TATIE

Entre la prise en charge des factures d’électricité et d’eau, la suspension des prélèvements de loyers pour les personnes sans activités, l’allocation de chômage technique pour les travailleurs, l’aide alimentaire aux Gabonais économiquement faibles (GEF), l’État gabonais, par la voix du président de la République, s’engage à décaisser 250 milliards de francs CFA pour faire face à la crise sanitaire actuelle due au Covid-19.

Ali Bongo annonce que l’Etat décaissera 250 milliards de FCFA pour permettre aux personnes les plus impactées de faire face au Covid-19. © Facebook

 

Face à la pandémie du Covid-19 dont on dénombre 21 cas testés positifs, dont un décès sur le territoire national, l’État gabonais a décidé de mettre la main à la poche. Ce vendredi 3 avril, Ali Bongo a annoncé plusieurs mesures sociales visant notamment à soutenir les couches les plus faibles et les plus impactées par les mesures préventives édictées ces dernières semaines dans le but de limiter la propagation du virus.

Dans son allocution, le président de la République a en effet annoncé que l’État injectera 6 milliards de francs CFA par mois pour le règlement des factures d’électricité et d’eau pour les personnes les plus fragiles et économiquement faibles. Un fonds d’aide de 2,5 milliards de francs CFA sera mis en place pour soutenir les bailleurs à qui il sera bientôt demandé la suspension temporaire des prélèvements de loyers pour leurs locataires sans activités.

À côté de la gratuité des transports terrestres assurés par les compagnies publiques et la mise en place d’une allocation de chômage technique pour les travailleurs qui percevront entre 50 et 70% de leur salaire brut mensuel hors primes, Ali Bongo annonce également que l’État injectera dans ce fonds 5 milliards de francs CFA pour créer une banque alimentaire.

L’État s’engage également à soutenir le secteur économique, notamment avec la création d’un guichet de financement d’urgence de 225 milliards de francs CFA, pour répondre immédiatement aux besoins urgents de trésorerie des entreprises.

Toutes ces annonces et d’autres seront précisées ce week-end et au cours de la prochaine semaine, a promis le chef de l’État qui a enjoint le Premier ministre à le faire dans les plus brefs délais.

 
GR
 

18 Commentaires

  1. ULIS dit :

    Vous voyez bien que c’est un masque.

  2. Ondo dit :

    Il faut toujours gueuler pour voir enfin ces mesures se mettre en place. C’est une honte. Et de plus, un coup d’État se prépare en douceur au Gabon. Faites très at

    • Gayo dit :

      Même pendant 1000 ans de démagogie et de mensonges il y aura encore des gabonais comme Ondo qui continueront a croire aux annonces de Ali Bongo. 250 milliards il n’en a pas eu pour relancer les nombreux projets en arrêts et nous sommes entrain de rentrer dans la categorie des Pays Pauvres Très Endettés. Alors les 250 milliards la vont sortir d’où? Ali Bongo va liquider sa fortune de 600 milliards pour donner de l’argent a l’etat? Meme après l’AVC la mythomanie ne s’arrete pas.

  3. Jean jacques dit :

    Ce virus devrait finir les gens comme vous ,ondo e ulis.au Gabon un coup d’État qui va le faire ton ping

    • @ Jean Jacques,
      Quand les Gabonais se posent des questions sur leur avenir, arrêtes tes blagues un moment. Si tu as un problème particulier avec Jean Ping, tu sais où il habite, il seras très heureux de t’accueillir autour de sa piscine. D’autre part si tu n’es pas concerné par le covid19, laisse Ondo et nous autres dans notre malheur. Espérant que tu ne seras pas emporter par le coronavirus. Longévité à toi.

  4. Sintish mbodi dit :

    Et pour les jeunes filles mères qui elevent les enfants seul

  5. Diegosimeon dit :

    Mesures sociales louables,il faut veuiller à l’application de toutes ces decisions.Sinon cela ne servira à rien de faire de beau discours qui impacteront pas les couches sociales.Merci

  6. Hugo dit :

    380000000 EUR, ce n’est rien pour le roi du Maroc qui veut à tout prix mettre son fils bâtard à la tête du Gabon. Oui, je confirme qu’un coup d’Etat se prépare au Gabon.

  7. Bassomba dit :

    ça fait maintenant combien d’années qu’on est dirigé par un masque? Mdr! Vous n’avez pas d’autres sujets plus vraisemblables?

