TATIE

 

La petite Cristal Marcel Ondo, 5 ans, a disparu depuis sept jours dans le quartier de Sotega, à Libreville. Elle jouait dans la cour de la maison de sa tante, lorsqu’une femme de plus de quarante ans serait apparue, a demandé de l’eau et aurait pris l’enfant, selon le récit de la famille. La tante paternelle, qui gardait l’enfant, et son ami sont entendus par la gendarmerie.

«La dame a bu et la sœur est retournée poser le verre et la bouteille dans la maison. Quand elle est revenue, la dame et Cristal n’étaient plus là.» © Montage Gabonreview

 

«Cristal vivait depuis deux ans chez son père, Jean Ondo Ondo, qui habite Fin-Goudron à Nzeng-Ayong. La mère est à Franceville. Le père nous a dit qu’il était au travail et qu’il avait laissé la petite avec d’autres enfants à une tante paternelle, dont la maison est à Sotega. Mais cette tante dormait, et les enfants jouaient dans la cour. La cour n’est pas fermée par un portail», relate Jonas Missimbaloba, grand-père maternel de l’enfant disparue, âgée de cinq ans.

«C’est alors qu’une dame de plus de quarante ans est arrivée. Elle a demandé de l’eau à boire aux enfants. Une sœur de Cristal, de 10 ans, est allée chercher un verre et une bouteille. La dame a bu et la sœur est retournée poser le verre et la bouteille dans la maison. Quand elle est revenue, la dame et Cristal n’étaient plus là. Il était environ 14 heures, mardi 11 août», continue M. Missimbaloba qui a lancé un avis de recherche sur les réseaux sociaux.

Plaintes déposées, la tante et son ami entendus

La sœur de 10 ans prévient alors la tante de la disparition de Cristal. Le père, Jean Ondo Ondo, est également mis au courant du drame. Accompagné de l’oncle maternel de la petite, le père se rend dès mardi à la police judiciaire (PJ) pour déposer plainte contre X.

«Mais, nous, la famille maternelle avons aussi déposé plainte pour négligence contre la famille paternelle»,  précise Jonas Missimbaloba. Le grand-père précise que la tante paternelle et son ami sont en garde à vue depuis samedi à la Direction générale des recherches (DGR).

D’autres enfants recherchés, certains retrouvés

En plus de la jeune Cristal, d’autres enfants ont été portés disparus récemment. Le plus emblématique est le petit Rinaldi, recherché depuis janvier dans le Woleu-Ntem. Sa photo circule régulièrement sur les réseaux sociaux, en vue d’aider à sa recherche.

La petite Henricia Pemba, quatre ans, est quant à elle introuvable depuis mars à Tchibanga. Elle aurait été enlevée par un jeune homme, alors que les enfants jouaient dans la cour de la maison de leur grand-mère. Celle-ci a été entendue pour «pratiques de sorcellerie» mais relâchée faute de preuves.

Une bonne nouvelle est arrivée vendredi 14 août pour la famille de la petite Zénabou Magassa, dite Oumou, enlevée par une femme trentenaire, le 9 août à Fougamou. La fillette a été retrouvée à Ntoum, à près de 300 km de chez elle.

Le jeune Christian Ezéchiel, dont l’avis de recherche avait circulé sur les réseaux sociaux début août, est quant à lui rentré chez lui quatre jours après sa disparition. Il était chez un ami, selon un membre de la famille joint par Gabonreview.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Ebang ondo Jean ELVIS dit :

    Bonsoir,
    Les phénomènes d’enlèvements d’enfants et des crimes Rituels au gabon sont difficiles à résoudre par ce qu’il n’y a pas de volonté politique. Je suis très bien convaincu que les gabonais retrouveront la paix dans les jours avenirs.

  2. Abdallah dit :

    Les enlèvements d’enfants repartent en hausse, le gouvernement reste muet. C’est quand la justice populaire reprendra que monsieur le ministre de l’intérieur viendra encore faire son cirque.

  3. Les enlèvements d’enfants à des fins sacrificiels fétichistes avec prélèvementd’organes,sont très souvent commandités par les hommes du pouvoir, en quête de nomination et de biens matériels. Voilà pourquoi la justice traine les pas pour faire réellement la lumière sur ces kidnappint d’enfants. À Fougamou, il y a le cas du jeune Etty Malata Doumambila porté disparu depuis Avril 2016 et dont les exécutants appréhendés ont nommément cité une dignitaire dde la province, qui n’a jamais été entendu. Il y a bien sûr le cas douloureux du petit Rinaldi, kidnappé depuis le 12 Janvier 2020, et bien d’autres encore dont les disparitions n’ont jamais été resolut

Poster un commentaire