GR

Albert Ondo Ossa et Raymond Ndong Sima ont échangé, le 30 mars à Libreville, avec le Premier ministre sur le Covid-19. La rencontre entre Julien Nkoghe Bekale et les deux anciens ministres entre dans le cadre de la définition d’une riposte économique face au Covid-19.

Le professeur Albert Ondo Ossa devisant avec le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, le 30 mars 2020. © Capture d’écran/Gabon 1ère

 

Le professeur Albert Ondo Ossa et Raymond Ndong Sima ont été reçus le 30 mars par le Premier ministre. Cette rencontre s’inscrit dans la série des consultations initiées par Julien Nkoghe Bekale auprès de hauts commis de l’État afin d’apporter leur contribution dans la lutte contre le Covid-19 et ses effets négatifs sur la stabilité économique du pays.

Selon les services de la primature, «la rencontre a  permis de définir les meilleurs angles d’attaques aux problèmes posés afin d’y apporter des solutions bénéfiques au plus grand nombre». Si ces angles d’attaques n’ont pas été déclinés, Raymond Ndong Sima s’est tout de même félicité de la démarche de Julien Nkoghe Bekale. D’autant que «le problème auquel fait face le Gabon est inédit. Il faut donc que tout le monde puisse apporter sa pierre à la construction de la solution. Puisque personne ne peut, par définition, prétendre avoir seul la solution au problème me qui est posé», a estimé l’ancien Premier ministre Raymond Ndong Sima.

S’il reconnaît l’existence des chamailleries entre les hommes politiques sur certaines questions, ce dernier estime que l’heure est venue «de taire toutes les divergences et chercher ensemble la solution».

Deux semaines avant cette rencontre avec Julien Nkoghe Bekale, Raymond Sima s’était prononcé sur les mesures prises par le gouvernement le 15 mars, pour faire face à la propagation du Covid-19. L’ancien Premier ministre s’était notamment dit «heureux que le gouvernement gabonais ait pris la décision d’arrêter les cours, de fermer les frontières terrestres, d’interdire les rassemblements de plus de cinquante personnes». Il avait par la même occasion préconisé «une meilleure communication sur les lieux de dépistage et de prise en charge à Libreville comme dans les autres grandes villes sont indispensables».

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Père de Dieu dit :

    Dieu Mon Fils

    Le Gabon a des hommes et femmes de valeur comme le Professeur Ondo Ossa qu’Ali a voulu faire disparaitre. Que fait-il en compagnie de Ndong Sima chez Nkoghe Békalé?

  2. moundounga dit :

    Bjr. Ici se pose le problème d’une autre forme de solidarité qui n’a rien à voir avec la politique. Suivez mon regard…Amen.

  3. Mbeda Mboma dit :

    L’idée est salutaire, noble et louable mais la méthode laisse a désirer. ce genre de méthode n’accouchera d’aucune souris. car ils vont plus passer du temps a parler de niaiserie entre potes et boire du bon vins qu’a réfléchir sur le problème.
    Dans les pays civilisés ont crée des comité, des groupes, des cercle de réflexion et de travail. la présidence doit avoir le sien, l’assemblé nationale le sien, les étudiants le leurs… et on y convie tous les collaborateurs ayant le même profile et de tout horizon mais pas seulement les parents du premier ministre.

Poster un commentaire