TATIE

Âgés de 24 et 28 ans, trois Gabonais ont été interpellés par la Police judiciaire (PJ) pour avoir fabriqué de faux résultats négatifs au Covid-19. En début de mois de septembre, le Comité en charge de la riposte contre cette pandémie (Copil) avait dénoncé l’émergence d’un réseau de trafiquants de résultats.

© Gabonreview/Shutterstock

 

Depuis l’irruption de la pandémie, tout voyageur pour l’intérieur du pays doit présenter un test négatif au Covid-19. Faute d’avoir pu se faire tester ou d’avoir reçu le diagnostic avant leur départ de Libreville, nombreux ont opté pour l’acquisition de faux résultats négatifs au Covid-19.

Trois trafiquants de faux résultats Covid-19 ont été interpellés à Libreville. © D.R.

Des filières bien huilées ont émergé et produisent en un clic ces faux documents sur la base de vrais documents des laboratoires, en changeant le nom, le prénom, la date, et en reprenant bien la même typographie, si bien que tout semble conforme. Heureusement  que le Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus (Copil) s’est très vite aperçu de la supercherie. Il a alerté l’opinion en début du mois de septembre sur «l’émergence d’un réseau de fabrication et de délivrance illégale de résultats négatifs à la covid-19 dans notre pays». C’est cette alerte qui a sans doute conduit à l’arrestation de ces trois trafiquants.

Selon le quotidien L’Union, tout est parti des plaintes émanant des clients insatisfaits de ce du trio, composé de Sylvie Guilaine K, une étudiante de 24 ans ; Collins K, étudiant de 28 ans et Yoan Ivan S.I lui aussi âgé de 28 ans. La Police judiciaire (PJ) a alors ouvert une enquête qui a conduit à l’interpellation du trio qui avait réussi à se procurer le vrai document sur la base duquel ils  falsifiaient des résultats. «Une somme de 20.000 francs CFA était exigée aux personnes sollicitant le faux document en urgence, contre 10.000 francs CFA pour celles pouvant patienter entre deux et quatre jours», indique L’Union.

Le Copil avait promis de poursuivre les personnes coupables de fabrication de faux tests, et donc de délivrance de faux résultats tout en appelant les populations à la responsabilité. Malgré l’intervention des proches des trois contrevenants pour leur relaxe «la PJ n’a pas fléchi». Sylvie Guilaine K, Collins K et Yoan Ivan S.I devraient être déférés. Toutefois, l’on ignore le sort des clients qui ont volontairement sollicité le service du trio. Seront-ils poursuivis ?

 
GR
 

2 Commentaires

  1. diogene dit :

    Sommes nous dans le pays du faux ou dans un faux pays ?

    Les trois délinquants sont majeurs mais leurs noms sont occultés ! Encore du journalisme sans transparence !

    Si je calcule bien, en imaginant que les malfrats ont récupérés un million, ils écoperont d’une amende de 25 000 CFA et de 3 centièmes de seconde de prison si l’on les juge de façon proportionnelle au détourneur sansgloiremoncousin.

  2. Manomba dit :

    C’est bien fait enfin tout le Gabon a la réponse à cette question

Poster un commentaire