TATIE

A l’occasion de sa déclaration de politique générale, le 4 septembre dernier, le Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, avait émis le souhait d’accélérer la décentralisation dans le pays. Elle avait invoqué le Fonds d’initiatives départementales (FID) et d’autres mécanismes devant déclencher l’action de l’administration décentralisée. Depuis sa création le FID est au ras du sol, le Premier ministre le fera-t-il décoller ?

Le Fonds d’initiatives départementales aurait pu, par exemple, permettre la réhabilitation de cette route défoncée, menant au Cap Santa Clara à quelques kilomètres de Libreville. © D.R.

 

Toujours évoquée depuis des années, la décentralisation n’est toujours pas effective au Gabon. Lors de la présentation de sa feuille de route, le 4 septembre dernier, le Chef du gouvernement, Rose Christiane Ossouka Raponda, n’a pas manqué d’évoquer son activation, notamment à travers le Fonds d’initiatives locales(FID). Un fonds annoncé en 2018 par le président Ali Bongo, dans le but d’aider les collectivités territoriales à réaliser leurs projets de développement.

«Aujourd’hui, les attentes de la population commandent une action publique efficace avec des projets au plus près des Gabonais et mieux adaptés à leurs besoins. Des actions qui visent des résultats immédiats et perceptibles pour répondre à leurs attentes légitimes», avait déclaré le chef de l’Etat, en avril 2018, lors du lancement de ce fonds, à Franceville, dans le Haut-Ogooué.

L’objectif du FID était d’octroyer 1 milliard de francs CFA à chaque département afin de servir au financement des projets structurants à sélectionner par un Comité de pilotage présidé par les différents gouverneurs. Mais depuis lors, le FID tarde à être mis à exécution. Quid dont de ce fonds présenté comme une avancée notable dans ce processus de décentralisation et devant réduire la «fracture territoriale» ?

Pourtant, l’ex-Conseiller spécial, porte-parole de la présidence, Ike Ngouoni, indiquait que «le texte sur la mise en place du Fonds d’initiative départementale a été adopté et publié au Journal Officiel, sachant qu’un compte dédié à ce fonds, créé à la Caisse des Dépôts et Consignations, est déjà alimenté à hauteur de 50 milliards francs CFA». Cette provision existe réellement ? Est-ce avec ces ressources que Rose Christiane Ossouka Raponda compte accélérer «la politique de décentralisation» ? Le chef du gouvernement assure que sous son autorité, «l’activation des mécanismes de financement des collectivités locales que sont le Fonds de Péréquation des Collectivités Locales (FPCL) et le Fonds d’Initiatives Départementales (FID), déclenchera l’action de l’administration décentralisée».

Les maires et administrateurs des aires territoriales attendent Ossouka Raponda de pied ferme, elle qui a souffert de l’amoncellement des promesses dans ce segment à la mairie de Libreville. Ceux-ci espèrent que les fruits tiendront la promesse des fleurs.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    C’est certainement une bonne chose. Mais restons prudents face aux RAPACES de ce pays. Ils sont MOULT…

Poster un commentaire