TATIE

L’épidémie de Covid-19 est dans sa phase critique et la plupart des lits disponibles pour la prise en charge des malades sont déjà occupés. Les autorités en charge de la riposte cherchent des solutions d’accueil pour une meilleure gestion de cette situation inédite.

La capacité litière pour la prise en charge des cas Covid-19 devient insuffisante. © D.R.

 

Les hôpitaux du Gabon pourraient atteindre leur point de saturation. Alors que le pic épidémique du Covid-19 n’est toujours pas atteint, les structures sanitaires, particulièrement celles de la capitale gabonaise, pourraient être submergées par des vagues de patients covid positifs. Abordant cette question lors d’une précédente conférence de presse, le porte-parole du Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus (Copil) indiquait qu’au niveau de Libreville, sensiblement 100 à 150 lits étaient disponibles. «Au niveau du CHU d’Akanda et au niveau de CHUL nous avions une capacité litière de 500 lits», déclarait Guy-Patrick Obiang. Selon ce dernier, 200 lits avaient été consacrés au Covid-19. «Les hôpitaux sont saturés, ce qui explique aujourd’hui quelques plaintes des patients», avait-il affirmé.

Revenant sur cette question lors de sa conférence de presse du 3 juin, le porte-parole du Copil qui insiste désormais sur la « presque saturation », explique que cette situation est due au fait qu’en dehors des cas positifs qui sont hospitalisés, des cas suspects et des cas probables les sont également. «Donc nous avons en moyenne plus de 250 voire 300 personnes hospitalisées dans différentes structures sanitaires. Mais un accent est mis sur les cas positifs, tout en sachant également qu’il y a des patients non covid qui sont pris en charge dans différentes structures sanitaires» a expliqué Guy-Patrick Obiang. «C’est ce qui justifie aujourd’hui cette presque saturation des hôpitaux», a-t-il ajouté. Selon lui, les autorités en charge de la riposte travaillent sur le renforcement de la capacité litière des structures sanitaires et envisagent également d’autres options pour répondre aux sollicitations en matière de prise en charge des patients Covid-19.

Guy-Patrick Obiang s’est également exprimé à propos de la situation à l’hôtel Méridien Ré-Ndama, site retenu pour le confinement des personnes atteintes par le Covid-19. Précisant que les personnes qui y sont internées sont celles «qui ne peuvent pas respecter les mesures barrières étant chez elles à domicile», le porte-parole du Copil souligne qu’elles y sont hébergées pendant 14 voire 30 jours. «Actuellement nous avons plus de 99 personnes au Ré-Ndama pour le suivi thérapeutique et médical en dehors de la maison», a-t-il indiqué.

 
GR
 

8 Commentaires

  1. JAMES DE MAKOKOU dit :

    j’ai l’impression que celui qui a ecrit ces lignes ne comprends en rien ce qu’est reellement une epidemie, ou une pandemie, en effet il semble ne rien comprendre, car le virus etant dans une pays ne peut pas y survivre plus de 3 mois et quand il parle du pic, sur quoi se base-t-il? a-t-on vraiment les bonnes personnes pour gerer cette situation? j’en doute fort.. et encore voir comment le materiel offert pour les hopitaux se retrouve dans les mains des politiciens! le systeme de test que le pays a sa disposition me parait suspect, il y a eu confinement comme ont fait les autres pays et l’etat d’urgence, mais seulement au Gabon, on fait les choses comme si c’est la france qui dictait le tempo, et je trouve même interessant le peux de cas covid-19 chez nous.. et après 2 mois que l’epidemie est chez nous que surviens le pic aujourd’hui.. !!!
    Je pense que ce qui s’est passe en Guiné Equato ou le representant de l’OMS, voulait truquer le nombre de cas ! pourquoi ? c’est là le probleme, c’est a la fin pour faire vendre le vaccin a venir, qui pour certains transporte des nanos puces a la Bil Gates Fondation pour nous controler nos naissance et au pire steriliser une grande majorité des jeunes car l’Afrique fait Peur a ces gens, et ils viennent en bon samaritain.. Enfin… Bref.. je pense que les Gabonais sont assé intelligents malagres la miseres institutionnalisé pour nous rendre dependant du systeme.. SOYONS VIGILANTS CHERS ES COMPATRIOTES.. REFUSER TOUTES PROPOSITIONS DE VACCINS..
    COVID-19 CERTE TUE, MAIS 95% DES CAS POSITIFS SE GUERRISENT SEULE.

  2. JAMES DE MAKOKOU dit :

    FAITES ATTENTIONS ET SOYONS VIGILANT CAR CE GOUVERNEMENT DES ETRANGERS NE NOUS AIMENT PAS
    POUR PREUVE.. LE MATERIEL DES DONATEURS CHINOIS NE NOUS EST PAS PARVENU..DONC N’EST PAS ALLER DANS NOS HOPITAUX PUBLICS ..

  3. […] en République démocratique du Congo comme au Mali, au Gabon, au Cameroun et au Sénégal, des témoignages de soignants et d’acteurs de la riposte au […]

  4. […] en République démocratique du Congo comme au Mali, au Gabon, au Cameroun et au Sénégal, des témoignages de soignants et […]

  5. […] en République démocratique du Congo comme au Mali, au Gabon, au Cameroun et au Sénégal, des témoignages de soignants et […]

  6. […] en République démocratique du Congo comme au Mali, au Gabon, au Cameroun et au Sénégal, des témoignages de soignants et d’acteurs […]

  7. […] reproduction entre 1 et 1,5. Enfin, en République démocratique du Congo comme au Mali, au Gabon, au Cameroun et au Sénégal, des témoignages de soignants et d’acteurs de la riposte […]

  8. […] reproduction entre 1 et 1,5. Enfin, en République démocratique du Congo comme au Mali, au Gabon, au Cameroun et au Sénégal, des témoignages de soignants et d’acteurs de la riposte […]

Poster un commentaire