TATIE

En partenariat avec la commission nationale pour l’UNESCO, la coordination nationale du Réseau panafricain des jeunes pour la culture de la paix (PAYNCoP Gabon) a lancé, le mardi 15 septembre, un projet d’appui aux personnes vivant avec un handicap, qui figurent parmi les principales victimes de la pandémie de Covid-19.

L’Unesco et le PAYNCoP-Gabon solidaires des handicapées, à Libreville, le 15 septembre 2020. © D.R.

 

Inscrit par la force des évènements dans le plan d’action annuel du PAYNCoP Gabon, le Projet d’appui urgent aux personnes vivant avec un handicap bénéficie de l’appui de la représentation de l’UNESCO dans le pays. Celui-ci, précise Jerry Bibang, Coordonnateur national, vise à soutenir l’une des franges de la société les plus impactées par la pandémie du Covid-19. Une façon d’accompagner le gouvernement face à la crise sanitaire qui perdure et qui a des répercussions sur le quotidien des populations, particulièrement les moins favorisées.

Ainsi, le PAYNCoP Gabon et l’UNESCO ont lancé, le 15 septembre dernier, la première phase de distribution des denrées alimentaires après celle des mises à disposition de masques et de gels hydroalcooliques aux personnes fragilisées, il y a quelques mois. Soutenu par quatre associations, dont l’Organisation des personnes handicapées (OPH), l’Association nationale des aveugles et amblyope du Gabon (ANAAG), l’Association des devenus sourds (ANDES) et l’ONG Bagniamessebe, « ce projet impactera au total 50 familles gabonaises, soit environ 200 personnes», précise Jerry Bibang.

Le Projet d’appui urgent aux personnes vivant avec un handicap fait suite à d’autres actions menées par le PAYNCoP Gabon depuis l’apparition de la maladie, à l’instar de la campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux, la mise en place des points de lavage des mains dans les quartiers de Libreville et la réalisation de deux bandes dessinées dédiées à la sensibilisation des jeunes sur le Covid19.

Secrétaire général adjoint à la Commission nationale pour l’UNESCO Philippe Memene M’Eyi, explique également que «ce projet participe à la mise en œuvre des stratégies de résilience prônées par le gouvernement gabonais et l’UNESCO en cette période de crise sanitaire mondiale, marquée par la pandémie du Covid-19».

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire