TATIE

La confédération syndicale Dynamique unitaire tient, les 28 et 29 février, son deuxième congrès ordinaire sous le thème «Faiblesses et dysfonctionnements des institutions : source systématique des violations des droits fondamentaux des travailleurs». Les congressistes auront à renouveler les organes décisionnels de l’organisation.

Jean Remy Yama (debout) et quelques membres de la confédération Dynamique unitaire © D.R.

 

La confédération syndicale Dynamique unitaire annonce la tenue de son deuxième congrès ordinaire pour les 28 et 29 février 2020, à la chambre de commerce de Libreville. L’annonce a été faite au siège de l’organisation syndicale par son président, Jean Rémy Yama. Durant quarante-huit heures, les congressistes échangeront autour du thème : «Faiblesses et dysfonctionnements des institutions : source systématique des violations des droits fondamentaux des travailleurs».

Les objectifs de ce congrès sont l’amélioration du fonctionnement de la confédération à travers la révision des statuts et règlement intérieur ; la réforme de la politique générale de la Dynamique unitaire ; l’identification des moyens et actions pour assurer son autonomie financière ; le renouvellement des instances de direction de la DU.

«C’est un moment important dans la vie d’une organisation syndicale, notre congrès a lieu tous les trois ans. Les congressistes sont invités à répondre à cette exigence statutaire. Il nous appartient de respecter nos textes en vigueur», a déclaré Jean Remy Yama.

Dynamique unitaire est un regroupement d’une cinquantaine d’organisations syndicales du secteur public, constitué le 12 janvier 2015. Il est composé de trois organes : le Collège des Leaders (Bureau),  l’Assemblée générale des travailleurs et le Congrès. Il a un objectif unique et indéfectible : l’amélioration des conditions de vie des agents de l’État.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire