GR

La Banque mondiale a approuvé le 19 mai un prêt de 9 millions de dollars, soit près de 5, 397 milliards de francs CFA, de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) pour renforcer la lutte contre la pandémie de Covid-19 dans le pays.

Près de 5, 397 milliards de francs CFA de la Banque mondiale pour la riposte contre la Covid-19 au Gabon. © D.R.

 

Le Gabon obtiendra un financement de près de 5, 397 milliards de francs CFA de la Banque mondiale pour lutter contre le Coronavirus. Il s’agit d’un prêt de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) destiné à la lutte contre la pandémie de Covid-19, dans le cadre du projet de riposte stratégique au Covid-19 visant à renforcer le système de santé, notamment dans la prévention, la détection et la prise en charge des cas.

Selon la Banque mondiale, cet appui prévoit, entre autres, la mise à disposition d’équipements et de fournitures, tels que des ambulances médicalisées, équipements de protection individuelle et kits de diagnostic pour le dépistage en laboratoire. Il financera aussi la formation du personnel de santé et la mise en place de deux nouveaux centres de diagnostic du Covid-19.

«Ce projet s’inscrit dans la continuité de l’engagement de long terme fourni par la Banque mondiale pour renforcer les systèmes de santé au Gabon, y compris le projet en cours de préparation sur les soins de santé de base. Il vient compléter les efforts d’autres partenaires au développement dans le cadre d’une riposte coordonnée», explique la représentante résidente de la Banque mondiale au Gabon, Alice Ouedraogo.

Outre le Gabon, le groupe de la Banque mondiale dans son action contre la pandémie prévoit de déployer jusqu’à 160 milliards de dollars de financements au cours des 15 prochains mois, afin d’aider plus de 100 pays à protéger les populations pauvres et vulnérables, soutenir les entreprises et favoriser le redressement de l’économie. Ce montant comprend 50 milliards de dollars sous forme de nouveaux dons et crédits hautement concessionnels fournis par l’IDA.

 
GR
 

9 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Pourquoi vous faites ça ? A Ntare Nzame !! Le peuple gabonais ne verra jamais le centime de ce montant. Jamais !! Kié !!

    Quand vous faîtes ça, c’est que vous n’aimez pas notre pays.

    Depuis plus de 50 ans, vous distribuez de l’argent au Gabon ( dons ou prêts), argent qui e servira jamais à ce peuple. Si vous aimiez vraiment ce pays, la première dès choses aurait été de nous débarrasser définitivement des Bongo.

    Mais pourquoi vous les maintenez au pouvoir, à Ntare Nzame ??? Ils vous doivent quelque chose ? Ou bien, ils détiennent des secrets terribles qui peuvent déstabiliser beaucoup d’hommes politiques de chez vous ? Quand j’étais encore de service, du temps d’Omar Bongo, à deux reprises je l’ai entendu dire ceci: »ils ont intérêts à me laisser tranquille, sinon je dénonce toutes leurs magouilles »… Pauvres français !!! A Ntare Nzame !!!

    • Fille dit :

      Makaya, je vous assure que je n’ai rien contre vous. Mais pourquoi posez-vous des questions aussi puériles ? presqu’enfantines ? Vous croyez qu’ils ne savent pas pourquoi ? et vous voudriez qu’ils vous disent pourquoi ? en toute franchise et honnêteté ? Mais pardi , c’est pour le bien des gabonais ! M’enfin des fois, vous aussi.

  2. sylvia B. dit :

    Les gabonais sont consternés dans leur chaire avec les Vols séculaires des aides bilatérales, des emprunts obligataires et des bonus pétroliers par les bongos et la France depuis un demi-siècle.
    Il y a deux mois, ils ont reçu 600 milliards de cfa sous forme d’emprunts obligataires.
    La contre tout attente et sans vérifier le stock de dette du gabon aujourd’hui estimé à plus de 7000 milliards de cfa, la banque mondiale, le FMI et la BIRD plombent encore l’économie gabonaise avec des faux emprunts qui n’arrivent jamais en Afrique, mais pour servir de biens mal acquis que la France va encore bloqué sur son sol quand la mort d’Ali Bongo sera prononcée. Arretér de financer les Bongos.

