GR

Lors d’une consultation virtuelle, le 9 juin, axée sur «la politique de la jeunesse sur le Covid-19 et rebâtir plus solide avec les jeunes africains», la Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), Vera Songwe, a cherché à inspirer et à soutenir les jeunes leaders, les appelant à plus d’audace et à agir face aux problèmes du continent.

La Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), Vera Songwe, invite la jeunesse africaine à être audacieuse et à agir face aux problèmes du continent. © D.R.

 

Organisée par la Commission économique pour l’Afrique (CEA), la Commission de l’Union africaine (CUA) et Generation Unlimited (GU), le 9 juin, la réunion visait à souligner les défis spécifiques auxquels est confrontée la jeunesse africaine face à la pandémie. De même qu’elle a permis de présenter les efforts des jeunes pour répondre aux différents aspects de la réalité actuelle de la pandémie, tout en traitant des thématiques relatives à l’éducation, l’innovation, l’emploi, la santé et un engagement civique et communautaire significatif. Occasion pour la Secrétaire exécutive de la CEA, Vera Songwe, de motiver ces jeunes du continent face à ces défis.

«Nous avons besoin de la voix des jeunes à la table de prise de décisions lorsque nous parlons de politique. Soyez des leaders, soyez audacieux mais avec humilité et aidez à apporter des solutions aux problèmes du continent, axées sur les jeunes», a-t-elle dit lors de cette réunion.

La Secrétaire exécutive de la CEA invite les jeunes à s’organiser pour devenir une «voix formidable» que les dirigeants du continent ne peuvent ignorer, tout comme ils doivent développer leurs propres solutions aux problèmes affectant le continent. «Vous devez vous assurer qu’au fur et à mesure que nous progressons, vos voix seront toujours entendues et commenceront à créer un élan pour le changement. Tel est votre pouvoir. Si nous ne pouvons pas l’utiliser ensemble, nous le perdons», a-t-elle indiqué, ajoutant que la chose que le Covid-19 a faite, c’est de montrer au monde à quel point les jeunes africains sont innovants.

«Nous savons que la seule chose qui a survécu au Covid-19 est Internet. Chaque entreprise qui était avant-gardiste et avait son entreprise en ligne se porte bien. Et ceux qui n’avaient pas leur entreprise en ligne en pâtissent. Ce que nous ne voulons pas faire, c’est reculer. Nous voulons aller de l’avant», a-t-elle déclaré, invitant les jeunes africains à maîtriser l’Internet, «parce que c’est l’avenir, parce que c’est le présent».

Pour elle, les dirigeants africains doivent joindre le geste à la parole et ouvrir leurs secteurs des télécommunications. Cela, dit-elle, garantira un accès élargi à Internet. Les coûts d’accès à Internet seront réduits avec davantage d’acteurs sur le terrain et permettra l’expansion du réseau à large bande. «Pourquoi avons-nous encore dans de nombreux pays un ou deux prestataires alors que nous pourrions en avoir six», s’est-elle interrogée.

Vera Songwé souligne que le continent perd 78 milliards de dollars de revenus potentiels par an, vu que la plupart de ses jeunes sont sans emploi, en particulier ceux âgés de 15 à 34 ans, ce qui représente 34% de la population du continent. «Nous ne sommes pas un continent qui peut se permettre de perdre 79 milliards de dollars par an. Nous devons donc trouver un moyen de nous exploiter nous-mêmes, d’exploiter l’incroyable innovation dans la jeunesse de ce continent et de veiller à tripler les 79 milliards de dollars et à respecter la Décennie d’action et l’Agenda 2063 dans notre élan», a-t-elle conclu.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire