mdas

 

Le ministre de la Santé a rencontré son homologue ivoirien en charge de la Sécurité sociale, le 14 juin à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Guy Patrick Obiang et Adama Kamara auraient longuement évoqué le cas de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), actuellement dans un état critique.

Guy Patrick Obiang et Adama Kamara, le 14 juin 2022 à Abidjan. © Twitter

 

Le gouvernement s’active pour sauver la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), qui flirte dangereusement avec la faillite. En marge de l’Africa CEO Forum à Abidjan, en Côte d’Ivoire, le ministre de la Santé a rencontré son homologue ivoirien en charge de la Sécurité sociale. «Le fonctionnement de nos Caisses de sécurité sociale et l’échange d’expérience étaient au coeur de notre entrevue», a tweeté Guy Patrick Obiang, le 14 juin.

Face à la situation de la CNSS, les autorités ont en effet mis en place une administration provisoire chargée d’assurer l’administration, la gestion et la réforme de l’établissement privé sur une période de 12 mois. Elles ont également décidé de l’institution d’un Comité de surveillance et de contrôle, présenté comme un «organe d’appui à l’exercice du pouvoir de contrôle de l’État sur les actes de gestion des organismes de protection sociale».

La réputation du modèle ivoirien

«La CNSS est dans un état critique, quasiment en cessation de paiement», a révélé le ministre de la santé, le 9 juin dernier à Libreville. «Le gouvernement est obligé aujourd’hui de soutenir de manière financière, le fonctionnement de cette caisse par le paiement des salaires et pour le paiement des pensions retraite», avait ajouté Guy Patrick Obiang.

Les réformes mises en place par la Côte d’Ivoire pour la modernisation de sa caisse de sécurité sociale, à travers notamment la reconversion réussie de l’Institut de prévoyance sociale-Caisse générale des retraités et agents de l’État (IPS-CGRAE), ont fait du pays une référence sous-régionale en la matière. Ce rapprochement entre le Gabon et la Côte d’Ivoire, qui n’est pas le premier du genre, participera-t-il à sauver la CNSS. Affaire à suivre.

 
GR
 

6 Commentaires

  1. Jean Cruz (Canada) dit :

    Crise à la CNSS: arrêtez notre copier-coller de tous les jours!
    Comment même un docteur peut-il croire qu’un modèle en lui seul suffit pour que tout fonctionne?
    On ne peut pas transposer le modèle de la caisse ivoirienne au Gabon, et laisser de côté le dynamisme économique ivoirien, pour s’attendre à ce que ce modèle transposé marche. Faux. Pour qu’un système social marche efficacement, il faut que la création d’emploi soit régulière et supérieure aux départs à la retraite d’anciens cotisants. De plus, il faut aussi que la caisse diversifié ses revenus, moyen et long termes, surtout par des investissements dans divers secteurs afin d’équilibrer son portefeuille.
    Finalement, on peut se rendre qu’il s’agit d’une economico-financière devant impacter le système social.

    • medzomekoure dit :

      Vous avez raison, chez nous on pense toujours que l’expertise d’ailleurs est mieux que ce dont nous pouvons disposer sur place. Le pauvre docteur est obligé de suivre le schéma qu’on lui impose. Qui « on » ? eh bien ceux qui estiment que nous sommes tous des cancres dans ce pays…

  2. Lavue dit :

    Faut tuer le Monstre pour espérer repartir sur de nouvelles base. Sinon c’est peine perdue. Le Monstre c’est qui ? Le système prédateur BONGO-PDG. Personne n’est dupe et l’emprisonnement spectaculaire de quelques gros poissons souvent en indélicatesse avec le système n’y changera rien. La culture du BONGO-PDG depuis des décennies c’est l’enrichissement des membres du système par le détournement des deniers publics. Tous les savent et le pratiquent. On va PDG parce que y a espoir de « bouffer » sérieusement sans avoir à rendre des comptes. Avec ça et toute la gabegie qu’on voit comment comprendre que les gens puissent continuer à être attachés à ce parti-secte?
    Le Monstre qui accouche sans cesse des petits, c’est lui, le système BONGO-PDG, il faut l’éliminer et pouvoir organiser une nouvelle dynamique, sinon tout le reste c’est peine perdue. Ne dit-on pas que le poisson commence par pourrir par la tête?

    Ici n’est pas la question de modèle à copier, mais de systèmes qui doivent se remettre en question. Si en Côte d’Ivoire ils sont parvenus à redresser une économie effondrée suite à une guerre civile, au Gabon nous sommes parvenus en 13 ans à déstabiliser par la qualité des hommes de l’Emergence le fonctionnement normal de nos administrations et de nos entreprises parapublics. Et si le problème était d’abord la qualité intrinsèques des Emergents, très souvent parachutés de nulle part. En un mot les choix de copinage, de camaraderie, de YA ALI font très mal au pays. Tant pis pour la population, les mêmes du PDG ne jurent que par lui pour 2023, donc pour la poursuite de ce qu’on vit maintenant, allez-y donc comprendre.

  3. Prince dit :

    Vous pouvez même prendre le modèle indien chinois américain français marocain…. ça ne changera rien ce qu,il faut changer dans ce pays c’est le groupe de minables incompétents qui usurpe le pouvoir depuis 2019 j’ai cité Alibababongo PD G et ses 40 voleurs qui sont responsables de la situation chaotique que traverse le pays .

  4. aze dit :

    OKORI a plus travaillé pour cacher le casse de Nicole Assele qui tiré le coup de grace sur cette institution.

    OSSI OKORI, affairiste ne s’est pas ménagé pour rentrer dans l’affairisme. Les audits sont en cours …

    … aux dernières nouvelles il serait en fuite au Congo. On l’aura …

  5. MOUNDOUNGA dit :

    Bjr. Hmmm vraiment pitié pour le Gabon. Obliger d’aller copier chez un pays qui a humilier le « soleil » de notre nation il y a quelques années, vraiment la queue basse quoi !!!. Et dire que bon ans mal ans, 15 ans en arrière qui pouvait imaginer nos papies et mamies braver les forces de l’ordre en plein bord de mer(tout un symbole). Non vraiment c’est honteux que des « enfants » ne puissent même pas honorer la dernière ligne droite de leur parent convenablement. On me dira tout mais là j’accompagne le DIEU TOUT PUISSANT dans le chatiment le plus severe a infliger aux coupables de ce manquements de respect vis à vis de nos peres et meres. Amen.

Poster un commentaire