  8. Francine PARET dit :

    D’ordinaire, je ne m’occupe pas de ce qui ne me regarde pas. Mais j’en ai marre de voir qu’on enfume ce pauvre peuple gabonais. Ali Bongo est décédé depuis.

    Une française installée au Gabon.

  9. Teddy dit :

    Les 250 milliards promis, c’est un peu comme promettre une sucette à un enfant pour qu’il cesse provisoirement de pleurer. Mais en réalité, il n’y aura rien.

    NB: je confirme aussi la préparation d’un coup d’État sans effusion de sang au Gabon. Le Maroc y est pour beaucoup.

  10. Biyoghe Armand dit :

    Les bons d’achat qui circulent actuellement vont continuer à faire de nous, peuple gabonais, des éternels assistés. C’est exactement ce que fait le clan Bongo depuis 1967. Ventre affamé n’a point d’yeux ni d’oreilles. Ventre affamé est à genoux et il mendit. Et tant que les Bongo (pour ne pas dire Hassan 2 du Maroc, car c’est bien lui aujourd’hui qui tient la laisse) seront à la tête du Gabon, notre peuple sera toujours un peuple de mendiants.

  11. lavue dit :

    Pour toute personne avertie, il est clair que le plus dur est à venir. Ce sont les difficultés socio-économiques qui sans aucun doute s’aggravent déjà et seront pire après cette crise.
    Après ce COVID-19 il est évident qu’on ne sera pas loin de toucher le fond. Comme si ca ne suffisait pas le cours du baril du pétrole a dégringolé. A quelque chose malheur est bon dit-on. Est-ce que nos politiciens vont en tirer les conséquences économiques pour l’avenir? J’en doute fort, car c’est pas dans nos habitudes. La diversification de l’économie, l’intégration sous-régionale, la gestion rigoureuse des finances publiques, l’éduction et la santé ne sont ques théories creuses chez nos dirigeants.
    S’agissant du Gabon, on se demande d’où sortent brusquement les 250 Milliards de mesures annoncés par un Président intellectuellement diminué? Quand on est sait qu’il n’existe aucune réelle politique de santé, de l’enseignement et du social. L’opposition gabonaise devrait mettre en garde les populations sur ces effets d’annonce. Le gros de la somme annoncée ira sans certainement vers les entreprise gérées par les tenant du système. Des détournements déguisés ou directs sont à redouter. Je ne vois pas l’urgence d’annoncer de telles mesures chiffrées alors que la pandémie n’est pas encore derrière nous. Mais ça se comprend, quand on est incapables d’analyses propres, on mime ce qui se fait ailleurs. On essaie de calquer ce que fait notre modèle historique , notre maître (la France) sachant pourtant que nos réalités ne sont pas les mêmes. Le plus dur est à venir, il est économique et le Gouvernement devrait faire preuve de plus de discernement et d’équité au lieu de se limiter aux annonces sans qu’on ne sache de manière claire les bénéficiaires des mesures annoncées et les modalités d’octroi.
    La politique telle que pratiquée chez nous devient quelque chose répulsive, on y croit vraiment plus. Dommage !

  12. Alidokondja dit :

    Je vous soumets une question qui m’a été posée car moi aussi J’aimerais comprendre. Vu les mesures annoncées,
    Vu l’égalité de tous devant la maladie,
    Vu l’égalité des citoyens consacrée par la constitution,
    Vu la déclaration universelle des droits de l’Homme et du citoyen.
    Dois-je comprendre qu’au Gabon,seuls les économiquement faibles seraient enclins à attraper le covid-19 ?
    Ces mesures sont-elles conformes a la loi ?

  13. Jean jacques dit :

    Tout ce que vous savez c’est critisues betes et depuis j’ai pas entendu quelqu’un venir dure que je refuses ses mesures.c’etaut Accrombessi.hier c÷tait Allianga.aujourd’hui c’est Nourrende votre haine vous payer.

  14. Mezzah dit :

    J’attire votre attention sur le fait que le Gabon est incapable de dégager les sommes annoncées par Ali quand on connaît le prix du baril de pétrole qui est de 20 dollars et qui va atteindre 10 dollars dans peu de temps.
    Si le Gabon se met à faire tourner la planche à billets c’est à dire fabriquer la fausse monnaie alors c’est la dévaluation assurée du franc CFA. Et qui dit dévaluation dit vie chère puisque le Gabon importe tout.
    Tout ceci c’est l’échec des Bongo au pouvoir depuis 1967.

Poster un commentaire