TATIE

Consacrée à la prévention et à la résolution des conflits dans la sous-région de l’Afrique centrale, la création d’un réseau de «Jeunes tisserands de la paix» au Gabon, au Tchad et au Cameroun a récemment été présentée au ministre de la Décentralisation Mathias Otounga Ossibadjouo par le chef du Système des Nations-Unies au Gabon.

Dr Stephen Jackson et Mathias Otounga Ossibadjouo, lors d’une précédente rencontre en août 2020. © Min. Décentralisation

 

La création d’un «Réseau des jeunes tisserands de la paix» était au cœur des récents échanges entre le patron du Système des Nation-Unies au Gabon, le représentant de l’UNESCO et le ministre de la Décentralisation Mathias Otounga Ossibadjouo. L’ONU entend en effet mettre sur pied cette plateforme chargée constituée de «jeunes actifs dans la résolution des conflits au niveau local et même avant que ceux-ci naissent». Aussi, le gouvernement gabonais est-il sollicité pour aider à la matérialisation de ce projet.

Selon Dr Stephen Jackson, il s’agira de trouver 1 800 jeunes issus de trois pays de la sous-région de l’Afrique centrale, dont le Tchad et le Cameroun, âgés entre 18 et 35 ans. «Nous voulons que ce soit des jeunes qui résident sur place, qui parlent les langues de ces pays, donc qui soient à mesure de communiquer, d’expliquer et de présenter certaines choses», précise Vincenzo Fazzino, représentant de l’UNESCO au Gabon.

Dans le cadre de la création de ce réseau, les fonctionnaires de l’ONU au Gabon indiquent que les jeunes qui seront identifiés dans les trois pays seront formés aux techniques de prévention et de résolution des conflits. Ces derniers seront également équipés en moyens de communication, notamment pour leur permettre de communiquer entre eux.

À terme, ce projet devrait permettre d’appuyer le Réseau de résolution des conflits à travers un mécanisme d’alerte précoce au sein de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC). Le projet durera 2 ans, dont les 3 à 6 premiers mois seront consacrés à la formation des membres du réseau.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. chers reprisentant de l’UNESCO au Gabon, ce projet cadre dans la gestion durable des conflits en Afrique, plus précisément, en Afrique centrale ainsi, je souhaite que l’État gabonais vous accompagne très sincèrement durant ses deux années de projet part ma modeste voix, je souhaite que le Dieu tout puissant vous accompagne pendant cette période et je souhaite mon incorporation dans ce projet merci

Poster un commentaire