Le personnel de santé a décidé de lever, ce 24 mars, le mouvement de grève enclenché il y a un mois pour revendiquer de meilleures conditions de travail. Par cette décision, l’Union des personnels de santé et assimilés (UPSA) entend, selon son secrétaire général, apporter sa solidarité au Gabon face à la pandémie du Covid-19.

Face à la pandémie du Covid-19, le personnel de santé a levé, ce 24 mars, le mouvement de grève lancé il y a un mois. © D.R.

Lancé il y a un mois, le mouvement de grève observé dans le secteur santé a été levé le 24 mars sur l’ensemble du territoire. Annoncée par le secrétaire général de l’Union de personnel de santé et assimilé (UPSA), la levée décidée de concert avec la base, s’explique par les difficultés auxquelles est confronté le pays face à la pandémie du Covid-19. «Sur consultation de nos membres, qui l’ont approuvée à la majorité, nous avons décidé de surseoir la grève et décidé de nous mettre aux cotés de notre mère patrie qui se trouve acculée par un ennemi virulent et invisible, à savoir le coronavirus», a expliqué Joel Ondo Ella.

Voulant donc apporter sa contribution dans la lutte contre cette pandémie ayant déjà occasionné un décès au Gabon, l’UPSA a invité au personnel à se mettre en ordre de bataille. Toutefois, le secrétaire général invite le gouvernement à mobiliser les moyens nécessaires pour la réussite du combat, la prise en charge et la protection des populations.

Dans ce sens, le secrétaire de l’UPSA a suggéré à l’Etat la mise en place, dans le secteur santé, d’une cellule de veille du comité de pilotage. Ce comité, a précisé Joel Ella Ondo, sera constitué des professionnels de santé et des partenaires sociaux.

 

 
GT
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire