendeurs de vin de palme autour de l’échangeur du PK5. © gabonactu.com

 

Alors que les Librevillois attendent des mesures concrètes relatives à a gestion des ordures et à l’embellissement de la capitale, les autorités de l’Hôtel de ville sont récemment entrés en guerre contre ce qu’elles perçoivent comme du commerce anarchique et «dévalorisant» pour l’image de la capitale. Dans le viseur des agents de la mairie, les vendeurs de vin de palme. Ainsi, depuis le début de la semaine en cours, Rose Christiane Ossouka Raponda et ses collaborateurs ont décidé de bouter hors du périmètre urbain ce commerce qui, dit-on, n’honore pas le pays, en plus d’être responsable de cas de maladies et de comportements blâmables de la part des consommateurs.

Ainsi, fini les célèbres «réunions de parents d’élèves» du PK5, du carrefour Rio et autres places publiques de la capitale. Mais si l’initiative de la mairie de Libreville est plus ou moins louée par certains, il n’empêche que celle-ci reste sujette à quelques critiques. La plupart des commerçants, désabusés, disent avoir ainsi perdu leur moyen de subsistance. «Il faut maintenant que le maire nous trouve du travail, puisqu’elle ne veut pas qu’on se débrouille», a lancé une des vendeuses déguerpies du PK6, soutenue par un récolteur : «C’est avec ce commerce qu’on nourrit nos enfants.»

Pour les «professionnels» du vin de palme, accusés à tort ou à raison, il s’agit désormais de revendiquer à l’Hôtel de ville une nouvelle activité commerciale aussi rentable que la précédente. Le quotidien Gabon Matin (n°1543) et le site Gabonactu.com rapportent à cet effet que commerçants et producteurs de vins de palme prévoient, dans les jours qui viennent, une marche de protestation en direction de la mairie de Libreville.

 

 
GR
 

20 Commentaires

  1. Le Citoyen Libre dit :

    Bonne initiative, ce vin de palme doit etre vendu marché ou dans les bustros mais pas dans la rue.

  2. Madouaka dit :

    Très belle idée surtout qu’une fois qu’il n’y aura plus ses regroupement de gens qui boivent du vin de palme. Libreville sera plus propre c’était vraiment « LA » Priorité, à coté de ça les immondices dans tous Libreville c’est du pipi de chat.

  3. eric dit :

    Outre le coté dégradant, il faut noter que « les réunions des parents d’élèves » sont un danger pour la santé car il n’y a aucun contrôle et réglementation permettant d’éviter les produits impropres à la consommation. Cf. les formules utilisées pour augmenter le volume de vin de palme (lait en poudre, etc.).

  4. mfoubane dit :

    essayé de marcher en direction de la mairie de libreville, la polie municipale va vou fouété à koze de votre vin-poison.

  5. harvy dit :

    Foutaise,
    ya t-il une loi qui prevoit l’interdiction de vendre son vin de palme?
    Si l’initiative de remettre un peu d’ordre sur la voie publique peut etre encouragée,(meme si c’est pas une priorité) il faut cependant que la mairie, s’organise à mettre en place un cadre, des espaces, pour ces peres et meres qui n’ont que cela comme activité, pour nourrir leur petite famille, sinon que deviendront-ils, sans ressources? c’est deja trop difficile pour eux, ya Rose, il faut aller au bout de la logique.
    C’est ça aussi, quand il manque une veritable politique sociale.

  6. HONTE A VOUS dit :

    drôle de priorité; la vente du vin de palme n’honore pas la Capitale, mais l’entassement d’immondices, et la dégradation continuelle de la route font honore à la Capitale!!!!!!

  7. matho dit :

    Dvesrsion, pure diversion. Le urgences sont ailleurs…

  8. Le Boulanger dit :

    Bien vu, faut combattre le désordre mais pourquoi Lbv en général reste-t-elle aussi sale avec des poubelles qui débordent et qui puent partout, y compris dans certains « beaux quartiers » de la ville? Merci de régler ce fléau qu’est l’insalubrité généralisée de Libreville à la source et avec des mesures et actions fortes. Au fait, on en est où avec Clean Africa, la fameuse société qui doit prendre la relève de Sovog?

  9. R.A.F dit :

    Donc c’est le vin de palme qui déshonore le gabon

    • Le citoyen Libre dit :

      Tu n’a rien compris dommage, s’opposer à cette décision c’est s’opposer au développement du Gabon..
      Tous les actes qui vont dans le sens pour améliorer l’environnement immédiat des citoyens doit être soutenu à 100% même s’ils sont pris par le PDG.

  10. kango dit :

    Rose cherche koi faire dans sa vie encore kel avait ete mal elue. Vraiment elle ne sait pas k le vin de palme cest la specialite des nzebi ? Myboto a de bonnes raisons de monter au creneau ses nzebi sont pourchasses par l’pouvoir kiiiieeee atarezam alors rose a telle l’pouvoir daller osi a akebe demander aux obamba de ne plus vendre le manioc obamba a ciel ouvert? Simple question de kango. J’vou laiss dabord cest afair entr bilop

  11. alpha Koumbi dit :

    Famille, vous avez tout dit. On se trompe de priorite et on fait diversion.

  12. Nza Fe dit :

    Kangço, svp pas de tribalisme! un peu de tempérament.

  13. muru cocu dit :

    Kango tu dois etre equato ou camerounais ya pas que les bilops qui boivent le vin de palme même mes freres fangs fabrique et consomme le vin de palme ici il sagit des choses de la republique et non des foutaises comme tu pense. pour la prochain fois prend un peu de hauteur

  14. Orlando dit :

    Ca va durer combien de temps? en tout cas pour moi c’est une tempête dans un verre d’eau.

  15. Le Boulanger dit :

    @kango
    C’est quoi ton affaire de « c’est affaire entre bilops »? On combat le tribalisme savamment orchestré par la clan de buveurs de sang dirigé par le béninois acrombessi; On veut à présent un candidat unique de l’opposition vraie qu’il soit du Nord, du Sud, du Centre, de l’Est ou de l’Ouest du Gabon, et toi tu viens nous pondre ce genre de remarques rétrogrades? Nous autres qui sommes mélangés avec du sang presque que de toutes les ethnies du Gabon et peut-être même d’ailleurs, on fait comment? Il faut avancer! Lorsque l’opposition vraie désignera son candidat pour 2016 faudra accepter de voter pour lui, même s’il est bilop!

  16. keller dit :

    La mairie ferait mieux de trouver les sites aux vendeuses car elles dependent de ca ainsi que les fabricants. Je crois qu’il faudrais organizer et surveiller la filiere.Valable aussi pour la restauration de nuit comme de jour.

Poster un commentaire