TATIE

Bien qu’aucun pays du continent n’ait été épargné par la pandémie, le nombre de contaminations et de décès liés au Covid-19 en Afrique est loin d’être conforme aux prévisions alarmistes de certains, y compris celles de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui reconnaît désormais à demi-mot s’être trompée. Le bureaux Afrique de l’organisation onusienne tente d’expliquer la tendance baissière observée depuis 2 mois dans plusieurs pays, à l’instar du Gabon.

© aa.com.tr

 

Au moment où de nombreux pays hors du continent sont confrontés à la résurgence de la pandémie, en Europe et aux États-Unis précisément, l’OMS reconnaît à demi-mot qu’elle s’est fourvoyée sur ses prévisions quant à l’impact du coronavirus en Afrique. L’organisation onusienne qui s’attendait à compter plus de cas de contaminations et de décès qu’ailleurs, a admet «un nombre relativement moins élevé d’infections, qui ont diminué au cours des deux derniers mois». Dans un communiqué paru fin septembre, l’organisation fait mine de voir dans la situation actuelle la conséquence de «divers facteurs socio-écologiques, tels que la faible densité et la mobilité de la population, le climat chaud et humide, la tranche d’âge inférieure».

À Brazzaville, au Congo, le bureau Afrique de l’OMS veut également voir dans les mesures «solides» prises par chaque gouvernement du continent la raison probable du schéma observé depuis deux mois.

«La tendance à la baisse que nous avons observée en Afrique au cours des deux derniers mois est sans aucun doute une évolution positive et témoigne des mesures de santé publique énergiques et décisives prises par les gouvernements de toute la Région», a déclaré Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, qui appelle néanmoins à la vigilance et exhorte à éviter le relâchement.

Selon l’OMS, «environ 91 % des cas d’infection par Covid-19 en Afrique subsaharienne concernent des personnes de moins de 60 ans, et plus de 80 % des cas sont asymptomatiques».

 
GR
 

1 Commentaire

  1. moundounga dit :

    Bjr : »facteurs socio-écologiques, tels que la faible densité et la mobilité de la population, le climat chaud et humide, la tranche d’âge inférieure ». Comme pour dire que si tu veux éviter la catastrophe COVID ces facteurs devenus critères sont importants… mais bon.Amen.

Poster un commentaire