TATIE

Les secteurs de l’eau et de l’électricité ont été au cœur d’une séance de travail organisée, le 18 octobre, au cabinet du Premier ministre. Avec le ministre en charge de ces secteurs, Alain-Claude Bilie-By-Nze, et les membres du gouvernement concernés, il a été question d’examiner les solutions pouvant permettre d’améliorer la desserte en eau et en électricité.

Les problématiques de l’Eau et de l’Electricité au Gabon examinées, le 18 novembre 2020, dans le cadre du Conseil de cabinet initié par le Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda. © D.R.

 

Il y a urgence de finaliser tous les dossiers relatifs à l’amélioration de la desserte en eau et en électricité des ménages et des industries dans le pays. C’est ce qu’il ressort de la rencontre initiée, le 18 novembre, par le Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, dans le cadre du Conseil de cabinet consacré à ces deux secteurs.

En réunissant autour d’une même table le ministre d’Etat en charge de l’Eau et de l’Electricité, Alain-Claude Bilie-By-Nze et plusieurs autres membres du gouvernement impliqués dans ces dossiers, le chef du gouvernement veut trouver des solutions appropriées, au regard des déficits observées dans ces deux secteurs à travers tout le pays.

«Avec la participation de la ministre en charge des Partenariats publics – privés, et la collaboration du Fonds gabonais d’investissement stratégique (FGIS), d’importants dossiers de développement des ouvrages de production de l’énergie électrique ont été présentés. J’ai de même pu présenter les différents projets faisant appel à des synergies intelligentes entre la Société de Patrimoine et la Société d’eau et d’énergie du Gabon (SEEG)», a fait savoir Alain-Claude Bilie-By-Nze.

Selon ce dernier, il s’est agi principalement, dans ce cadre, des dossiers relatifs aux travaux d’extension de la centrale thermique du Cap Lopez, de l’amélioration des capacités de fourniture du barrage hydroélectrique de Grand Poubara et du projet Ntoum 7. «La finalisation de ces trois projets devrait permettre d’accroître nos capacités de production et d’améliorer notre fourniture d’énergie à Port-Gentil et Franceville, tout en apportant une solution pérenne pour la desserte en eau potable du Grand-Libreville», a-t-il poursuivi.

Selon la Primature, de 2009 à 2016, la production d’eau est passée de 81 millions à 99 millions de m3. Ce qui a occasionné une augmentation importante du nombre d’abonnés, passant de 130 000 à 165 000, soit une évolution de 26%. La production d’électricité a presque doublé passant de 369 MW à 611 MW. Le nombre d’abonnés est passé de 216 000 à 280 500, soit une hausse de 30%. Il faut une démarche stratégique pour satisfaire une demande toujours croissante.

Le  ministre en charge de l’Eau et de l’Electricité affirme qu’un calendrier de mise en œuvre effective des projets annoncés sera présenté et soumis au Premier ministre dans les prochains jours pour validation. «Sortir des effets d’annonce et présenter les résultats, c’est le crédo sur lequel le président de la République, chef de l’État, Son Excellence Ali Bongo Ondimba nous a engagé et que nous nous employons à suivre, avec la participation et la collaboration de tous les acteurs du secteur», a indiqué Alain-Claude Bilie-By-Nze.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Serge Makaya dit :

    On ne peut rien résoudre dans ce pays tant que Sylvia Bongo,Nourredine Bongo, le QUAI D’ORSAY et le Maroc ne nous laisseront pas en paix. La relance économique du pays passe par cette condition sine qua non. Er aussi par ka vérité des urnes de 2016.

    Votre Ali Bongo est bien MORT. Cessez de nous prendre pour des imbéciles.

Poster un commentaire