HABANA

 

L’organisation des Nations unies vient de lancer le premier portail régional des données statistiques de tous les pays d’Afrique, avec des preuves sur le développement durable et les indicateurs socio-économiques clés pour le continent.

La nouvelle passerelle de données de l’ONU examine les 17 objectifs de développement durable et les décompose en 169 cibles et 231 indicateurs. © Gabonreview/Shutterstock

 

Le 13 septembre 2021, 17 entités régionales des Nations unies réunies dans le cadre de la Plateforme de collaboration régionale pour l’Afrique (PCR), ont dévoilé la «plateforme de données des Nations unies pour l’Afrique au service du développement» : https://ecastats.uneca.org/unsdgsafrica/.

Il s’agit de la première base de données numériques en ligne à servir de référentiel, et à guichet unique, qui capture des données et des preuves de haute qualité sur le Programme 2030 et les ODD de tous les pays africains. «C’est aussi le premier du genre à rehausser le profil des progrès statistiques vers la vision de l’Union africaine – Agenda 2063 », estiment les initiateurs du projet.

La nouvelle passerelle de données examine les 17 objectifs de développement durable et les décompose en 169 cibles et 231 indicateurs, permettant à chacun de suivre les progrès au niveau granulaire. Il est ouvert à tous les utilisateurs, y compris les décideurs, les planificateurs, les gestionnaires de programmes, les partenaires de développement, les organisations du secteur privé, les groupes de la société civile, les institutions universitaires, les médias et bien d’autres. «Cette plateforme va permettre de mesurer et évaluer les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de développement durable en Afrique».

Selon les statisticiens de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), parmi les 169 objectifs fixés dans les ODD, seulement 30% d’entre eux sont quantifiables. Pour le reste des cibles non quantifiables, la plateforme en ligne propose des valeurs cibles en utilisant une approche pragmatique et ambitieuse. Il identifie les pays en suspens de la région et définit leur taux de variation moyen comme taux cible de la région.

Le nouveau moteur de recherche donne également aux utilisateurs la possibilité de classer les statistiques selon diverses dimensions, telles que les huit communautés économiques régionales reconnues par l’Union africaine, les pays les moins avancés, les pays en développement sans limites et les États producteurs de pétrole et riches en minéraux. En outre, il reconditionne les données par questions thématiques clés. «Par exemple, les utilisateurs peuvent catégoriser les indicateurs des ODD par agriculture, énergie et santé, ce qui leur permet non seulement d’analyser les progrès spécifiques au niveau des pays, mais aussi d’examiner la convergence, les similitudes et les différences entre une variété de blocs et de sujets sous-régionaux», précise la CEA, basée à Addis-Abeba.

«L’Afrique est un continent avec un grand potentiel et des aspirations claires telles qu’articulées dans l’Agenda 2063 de l’Union africaine. La transformation nécessite des données de qualité, opportunes et désagrégées pour guider les investissements ciblés et garantir les rendements souhaités dans le développement de son capital humain, la viabilité environnementale, la transformation économique et la prospérité pour tous », a déclaré le directeur du Centre africain de statistique de la CEA, Oliver Chinganya.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire