HABANA

 

En décembre prochain, Libreville accueillera le 35e congrès de la Conférence internationale des barreaux de tradition juridique commune (CIB) sous le thème : «Le droit et la justice à l’épreuve de la Covid-19». Le bâtonnier de l’Ordre des avocats du Gabon, Me Lubin Ntoutoume, a sollicité lundi 11 octobre l’implication du gouvernement dans l’organisation de cette rencontre.

La Première ministre Rose Christiane Ossouka Raponda et Me Lubin Ntoutoume échangeant, lundi 11 octobre 2021, sur le 35e congrès de la CIB prévu à Libreville en décembre.© Primature-Gabon

 

Du 1er au 3 décembre 2021, sous le thème : «Le droit et la justice à l’épreuve de la Covid-19», aura lieu à Libreville, au siège de la Cour constitutionnelle, le 35e congrès de la Conférence internationale des barreaux de tradition juridique commune (CIB). Bien que placé sous le haut patronage du président de la République, cet évènement n’en nécessite pas moins l’implication du gouvernement. C’est d’ailleurs le sens de la rencontre, lundi, entre Me Lubin Ntoutoume et la Première ministre Rose Christiane Ossouka Raponda.

«Il était question de lui présenter le programme que nous avons arrêté, échanger avec elle sur les enjeux de ce congrès pour le Gabon et voir dans quelle mesure le gouvernement pouvait porter le projet, parce qu’il s’agit d’un congrès international. Et la tradition veut qu’à ce niveau d’engagement, le gouvernement prenne à bras-le-corps le dossier», explique le bâtonnier de l’Ordre des avocats du Gabon.

Au cours de ces travaux de trois jours, qui devraient voir la participation d’Ali Bongo et de la secrétaire générale de l’OIF Louise Mushikiwabo (pour la cérémonie d’ouverture), la CIB tentera de répondre à trois principales questions : «Les exigences du droit à la santé sont-elles exclusives des libertés publiques ?», «Les exigences de la sécurité juridique sont-elles menacées par le Covid 19 ?», «La Justice menacée par la Covid-19 ?».

Le congrès sera précédé de deux journées de formation offerte par le Centre international de formation en Afrique des avocats francophones (Cifaf), les 29 et 30 novembre 2021. Cette formation sera organisée sous le thème : «Principes essentiels de la profession d’avocat aujourd’hui, conflits d’intérêts et blanchiment».

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire