GR

Alors que les premiers cas de coronavirus ont été confirmés au Cameroun vendredi, plusieurs leadeurs politiques, dont la présidente du Sénat gabonais, ne doutent plus que cette épidémie impactera les économies des pays de la sous-région. Lucie Milebou Aubusson Epse Mboussou prévient d’une éventuelle baisse des prévisions budgétaires au Gabon.

Lucie Milebou et ses collègues s’inquiètent de la baisse des prévisions budgétaires au Gabon, à cause du nouveau coronavirus. © Gabonreview

 

Le covid-19 qui s’est désormais invité en Afrique centrale avec la confirmation de deux cas au Cameroun, le 6 avril, ne rassure pas Lucie Milebou Aubusson Epse Mboussou, qui craint l’impact négatif de cette pandémie potentielle sur les économies des pays de la sous-région. Bien avant l’apparition de ces deux cas, à la faveur de la rentrée de la 1ère session ordinaire de l’année courante, la présidente du Sénat avait en effet alerté sur des risques qu’il ferait peser sur l’économie gabonaise.

«[Les conséquences déjà visibles du Covid 19 sur nos économies] se traduisent déjà par la baisse, non seulement, des importations depuis les grands pays fortement impactés par la propagation du virus, mais aussi, par la baisse de la production et du coût  du baril du pétrole sur le marché international. Nous devons donc nous préparer à une baisse éventuelle de nos prévisions budgétaires», avait-elle prévenu.

Si au palais Omar Bongo Ondimba plusieurs élus soutiennent la présidente du Sénat, tout en assurant que ses propos ne visent pas à créer la peur ni dans l’opinion nationale ni parmi les partenaires économiques et financiers du Gabon, c’est parce qu’ils disent se référer aux récentes prévisions de la commission de la Cemac, dont le président n’a pas caché ses craintes lors de la réunion des experts-pays, tenue en février dernier en Guinée équatoriale.

«Au-delà de l’urgence de santé publique, le covid-19 menace toute l’économie mondiale comme en témoigne la baisse drastique des produits pétroliers enregistrée depuis le début de celle-ci. […] Je n’ose pas imaginer les conséquences dramatiques sur le plan humain, sur le plan économique, de la propagation du virus dans notre espace communautaire qui se relève à peine d’une grave crise économique», avait déclaré le Pr Daniel Ona Ondo à l’ouverture de ladite réunion, au Centre international de conférences de Sipopo.

 

 

 

 

 
GR
 

1 Commentaire

  1. moundounga dit :

    Bjr. Mays MOUISSI appréciera. Amen.

Poster un commentaire