Bien que louant les mesures gouvernementales visant à limiter la propagation du virus dans le pays, l’ancien vice-président de la République exhorte les autorités à adopter la méthode des tests rapides pour toute la population gabonaise, en dotant notamment tous les Centres de traitement ambulatoire (CTA) de matériel médical adéquat, en soutien au Cirmf situé à plusieurs centaines de kilomètres de Libreville.

Pour Pierre-Claver Maganga Moussavou, le Gabon dispose de moyens financiers pour réaliser un dépistage massif au Covid-19. © Reuters/Dado Ruvic

 

La mise en isolement des malades et des personnes contact ainsi que les mesures de fermeture des frontières et de confinement partiel, décidées par les autorités gabonaises ces dernières semaines, satisfont Pierre-Claver Maganga Moussavou. Si l’ancien vice-président de la République croit que ces mesures «assureraient à notre pays la victoire contre le coronavirus», il n’estime pas moins que «certains pays, par le nombre de leur population, peuvent et doivent ordonner des tests pour tous». Selon lui, le Gabon fait partie de ces pays pour lesquels le dépistage systématique est primordial contre le Covid-19.

Aussi, Pierre-Claver Maganga Moussavou regrette-t-il que le Centre international de recherches médicales de Franceville (Cirmf), situé à plusieurs centaines de kilomètres de Libreville, soit actuellement la seule structure choisie par l’État gabonais pour effectuer des tests sur les cas soupçonnés de Covid-19. Il préconise la prise en compte des CTA dans la stratégie de veille et de riposte contre cette maladie au Gabon.

«Pour le Gabon, la question qui se pose aujourd’hui et avec acuité est celle de savoir si nous avons la volonté de doter nos hôpitaux régionaux et nos centres médicaux de laboratoire à l’instar des CTA pour des tests appropriés et rapides ou allons-nous continuer à le faire uniquement à Franceville ? La détection du Coronavirus est- elle plus compliquée à réaliser que celle de la grippe, du VIH, etc. ?» s’interroge l’ancien vice-président de la République sur sa page Facebook.

L’idée émise par Pierre-Claver Maganga Moussavou, c’est le dépistage de toute la population du Gabon. «Les tests peuvent se faire de maison en maison comme pour la vaccination contre la Polio, pour éviter que les familles ne se déplacent en masse», propose-t-il, invitant le gouvernement «à voir avec des pays amis si des kits existent pour s’en procurer afin d’engager efficacement un dépistage pour seulement deux millions d’âmes». Pour lui, «nous disposons des moyens financiers adéquats».

 Disant avoir réalisé jusqu’à lors 193 tests au Covid-19, les autorités gabonaises informent qu’une commande de 200 000 tests a été lancée ces dernières heures.

 
GT
 

3 Commentaires

  1. lavue dit :

    Gabonreview faites gaffe, en insistant à vouloir remettre quelqu’un qui aurait dû se retrouver en taule, si nous étions dans les pays civilisés, dans l’actualité nationale vous risquez de perdre en crédibilité. Si vous êtes un média sérieux évitez de parler d’un vice président déchu comme s’il représentait encore une quelconque autorité administrative ou morale. Vous manquez de respect aux Gabonais. En qualité de quoi l’avis d’un ex-vice président, déchu de la manière la plus honteuse peut-il intéresser les Gabonais. Si c’est par Gabonreview que MAGANGA veut faire son combeback. Ce serait bien triste pour votre média. Quand on a été mêlé aux affaires de détournements comme dans l’affaire KEVAZINGO, on se bat pour laver son honneur, surtout à la fonction qui était l sienne, au lieu de venir jouer les intéressants farfelus pour lesquels les Gabonais n’ont pas la moindre estime, exceptés bien sûr les membres insignifiants de son nain parti familial.
    Si à Gabonreview vous avez touché quelques miettes de MAGANGA, il faut les lui restituer, sinon vous êtes en train de détruire votre média. Les avis de ce Monsieur ne peuvent pas compter, les avis des rigolos ne comptent jamais, donc inutile de chercher à le remettre dans l’actualité. Ca n’a pas de sens.
    J’espère avoir été compris.

  2. Nicolas NGUEMA dit :

    Le confinement à lui seul n’est pas la solution. Un confinement total entrainerait dans beaucoup de pays africains la mort des personnes économiquement faibles, voir des famines dans certains pays sahélien. Le confinement potentiellement plus mortelle que le CORONAVIRUS ne peut être la seule solution. Il faut rapidement être en mesure de dépister et de traiter les cas sensibles. Si non, on recule pour mieux sauter! 🙂

  3. Dieu nous dit que lorsque l’iniquité et l’égoïsme augmentent à chaque fois comme avec le peuple israël dans sa longue marche dans le désert,des maladies et guerres arriveront.première solution:changer de vie; 2ème solution:prier Dieu pas en organisant des croisades dans des stades et autres lieux publiques;pour amasser…et se faire connaître alors qu’on est pas un politique;troisio:toujours disposer de comptes spéciaux dans chaque pays,bref,une espèce de jachère a atomiciser en prévoyance sociale,militaire,investissement divers et autres calamitées naturelles ,le futur de la jeunesse a ne absolument pas toucher,sauf dans des moments de crises comme maintenant .Que faire des eaux dans des villes et provinces au cas ou le virus s’y infiltre ? Même si tous les malades guérissent les mêmes eaux peuvent réveiller la pandémie et c’est le cercle vicieux

Poster un commentaire