TATIE

 Après l’augmentation des cas positifs au Covid-19 ces dernières semaines, la tendance est considérablement  repartie à la baisse le 5 août, où sur 4 003 prélèvements, seuls 141 ont été déclarés positifs. Soit un pourcentage de 3,5 % en baisse par rapport au 3 août où il était de 5,4%.

Après l’augmentation des cas positifs au Covid-19 ces dernières semaines, la tendance est considérablement repartie à la baisse le 5 août, où sur 4 003 prélèvements, seuls 141 ont été déclarés positifs. © D.R.

 

Le curseur de l’évolution du Covid-19 est reparti à la baisse. Le Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus au Gabon (Copil) assure que  sur 4 003 prélèvements effectués le 5 août, 141 nouveaux cas positifs ont été enregistrés. Soit un pourcentage de 3,5% en baisse par rapport au 3 août où il était de 5,4%. Cette décroissance a une incidence sur le taux de contamination global depuis le début de la pandémie qui s’est établi au 5 août, à 9,1%.

Si la hausse des cas ces dernières semaines était particulièrement due au nombre élevé des contaminations sur les sites pétroliers et autres chantiers, cette baisse laisse croire que la propagation de cette pandémie a été circonscrite. Toutefois, la prudence est de mise, au regard d’un fait qui a défrayé la chronique en fin de semaine, à Port-Gentil. Des sous-traitants de la Compagnie pétrolière d’Addax Gabon faisant partie des 138 contaminés par le Covid-19 et déclarés sur le site d’Obangué-Est à Mandji. Selon ces victimes du Covid, l’entreprise qui les a obligés à remonter «en ville», a refusé de prendre en charge leur confinement. Pour eux, cet état de fait expose leur famille à la maladie. «Je suis malade confirmé avec un document qui l’atteste, et je vais aller m’asseoir au milieu de ma famille, donc ma femme et mes enfants. Comment sortir du chantier pour aller contaminer les gens !», s’est exprimé l’un d’entre eux sur les antennes de Radio Gabon.

Les nouveaux cas comptabilisés au 5 août n’ont été déclarés que dans les 3 provinces les plus touchées du pays. Parmi eux, 117 ont été déclarés dans la province de l’Estuaire sur 3 896 prélèvements à Libreville, soit un total de 5 567 cas confirmés. 23 dans celle du Haut-Ogooué sur 89 prélèvements dont 17 à Franceville, 5 à Moanda et 1 à Okondja, soit un total de 1 036 cas confirmés. 1 nouveau cas  a été déclaré dans le Moyen-Ogooué sur 18 prélèvements à Lambaréné soit un total de 397 cas confirmés.

Concernant la prise en charge, indique le Copil, 27 personnes sont hospitalisées dont 4 personnes en réanimation. 201 nouvelles guérisons ont été notifiées, soit un total de 5 609 personnes guéries depuis le début dans le pays. Parallèlement, aucun décès n’a été signalé laissant le nombre de morts du Covid à 51 au 5 août. Depuis le début de la pandémie, 85 369 prélèvements ont été effectués dont 7 787 cas testés positifs (9,1%). A ce jour, 2127 cas sont actifs.

 
GR
 

4 Commentaires

  1. Poe dit :

    Pas de test dans l’Ogooué Maritime et dans la Ngounié comment fait-on pour affirmer que le nombre de nouveau cas baisse?

  2. Ponce_pilate dit :

    Bonjour,
    Je vois d’où vient votre erreur d’appréciation.

    Vous confondez la baisse du nombre de nouveaux cas positifs avec la baisse du nombre de cas (actifs).

    Le nombre de nouveaux cas poditifs n’est qu’un facteur rentrant dans l’évaluation de ces des cas actifs.

    Prenons un exemple.
    Si hier vous aviez 100 nouveaux cas positifs , 100 guerisons et 0 décès, vous avez 0 nouveau cas actifs.
    Et aujourd’hui vous avez 61 nouveaux cas positifs, 10 guérisons et un décès, vous avez 50 nouveaux cas actifs.

    Dans votre calculs, passer de 100 à 61 nouveaux cas positifs constitue une baisse des cas, ce qui n’est pas vrai, vu que vous êtes en faits passé de 0 cas actifs à 50 cas actifs.
    Vous avez en fait une hausse 50 cas.

  3. moundounga dit :

    Bjr. C’est pourquoi il est toujours bon de faire au préalable une définition du vocabulaire. Le COVID-19 est nouveau pour le gabonais, afin donc de pouvoir assimiler correctement les différentes phases il lui faut d’abord comprendre de quoi on parle. A men.

  4. moundounga dit :

    Bjr. Qu’est ce qui peut justifier le délai de 5 jours accordé pour la durée du document non COVID-19, alors que le risque de se faire contaminer dans l’arrière est probable. Autrement dit, pourquoi la durée de séjour au-delà de cette période est elle problématique pour un patient sain en déplacement dans une zone non encore contaminé ? Amen.

Poster un commentaire