mdas

 

Les chantiers du Programme intégré pour l’alimentation en eau potable et l’assainissement de Libreville (Piaepal) et du Projet d’accès aux services de base en milieu rural (Pasbmir) ont fait l’objet d’une nouvelle visite du ministre d’État à l’Énergie et aux Ressources hydrauliques, le 22 septembre. Alain-Claude Bilie-By-Nze s’est enquis de la réhabilitation des chaussées excavées pour le passage des canalisations d’eau, ainsi que l’avancée du déploiement du réseau basse, moyenne et haute tension dans les zones impactées à Bambouchine et Oveng.

Le ministre d’Etat à l’Énergie et aux Ressources hydrauliques et ses collaborateurs à Bambouchine, le 22 septembre 2022. © Gabonreview

 

© Gabonreview

Rendu le 22 septembre à Razel, dans la zone industrielle d’Owendo puis à Glass, Bambouchine et à Oveng, le ministre d’Etat à l’Énergie et aux Ressources hydrauliques, Alain-Claude Bilie-By-Nze, a inspecté la réalisation de ces programmes ambitionnant la facilitation de l’accès à l’eau potable et à l’électricité aux populations du Grand Libreville. Les travaux lancés, il y a plusieurs mois, par le gouvernement avec l’appui de la Banque mondiale (BM) (Pasbmir) et de la Banque africaine de développement (BAD) (Piaepal), vont bon train. C’est le constat à tirer de la visite du chef de ce département qui rappelle que le projet Piaepal amène Libreville à être en chantier.

À Razel, à la Cité de la caisse ou à Glass par exemple, les techniciens se déploient désormais pour refermer définitivement les tranchées ouvertes pour les canalisations d’eau. «Tous les quartiers sont touchés : Ntoum, Owendo, Akanda et Libreville intra-muros. Nous avons indiqué qu’il allait y avoir quelques désagréments parce que pour remplacer les canalisations, il faut creuser les tranchées», a-t-il signalé.

Il laisse par ailleurs entendre que le temps est désormais à la réhabilitation des infrastructures routières qui ont été endommagées. «Un mal pour un bien», a-t-il fait noter. «Nous sommes maintenant dans la phase où, avec la BAD, la Coordination du projet et la Mission de contrôle, un travail a été mené en lien avec le ministère des Travaux publics (TP) pour réfectionner à l’identique», a-t-il dit, ajoutant qu’ils ont dû «passer par une phase d’avis de non-objection de la BAD et des marchés publics au Gabon. Nous sommes maintenant effectivement dans la phase de la réhabilitation à l’identique».

Le représentant résidant de la BAD, Nouredine Kane Dia, a rassuré par rapport au fait que les désagréments ne seront qu’«un mauvais souvenir pour les populations et qu’on ira plutôt vers une amélioration en termes de production, mais aussi de déserte en eau potable pour la population de Libreville».

La délégation s’est également rendue à Bambouchine et à Oveng, dans le 6e arrondissement de Libreville. Des localités où se construit un réseau électrique flambant neuf. «Nous sommes ici au lieu-dit Oveng. Il y a eu un premier marché confié à un groupement d’entreprises qui, malheureusement, n’a pas pu donner satisfaction. Nous avons donc été amenés à travailler avec la Banque mondiale, la Commission nationale des TIPPEE (Travaux d’intérêt public pour la promotion de l’entrepreneuriat et de l’emploi), la Coordination du projet pour choisir une nouvelle entreprise ; Snef Gabon qui a aujourd’hui la charge d’achever le chantier», a fait savoir Bilie-By-Nze.

Les travaux devraient être livrés, selon les délais contractuels, à fin novembre tel qu’affirmé par P. Asensi, le Coordonnateur de projet Snef Gabon. «Nous sommes à 50 % de réalisation de projet pour 60 % de consommation de délais», a-t-il indiqué. Sur ce linéaire, 8 postes de transformation entièrement équipés sont installés et l’entreprise déploie désormais l’extension de la haute, moyenne et basse tension. Une opération saluée par les habitants d’Oveng qui espèrent qu’ils seront très bientôt raccordés à ce réseau tout neuf.

 

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire