HABANA

Le ministre de la Santé, Guy Patrick Obiang Ndong est apparu davantage alarmiste, le 19 février, lors de sa conférence de presse. S’il a annoncé de nouveaux dispositifs pour la prise en charge des personnes contaminées, il a également attiré l’attention sur la gravité de la situation : «la seconde vague que notre pays traverse est plus que redoutable».

Le ministre de la Santé, Dr. Guy Patrick Obiang Ndong, le 19 février 2021, à Libreville. © Capture d’écran/Gabonreview

 

Guy Patrick Obiang Ndong a annoncé le 19 février, de nouveaux dispositifs dans les structures sanitaires pour la prise en charge des malades. S’exprimant lors d’une conférence de presse, il a fait plusieurs annonces, insistant sur la gravité de la situation de la crise sanitaire dans le pays.

Indiquant que l’ajustement de la stratégie de riposte est fonction de la situation sanitaire, le ministre de la Santé a soutenu que «la seconde vague que notre pays traverse est plus que redoutable». Il explique qu’«en moins de deux mois, nous avons enregistré plus de 4000 cas positifs de la Covid-19. Ce qui représente environ un tiers de l’ensemble des contaminations enregistrées entre mars et décembre 2020». «Rien qu’en deux mois, un tiers de l’ensemble des contaminations enregistrées entre mars et décembre 2020. Ce qui veut dire que la situation est grave», a-t-il rappelé, ajoutant que «la situation est explosive au regard du nombre de contaminations que nous enregistrons tous les jours».

Selon le ministre de la Santé, Libreville et Port-Gentil constituent les épicentres de cette seconde vague où le nombre de contaminations augmente de manière exponentielle et affecte des secteurs d’activité essentiels pour le pays, notamment le secteur pétrolier. Par ailleurs, «l’augmentation rapide du nombre de nouveaux cas a des répercussions directes dans nos hôpitaux qui sont au bord de saturation». Selon lui, «le taux d’occupation de nos réanimations croit de jour en jour à cause du nombre important des personnes qui sont hospitalisées pour détresse respiratoire, avec atteinte pulmonaire grave et sévère».

Pour augmenter la capacité de prise en charge des malades atteintes par la Covid-19, il a annoncé de nouveaux dispositifs. «Nous allons, dans les tout prochains jours, déployer une unité de réanimation mobile à Akanda, ouvrir un centre de traitement ambulatoire à Gahouma, augmenter le nombre de centres de traitement ambulatoire de 3 à 18, ouvrir une unité de réanimation Covid au CHU d’Owendo et enfin aménager un bâtiment spécial Covid au CHUL de Libreville», a-t-il déclaré.

 
GR
 

7 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Allez vous faire FOUTRE. A Ntare Nzame !!

  2. Jean .jacques dit :

    Jaloux pauvre toi Makaya ta haine va te tuer toi meme.

  3. Koumba dit :

    Ta gueule jean jacques! tu soutiens un gouvernement Assassin et des chiffres trafiqués sans aucune preuve…va à l’hôpital Général tu verras toi-même que ceux qui meurent ne sont pas des malades du Covid ALias Variant anglais mais plutot les maladies que nous connaissons qui n’a jamais allerté le gouvernement ( palu , diabète , siada etc ) à l’hopital Angondjé ce sont les malades de cancers qui meurent… as-tu un reportage digne de ce nom ou les medecins temoignent d’eux-mêmes qu’ils sont asphyxié par les malade de la covid? tu es Bastion de la Merde!

  4. helis dit :

    helis
    19 février 2021 à 10 h 20 min à à 10 h 20 min

    Si la population qu’on veut protéger d’une maladie compte dans ses rangs des morts accélérées puisque causées par des balles, alors le discours de préservation de la population d’une mort qui viendrait de la maladie du coronavirus se trouve délégitimée. En effet, la mort par balle arrive encore plus vite, plus brutalement que celle du coronavirus.

    Raymond Ndong Sima »

  5. diogene dit :

    Le covid est là avec le palud,le sida, ébola etc…Celui qui n’est pas au rendez vous c’est une couverture sanitaire ! Pas d’hôpitaux en état de marche, manque de personnel qualifié, manque de médicaments, de salles d’op,etc…

    Pourquoi ? Parce que le Gabongo n’est jamais devenu le Gabon !

  6. Lavue dit :

    Ce jeune ministron, qui doit son ascension au fait qu’il ait bien porté les valises de sylvia BONGO VALENTIN est un pauvre parvenu. Voilà des idiots qui ne peuvent pas comprendre que la gravité d’une situation ne se décrète pas. Que le mimage outrancier de la France est grandement perceptible pour tout le monde et même à l’extérieur du pays. On a pas besoin du gouvernement gabonais pour arrêter des mesures, il suffit que Macron et son équipe arrêtent des mesures en Métropole, on sait qu’elle seront appliquées au Département Gabonais. Eux au moins pourrons donner des explications rationnelles qui collent à la réalité chez eux. Tant pis si les autres veulent aussi en à faire les leur. Le nombre contaminés n’est pas le nombre de morts. Les statistiques publiées au Gabon le démontrent et le nombre de cas guéris, sans vaccination et autre traitement est au-delà de 99%. Pourquoi préfère-t-il parler de cas de contamination que de morts. On ne dit pas qu’il n’ y a pas de morts, mais ce taux est trop faible pour instaurer uns situation de guerre (couvre-feu) avec tous les dérapages des abrutis des forces de l’ordre. Ce gouvernement se moque complètement de la situation économique qui accélère de nombreux gabonais dans la pauvreté endémique qui caractérise la majorité de notre population. Faut-il sortie de Harvard aux USA pour comprendre ça.

    Regardez à quoi ressemble le Président de la République, la première ministre et maintenant tous ces jeunes ministres sans expérience de la gestion des affaires publiques et catapultés à la tête du pays comme par extraordinaire. C’est lamentable, ce pays qui regorge de cadres valeureux, solidement formés mérite plus que cette incompétence notoire qu’on observe depuis l’installation d’ALI à la tête du pays.

    Quand on est incapable de trouver des solutions intelligentes qui intègrent tous les paramètres d’un problème, on fait ce que beaucoup de nullards savent bien faire c’est-à-dire jouer les personnes sérieuses et appliquer bêtement la violence.

    Avec ce régime on commence a avoir honte d’être gabonais. Il faut que ça change, chacun doit en prendre conscience. Sinon ce pays tombera trop bas et ne se relèvera peut -être jamais. Attention! Le Gabon n’est pas la propriété de ceux qui en confisqué la gestion. C’est la terre de nos enfants, il faudra un jour qu’on surpasse nos peurs pour leurs garantir un meilleur héritage.

  7. Manono dit :

    Vous mentez,comme d’habitude. Nous sommes en période de fortes chaleurs
    Il n y a pas d’augmentation des cas du Corona au Gabon. Vous mentez, c’est pour justifier votre vaccin mortel que vous faites ça. S’il y a des gabonais naïfs qui vous suivent c’est leur problème. Nous qui sommes conscientisés, nous ne vous suivons pas.
    MENSONGE- MENSONGE- MENSONGE RIEN QUE MENSONGE. ON VOUS CONNAÎT AVEC VOTRE MENSONGE

Poster un commentaire