HABANA

 

Le conflit homme-faune mettant en émoi, depuis le 25 mai dernier, la population de Mékambo, dans la province de l’Ogooué-Ivindo, était au cœur d’un briefing du cabinet de Jean Ping, principal candidat de l’opposition à la présidentielle de 2016, et leader de la Coalition pour la nouvelle République (CNR). L’opposant estime que «la situation qui prévaut à Mékambo est l’illustration de ‘’l’État failli’’ qu’est le Gabon».

Jean Ping, lors de la réunion de son cabinet, le 31 mai 2021, à Libreville. © Facebook/Jean-Ping-en-Images

 

Leader de la Coalition pour la nouvelle République (CNR), arrivé deuxième lors de la présidentielle de 2016, Jean Ping, le principal opposant gabonais, a présidé, le 31 mai, un briefing de son cabinet. Pas grand-chose n’a filtré de la séance de travail, mais la page Facebook Jean Ping en Images a laissé entrevoir que l’actualité de l’Ogooué-Ivindo, notamment les évènements de Mékambo, consécutifs au conflit homme-faune, en étaient le sujet principal. On peut y lire en effet : «la situation qui prévaut à Mékambo est l’illustration de «l’État failli» qu’est le Gabon».

Il y a, pour rappel essentiel, que le 25 mai dernier, à Mékambo dans le département de la Zadié, des manifestations populaires causées par le conflit homme-faune ont dégénéré, occasionnant le vandalisme de l’antenne locale de la Direction générale de la documentation et de l’immigration – DGDI- (Ex-Cedoc), de la maison du préfet et la fermeture de la mairie. De nombreuses arrestations y ont été enregistrées dès le lendemain, des militaires ayant été envoyés pour rétablir l’ordre. De même, des membres du gouvernement y sont montés pour apaiser la tension. La délégation gouvernementale n’y est pas parvenue, puisque sitôt revenue à Libreville, un mort et quelques blessés y ont été enregistrés.

Pour Jean Ping et les siens «ces évènements sont le fait d’un régime illégitime, incompétent et d’un Etat absent dans ses missions régaliennes». L’ancien candidat à l’élection présidentielle gabonaise n’a d’ailleurs pas manqué de présenter ses condoléances à la famille de l’agent public, Jean François Ndong Aubame, brutalement arraché à la vie, ainsi que sa «compassion aux populations victimes de cette grave crise sur laquelle toute la lumière doit être faite».

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Le Patriote dit :

    M. PING, avez-vous déjà oublié Bertrand ZIBI ?

    Vous l’avez utilisé et vous l’avez abandonné.

Poster un commentaire