    Quand le Gabon arrachera son indépendance aux Bongo, le Gabon ne remboursera aucun sou de ces emprunts injustifiés.

    cessez de voler de l’argent par des emprunts maquillés.

  3. SERGE MAKAYA dit :

    des milliards détournés en Afrique par les chefs d’Etats Africains, avec la complicité des chefs d’Etats qui se sont succédés en France depuis 1960 (date des indépendances de façades de nos pays d’Afrique). Sont complices aussi la plupart des hommes politiques de tous les partis politiques de France

    Depuis les indépendances des années 1960, les politiciens français savaient que
    certains dirigeants africains (les Bongo notamment) « amis de la France » menaient grand train à Paris ou sur la Côte d’Azur : hôtels particuliers, voitures de collection, vêtements de luxe…. Mais qui s’en souciait vraiment ?

    Au printemps 2007, une plainte déposée à Paris par une poignée d’ONG, accusant plusieurs chefs d’État africains (les Bongo notamment) de détournements de fonds publics, a lancé l’affaire de ces « biens mal acquis » sur le dos de leurs peuples. Après moult péripéties judiciaires, la Cour de cassation a autorisé, en novembre 2010, l’ouverture d’une enquête inédite sur ces fortunes accumulées en France par les présidents du Gabon, du Congo Brazzaville et de la Guinée
    équatoriale.

    L’affaire des « biens mal acquis » est toujours passée sous silence. Pourquoi ?
    Les hommes politiques français cachent quoi exactement ? Ce silence est un
    silence accusateur. Par quels circuits financiers transitaient les fonds détournés
    ? De quelles complicités ont bénéficié ces dirigeants pour placer leurs
    pétrodollars en France ? Le silence des partis politiques français est
    certainement lié à des financements occultes…

    Les hommes politiques français de tout bord ont des comptes à rendre aux peuples
    africains concernant les détournements des milliards d’euros de l’Afrique pour
    la France qui reste toujours (mais elle n’ose pas le dire) colonisatrice de ce
    continent sous des formes plus subtiles. A NTARE NZAME !!! JUSQU’À QUAND VA DURER CE DÉSORDRE. Kiééé !!!

  4. Serge Makaya dit :

    Guy François Mouguengui Koumba, député PDG, n’est pas mort par pendaison. Il ne s’est pas suicidé. C’est un assassinat orchestré par la famille Bongo. Plus précisément Nourredine Bongo qui est en train de vouloir modifier la constitution pour devenir président du Gabon.

    Je vous l’ai maintes fois dit, peuple gabonais, il est venu le temps de se réveiller pour notre pays. Nourredine ne peux pas et ne sera jamais président du Gabon. JAMAIS !!!

    • Serge Makaya dit :

      IL NOUS FAUT CHASSER SYLVIA BONGO ET NOURREDINE BONGO DU GABON. ET DIRE AU ROITELET DU MAROC DE SE MÊLER DE SES AFFAIRES DU MAROC. LE GABON, CE N’EST PAS LE MAROC.

      NOURREDINE NE SERA JAMAIS PRÉSIDENT DU GABON. JAMAIS !!!

      • Serge Makaya dit :

        J’interpelle les hommes et femmes du gouvernement, du PDG, de la majorité, de l’opposition, de l’armée gabonaise, de la police, de la garde républicaine (ou présidentielle), j’interpelle tout simplement le peuple gabonais de se lever ENFIN pour libérer notre pays SVP. A Ntare Nzame !!!

        Le Gabon est entre les mains d’étrangers. C’est devenu vraiment insupportable à vivre ce qui se passe actuellement au Gabon. Akié !!!

        Réveillons-nous si nous ne voulons pas finir comme ce député, si nous ne voulons pas devenir des étrangers dans notre propre pays. A Ntare Nzame !!!

Poster un commentaire