GR

Le Premier président de la Cour des comptes a effectué, le 27 juin, une visite d’inspection du chantier de la Chambre provinciale de la Cour des comptes de l’Ogooué-Maritime.

Le chantier de la Chambre provinciale de la Cour des comptes de l’Ogooué-Maritime. © Gabonreview

 

Le Premier président de la Cour des comptes, Gilbert Ngoulakia, accompagné d’une importante délégation s’est rendu le 27 juin sur le site du futur siège de la Chambre provinciale des comptes de l’Ogooué-Maritime, situé dans la ville de Port-Gentil. Cette visite de chantier a permis au patron de cette institution de contrôle des finances publiques, d’apprécier le niveau d’avancement des travaux, cinq mois après leur lancement.

. © Gabonreview

«Je suis satisfait de l’état d’avancement des travaux de ce chantier. Les échéances sont respectées pour qu’à la rentrée judiciaire 2020-2021, les magistrats affectés auprès de cette juridiction soient opérationnels. Je suis très heureux, parce que c’est une institution qui nous manquait dans la province», a confié Patrice Ontina, le gouverneur de la province.

Ces travaux démarrés en mi-février 2020 avancent normalement et pourront être livrés d’ici cinq mois, si l’acheminement du matériel ne se heurte aux contraintes liées au Covid-19. «Nous avons déjà achevé le gros œuvre du siège de la chambre provinciale de la Cour des comptes et des logements d’astreinte, il reste la toiture et les finitions. Si les choses ne s’arrêtent pas d’ici là, ce chantier pourrait être livré avant la rentrée judiciaire 2020-2021», a confié le conducteur des travaux, Seck Barra.

Erigé au quartier Ntchengué dans le quatrième arrondissement de la commune de Port-Gentil, sur une superficie de 1200 m², le siège de la Chambre provinciale comprend 21 bureaux, 3 salles (audience, archive et délibération), 2 toilettes et un local technique et 10 villas d’astreintes dont 8 de trois chambres et 2 de quatre chambres.

Régie par la loi organique relative à la Cour des comptes, cette chambre provinciale aura les mêmes prérogatives, les mêmes compétences et la même composition que celle de Libreville. Elle est la résultante des recommandations des Etat généraux de la justice.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Hermann O. dit :

    Mais où était cette institution et son président quand BLA disposait de l’argent publique comme bon lui semblait?

  2. azerty dit :

    Notre pays n’a pas besoin de cette institution en province … c la promotion de la glandouille de fonctionnaires.

    Il suffit d’avoir une brigade de la cours des compte itinérante qui irait en mission de contrôle programmée ou inopinée, ici et là …

  3. ondo dit :

    Ngoulakia Gilberto a élu domicile à la cour des comptes advitam eternam déous.

    tu iras à la retraite quand ?

Poster un commentaire