Légende de l’afro-jazz, le célèbre saxophoniste et musicien camerounais, Manu Dibango, âgé de 86 ans, plusieurs fois donné pour mort par les réseaux sociaux à la suite de sa contamination au coronavirus (Covid-19), nous a définitivement quittés. Ses proches ont annoncé, ce 24 mars, sur sa page Facebook, son départ dans l’au-delà.

Légende de l’afro-jazz, le célèbre saxophoniste et musicien camerounais, Manu Dibango, âgé de 86 ans, a définitivement passé le saxophone de l’autre côté. Il est décédé des suites du Covid-19, le 24 mars 2020. © RFI/Edmond Sadaka

 

Le coronavirus, qui fait des vagues et des ravages dans le monde, a finalement emporté le célèbre jazzman camerounais, Manu Dibango. La mauvaise nouvelle a été annoncée ce 24 mars par ses proches sur sa page Facebook officielle. Déclaré positif au Covid-19, il y a quelques jours. La famille de l’artiste avait déclaré qu’après une hospitalisation, il se reposait et récupérait dans la sérénité. Elle avait également demandé de respecter son intimité. Ce qui avait réussi à faire renaître de l’espoir chez ses fans.

Mais ce 24 mars, le monde entier a appris la nouvelle de la mort de cette légende de l’afro-jazz, de ce Vétéran des musiciens africains en France. «C’est avec une profonde tristesse que nous vous annonçons la disparition de Manu Dibango, notre Papy Groove, survenue le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans, des suites du covid-19», peut-on lire sur sa page Facebook. Il est décédé au petit matin, dans un hôpital de la région parisienne.

Ses proches précisent que ses «obsèques auront lieu dans la stricte intimité familiale, et un hommage lui sera rendu ultérieurement dès que possible». Manu, Papa Manu, le Doyen ou encore Papy Groove comme le surnommaient ses nombreux fans, laisse derrière lui soixante années de carrière et d’engagements. Sans pause ni éclipse, Manu Dibango a enchaîné plusieurs vies, les oreilles toujours en alerte, à l’écoute des époques qu’il traversait.

Arrivé adolescent en France, à l’aube des années 1950, Manu Dibango avait réussi à conquérir le monde avec sa musique et ses sonorités, entre soul, musique africaine et jazz. Son plus grand tube, Soul Makossa, composé pour la Coupe d’Afrique de football en 1972, a notamment été samplé par les plus grands artistes pop, à l’image de Michael Jackson et Rihanna.

À plus de 80 ans, Chevalier de la Légion d’honneur, Manu Dibango continuait à tourner et à arpenter les salles de spectacles dans le monde. Auteur de Big blow, de New Belle, entre autres, de son vrai nom Emmanuel Njoké Dibango, ce natif de Douala résidait en Île-de-France, l’un des principaux foyers de la pandémie du Covid-19 en France.

Le musicien était considéré, à cause de son âge, comme une «personne fragile» qui risquait de développer une forme grave d’infection. Il en est malheureusement mort. «Si vous le souhaitez, vous pouvez adresser vos condoléances à : manu@manudibango.net», conseillent ses proches.

 
GT
 

2 Commentaires

  1. moundounga dit :

    Bjr. Repose en paix grand artiste. Amen.

  2. lavue dit :

    Toutes mes sincères condoléances à la famille de MANU.
    Voilà un Grand Artiste, un Grand Monsieur, un Grand Africain qui s’en va.
    Un guide, un modèle pour la jeunesse toute entière car MANU incarnait le travail, le talent, l’humilité, la solidarité avec les générations, l’amour de l’autre de son pays, de son continent et de lui même. Un exemple pour les Africains un grand Monsieur s’en est allé, que le Seigneur Tout Puissant l’accueil dans son royaume.

    Ciao l’artiste

Poster un commentaire