GR

 

La Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Gabon (Bicig) a annoncé, le 18 mai, avoir subi de retraits frauduleux par cartes de paiements internationales, à hauteur de 113 millions de francs CFA. L’entreprise bancaire a assuré qu’elle remboursera les clients victimes de cette cyberattaque.

113 millions de FCFA ont été dérobés à des clients de Bicig via des retraits frauduleux, depuis le Mexique. © D.R.

 

Grosse mésaventure que celle vécue par la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Gabon (Bicig). L’établissement bancaire a annoncé, le 18 mai, qu’elle a été confrontée à des paiements frauduleux par cartes internationales.

«Nos équipes techniques en relation avec notre partenaire monétique et le groupe VISA, ont pu identifier les cartes et les transactions frauduleuses concernées afin de circonscrire définitivement l’incident», a informé Bicig par voie de communiqué. D’après une indiscrétion au sein de Bicig, la fraude aurait démarré le 6 mai, avant d’être stoppée huit jours plus tard, après identification suite à des réclamations de certains clients.

Selon les premiers éléments de l’enquête interne, la fraude aurait été opérée depuis le Mexique et porterait sur 2000 cartes et 8000 transactions, pour un montant total de 200 millions de francs CFA. «1200 clients ont été débités pour 113 millions sur leurs comptes Bicig. Les 800 autres n’ont pas été débités, la Bicig ayant pu suspendre depuis le 14 mai les opérations frauduleuses avant leur comptabilisation», a détaillé la source de la banque relayée par lalibreville.com.

Bonne nouvelle pour les clients, la banque a promis qu’elle procèdera au «remboursement intégral des montants dès ce lundi 18 mai 2020». Et pour prévenir d’autres attaques du genre, Bicig a pris certaines dispositions. La banque a notamment bloqué la possibilité d’effectuer des transactions avec la piste magnétique des cartes à l’origine de la fraude. Seules les opérations à partir de la puce de la carte sont désormais autorisées.

De même, Bicig a invité ses clients à «respecter les règles de sécurité» et redoubler de vigilance lors de l’utilisation de leurs cartes de paiements. Une affaire qui devrait égratigner le capital confiance entre la banque et ses clients. Une affaire dont les futurs acquéreurs de la banque se serait bien passés. Le groupe ivoirien Atlantic Financial Group Central & East Africa (AFG C&EA) va devenir l’actionnaire majoritaire de Bicig, en rachetant les 47,04% des parts de la banque détenues par le Fonds gabonais d’investissement stratégiques (FGIS) ainsi que celles de l’État gabonais (5%).

 
GR
 

2 Commentaires

  1. fakenews dit :

    Historique comme information! la BNP s’en va. les marocains recupèrent la chose via un prêt au FGIS. 2 mois plus tard c’est une annonce de fraude sur les cartes bancaires. Trop faciles messieurs….Comment ont t ils disposé de tous ces numéros et codes ? qui a gardé ces informations sur son disque dur pour nous faire ça après…

    Après la banque postale, ce sont les épargnants de la BICIG qui vont être escroqués…
    Vive le Gabon des Bongo, pour des siècles et des siècles. Amen!

  2. moundounga dit :

    Bjr. A bon entendeur. Quelque soit la technologie, c’est l’homme qui l’exploite et souvent à ses fins. Cette histoire de sécurisation des avoirs par code n’existe que pour des motifs de bizness, en réalité nous somme à la merci de ces gens là. Quelle malchance. Le message est clair, l’argent sous le matelas. Amen.

Poster un commentaire