TATIE

Des étrangers bloqués sur le sol gabonais pourraient regagner leur pays si leurs États en font la demande. C’est la substance d’un communiqué du ministère des Affaires étrangères daté du 2 avril. Le gouvernement a autorisé, à titre exceptionnel, certains vols en vue du rapatriement des résidents qui le désirent.

Le gouvernement a autorisé, à titre exceptionnel, l’opération de certains vols en vue de procéder au rapatriement, dans leurs pays, de étrangers qui le désirent. © D.R.

 

Le déclenchement de la pandémie du Coronavirus a provoqué la fermeture des frontières dans plusieurs pays du monde, ainsi que l’interruption des opérations de vols de plusieurs compagnies aériennes. Beaucoup d’étrangers ont été bloqués dans divers pays où ils étaient en mission, en stage ou en tourisme. Pour décanter cette situation au niveau du gouvernement, le ministre des Affaires étrangères, Alain-Claude Bilie-By-Nze, a annoncé le 2 avril, l’autorisation accordée, à titre exceptionnel, à certains États pour le rapatriement de leurs ressortissants résidents dans le pays.

«Le gouvernement de la République, saisi par des États étrangers et partenaires, a autorisé, à titre exceptionnel, l’opération de certains vols en vue de procéder au rapatriement, dans leurs pays, des résidents qui le désirent», indique le ministère des Affaires étrangères qui explique que «ces vols exceptionnels ne se feront qu’à la demande des États, en respect des conventions internationales sur le rapatriement et du droit du Gabon à protéger sa population».

Le ministère des Affaires étrangères, en concertation avec les autres départements ministériels concernés, a notifié aux Etats qui en ont fait la demande, les conditions d’opération de ces vols. Ainsi, «72 heures avant chaque départ, une liste comportant l’identité des candidats au départ, leurs numéros de passeport, de carte de séjour, de même que leurs e-mails et numéros de téléphone dans leurs pays de destination, sera fournie aux autorités gabonaises».

Les Affaires étrangères précisent que ces vols, qui ne se feront que de jour à l’arrivée comme au départ, ne débarqueront ni passager ni membre d’équipage. «Le Gabon, respectueux des engagements internationaux auxquels il a librement souscrit, ne peut s’opposer au libre retour des étrangers dans leur pays. Chacun comprendra toutefois que les circonstances actuelles l’obligent à accompagner ce départ d’un certain nombre de mesures administratives particulières, dans le strict respect du droit international», a rappelé le ministre des Affaires étrangères.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Bonjour,
    Tous les autres Etats vienne rapatrié leur ressortissants de notre sol. Ce que l’état Gabonais trouve a faire est d’envoyer de l’argent.

    Il est mieux d’affreté un avions et rapatrié nos citoyens au Gabon. Aucune n’aide ne peut changer quoique ce soit, car les dépenses auxquelles ils font face sont énormes, d’autres ont été chassé de leur hôtel pour impayé.

  2. Lelsy dit :

    L’ambassade du gabon ne répond ni aux appels ni aux emails.
    Il y a un laisser-aller, ce qui est inadmissible.
    Si on ne peux pas compter sur les autorités gabonaises

Poster un commentaire