TATIE

 

Maintenu fermé à l’issue de la phase 2 de l’allègement des mesures gouvernementales contre le Covid-19, le sous-secteur du loisir (bars, bistrots, discothèques) bénéficiera des mesures d’accompagnement, dans le but de soutenir les opérateurs de ce secteur au bord de la banqueroute.

Les bars et les bistrots demeurent fermés, mais bénéficieront d’un accompagnement du président de la République. © D.R.

 

Les bars, bistrots et discothèques, secteur d’activités commerciales présentant de grosses préoccupations selon le mot du ministre du Commerce, des PME et PMI, Hugues, Mbadinga Madiya, recevront un coup de pouce de la part d’Ali Bongo. Il s’agirait d’aider les opérateurs intervenant dans cet écosystème de joindre les deux bouts après plus de sept mois de cessation d’activités.

« Conformément aux très hautes instructions du président de la République, après les avis des instances du Copil, ces activités demeurent fermées. Mais, toutefois, sachant la difficulté dans laquelle ces opérateurs sont, le président de la République a décidé d’un accompagnement en faveur de ce sous-secteur », a annoncé le ministre du Commerce, Hugues Mbadinga Madiya.

A l’exemple du guichet fiscal ouvert aux entreprises et aux employés dans le cadre des mesures d’accompagnement et de soutien au tissu économique et social face à l’impact du Covid-19, le soutien aux bars et bistrots se matérialisera à travers la mise en place d’un guichet spécial dont le rôle sera d’enregistrer et collecter les informations des différentes personnes exerçant dans cette activité, et susceptibles de bénéficier de cet appui.

« Dans un premier temps, le guichet sera ouvert au niveau de la direction générale des PME à Awendjé et à l’intérieur du pays dans les services provinciaux des commerces. A partir de cela, nous procéderons à la mise en exécution de la mesure du chef de l’État qui consiste à mettre en faveur des tenanciers de ces activités, des mesures d’accompagnement », a rassuré le ministre, sans informer sur les critères, les conditions d’éligibilité à cette mesure, encore moins les délais de sa mise en œuvre.

Si ces opérateurs économiques peuvent se permettre d’espérer une bouffée d’oxygène, il importe tout de même de s’interroger sur les moyens dont dispose l’État pour évaluer le niveau de perte de chaque opérateur. Le soutien annoncé sera-t-il proportionnel aux pertes de chaque opérateur ou il s’agit simplement d’une indemnisation forfaitaire ? Peut-être même s’agit-il encore d’une annonce sans lendemain, ainsi qu’on l’a constaté avec les guichets Covid dédiés aux mesures de suspension des loyers, de financement d’urgence des entreprises et de moratoires crédit des entreprises. Chiche !

 
GR
 

2 Commentaires

  1. tchenko dit :

    DU BLABLAAAAAAAAAAA. Comme toujours !

  2. Serge Makaya dit :

    « Gabon bar ». Kié !! A Ntare Nzame !! Tu aurais dû écrire « Bongo-Valentin bar ». Pauvre Gabon !!

Poster un commentaire