GR

Sensible aux propos d’Antonio Guterres qui appelle la communauté internationale à mobiliser 3 000 milliards de dollars pour aider l’Afrique à faire face au Coronavirus, Laure Olga Gondjout a estimé que le secrétaire général de l’ONU devrait annuler les cotisations de l’Afrique au sein de l’institution dont il a la charge pour alléger le fardeau du continent en ce temps de crise sanitaire.

Laure Olga Gondjout estime qu’Antonio Guterres devrait annuler les cotisations de l’Afrique à l’ONU. © ITU/R.Farrell

 

Aux micros de RFI et France 24, le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU) a affirmé qu’avec le coronavirus, «on risque des millions de morts en Afrique». Antonio Guterres, plutôt craintif, a appelé à la mobilisation de 3.000 milliards de dollars. Une somme nécessaire pour lui, à face à cette crise sanitaire en Afrique où le virus gagne du terrain. Très vite, des Africains ont critiqué le secrétaire général de l’ONU sur ses prédictions pour l’Afrique face au virus. Beaucoup ont accusé Antonio Guterres de «se servir de l’Afrique pour collecter des fonds destinés à l’ONU». Au Sénégal par exemple, le rappeur et activiste Simon, membre du mouvement Y en a marre, l’a implicitement traité de perfide. «Les gens comprennent vos manigances, vos deals et projets qui sont tissés par les industries pharmaceutiques et autres lobbies maçonniques», s’est-il lâché.

Au Gabon, c’est Laure Olga Gondjout qui s’est prêtée à une réplique. L’ancien médiateur de la République qui se fait de plus en discrète, loin de vouloir déconstruire le propos d’Antonio Guterres qui selon plus d’un, a alimenté la psychose en Afrique, lui a opposé une solution. «En ces temps troublés pour tous les États ciblés en proie aux pires difficultés face au fléau actuel, il me plaît de fortement suggérer à monsieur le secrétaire général de l’ONU d’être le premier généreux donateur de l’aide humanitaire sollicitée», a proposé Laure Olga Gondjout.

Alors que les économies africaines sont menacées par la crise sanitaire et que la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (CNUCED) alerte sur de graves conséquences économiques pour le continent noir, avec à la clé, une croissance du produit intérieur brut (PIB) de l’Afrique qui pourrait passer de 3,2% à 1,8 % en 2020, Laure Olga Gondjout plaide pour l’annulation des cotisations du continent africain à l’institution. Clairement, elle invite Antonio Guterres à « renoncer » «pendant 5 années consécutives au versement des contributions des États africains au budget de l’ONU afin que ces ressources soient prioritairement affectées aux dépenses sociales de ces États pour préserver le capital humain africain». «Nul doute que son geste fort déclenchera un grand élan de solidarité internationale», a-t-elle soutenu convaincu de ce que ce geste contribuera à réduire le fardeau du continent africain.

 
GR
 

6 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Pour certains pays d’Afrique, oui. Mais pas pour le Gabon. Cette femme a aussi vidée les caisses de l’état quand elle était la maîtresse d’Omar Bongo.

    Je n’arrive pas à comprendre des gens comme ça. Vous avez volé des milliards de francs CFA qui auraient pu servir à faire prospérer notre pays. Et maintenant, Vous venez nous parler de crises. A Ntare Nzame.

    Toi, Laure Olga Gondjout, Tu as beaucoup volée avec Omar Bongo. Toi aussi, Tu devrais quitter définitivement le Gabon. A Ntare Nzame !!! Pitié pour des gens comme vous qui n’aviez passé votre vie de maîtresse de Bongo qu’a voler. Vraiment, pitié de vous…

  2. Ipandy dit :

    Et si monsieur Guterres ne bloffait pas? Et si l’Afrique était vraiment en danger ?

  3. Bassomba dit :

    Bravo Mme Laure Olga Gondjout!

    • Ondo dit :

      Ah??? Bravo à une parmi tant d’autres qui ont contribué à piller notre pays ? Perso, je ne dis pas bravo. Cette femme ne peut pas donner de leçons d’ordre économique à qui que ce soit. Si le Gabon est à terre, elle est aussi pour quelque chose.

Poster un commentaire