HABANA

Dans le Woleu-Ntem du 4 au 7 juin, le ministre d’Etat en charge de l’Energie et des ressources hydrauliques a effectué une mission d’inspection et procédé au lancement des travaux d’électricité rurale et périurbaine lancés dans le cadre du PASBMIR.

Alain-Claude Bilie-By-Nze en visite dans le Woleu-Ntem. © D.R.

 

Le ministre d’Etat en charge de l’Energie et des ressources hydrauliques s’est rendu dans la province du Woleu-Ntem pour une visite d’inspection. Selon Alain-Claude Bilie-By-Nze, deux programmes ont constitué la trame de cette visite de terrain débutée par le département du Ntem. Notamment, les travaux d’électricité rurale et périurbaine lancés dans le cadre du PASBMIR, avec le soutien financier et technique de la Banque mondiale et le Programme d’urgence prioritaire lancé par le Gouvernement sur ressources du Trésor public.

Les travaux ont été confiés à 4 entreprises et comprennent l’interconnexion entre le Gabon et le Cameroun d’une part, le Gabon et la Guinée-Equatoriale d’autre part. Il s’agit de l’extension des réseaux haute, moyenne et basse tensions, partant de la centrale SEEG de Bitam en direction de Meyo-Kyé, à la frontière Gabon/Guinée-Equatoriale d’une part et en direction d’Eboro jusqu’à la frontière Gabon/Cameroun d’autre part.

«Les travaux avancent à un bon rythme», s’est réjoui le ministre. Selon lui, les délais contractuels devraient être respectés, malgré des glissements d’échéance prévisibles en raison de la crise du Covid-19, principalement sur les délais d’approvisionnement de matériels. S’agissant du programme PASBMIR, a souligné Alain-Claude Bilie-By-Nze, l’attention a été attirée sur la non prise en compte dans les travaux en cours, d’un nombre important de villages visités en présence des élus locaux et nationaux, dans les cantons Koum kess et Mboa.

Le programme d’urgence prioritaire a conduit le ministre et sa délégation à Bikondome où ont été lancés les travaux de réhabilitation de la centrale thermique et d’extension du réseau d’électricité, de même que la réhabilitation de la station de traitement d’eau potable. Il en a été de même pour l’extension de l’adduction d’eau du regroupement des villages d’Awoua où il doit avoir une extension du réseau d’à-peu-près 1km. «Il y a eu quelques sollicitations que nous soumettrons au gouvernement mais on ne pourra pas se prononcer avant un examen total de ce qui peu être fait», a déclaré le ministre.

Une étude en perspective pour l’hôpital d’Oyem

Moments de la tournée dans le Woleu-Ntem. © D.R

À Oyem, a fait savoir Alain Claude Bilie-By-Nze, la visite concernait essentiellement la situation de l’approvisionnement en eau potable de l’hôpital régional dont 8 bâtiments sur 11 connaissent de réelles difficultés. «Il va avoir une étude qui va nous être présentée à la fin du mois de juin et nous déterminerons quels seront les mécanismes qu’on mettra en place pour engager les travaux en collaboration avec le ministère de la Santé pour que dans quelques mois ce problème soit enfin réglé», a-t-il informé.

D’autres localités ont également été visitées et pour le ministre, il s’est agi de voir les problématiques d’extension de réseaux d’électricité et celles de réhabilitation ou création des pompes hydrauliques et de l’éclairage public. «Là-dessus, nous proposerons des solutions alternatives. Si les budgets permettent de tirer des lignes d’électricité, nous le ferons», a-t-il dit.

Pour un meilleur suivi des différents investissements, a fait savoir le ministre Bilie-By-Nze, une antenne du Conseil national de l’eau et de l’électricité (CNEE) sera ouverte à Oyem, comme dans d’autres capitales provinciales du pays. «Nous allons mettre en place une convention entre les collectivités locales et le CNEE pour transférer tout ce qui est hydraulique villageoise à la gestion du CNEE», a indiqué Alain-Claude Blie-By-Nze. Selon lui, dans chaque village, des agents seront formés pour ce faire. L’idée, rentabiliser les investissements de l’Etat. «Ce sont des milliards de francs CFA que l’Etat dépense chaque année», a commenté le membre du gouvernement. «Il y a un manque d’entretien alors qu’il y a un organisme qui reçoit les ressources de l’Etat pour l’entretien et c’est ce qui sera fait», a-t-il ajouté.

La mini-centrale solaire de Ndjolé

Des agents à l’ouvrage et quelques installations. © D.R.

En route pour le Woleu-Ntem, Alain-Claude Bilie-By-Nze s’est arrêté à Ndjolé dans le Moyen-Ogooué, où il a visité la future mini-centrale solaire de Ndjolé. Reprise par le ministère de l’Énergie dans la cadre du programme zéro diesel, les travaux de cette mini-centrale, qui avaient été initiés par la Caisse des dépôts et consignation (CDC), devraient s’achever pour être livrés à la fin du mois de juillet 2021 au plus tard. La centrale hybride de Ndjolé, a-t-il souligné, sera composée de 1445 panneaux et onduleurs solaires, pour une production 400 Kwc d’électricité.

«Comme pour Ndjolé, il est prévu dans le cadre de cette première phase du projet, la construction de mini centrales solaires dans les localités de Booué, Ovan, Mékambo, Medouneu, Minvoul et Makokou», a-t-il dit indiquant que le ministère de l’Énergie et des ressources hydrauliques veillera à ce que le projet soit mené à terme et que toutes les parties initialement contractantes trouvent satisfaction. Alain-Claude Bilie-By-Nze continue sa tournée dans la province de l’Ogooué-Ivindo.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Okoss dit :

    Les pb’s de lbv ne sont pas réglés car au pk13 rien n a changé.
    Il manque tjr de l eau ds certaines maisons surtout en journée ou on enregistre des pressions relativement basses.
    C est quoi le pb réellement alors qu on est sensé entre connecté sur le reseau principal en provenance de Ntoum??c est Ntoum qui étrangle la vanne nourrice nous disent les agents rencontrés.
    C est ds le WN qu il va faire quoi bon sang

  2. Maroga Guy dit :

    « Une étude en perspective pour l’hôpital d’Oyem »… Vraiment???
    Étude pour l’adducteur en eau de quelques bâtiments. Vraiment ??
    On est ministre pour ça ???

Poster un commentaire